Enlèvement du Costa Concordia

Mercredi, 18 septembre 2013

Merci.

Un grand merci personnel à chacun d’entre vous, les cinq cents femmes et hommes du consortium Titan Micoperi, dont l’intelligence, l’engagement et l’ardeur ont permis de mener à bien une étape décisive dans le retrait du Concordia de l’île du Giglio - l’étape la plus délicate et la plus complexe d’un projet sans précédent dans l’histoire navale. Cette opération unique d’ingénierie a nécessité un impressionnant déploiement technologique et de nouveaux modes de pensée.

Merci, de tout coeur, à toutes les femmes et à tous les hommes de Costa, pour votre énergie et votre dévouement de tous les jours. Merci aux institutions, aux autorités et à nos partenaires pour leur aide précieuse. Merci à la Protection Civile et à l’Observatoire pour leur confiance et leur soutien. Un grand merci particulier à tous les habitants de l’île pour leur générosité et leur patience. Merci à tous nos clients pour leur fidélité. Vous nous avez tous donné bien plus qu’il n’était dû.

Vous pouvez compter sur nous pour tout mettre en oeuvre, aujourd’hui et demain, afin que les croisières soient toujours plus sûres et plus sereines.
Pour nos Hôtes et pour tous ceux qui, dans le monde, travaillent et voyagent sur les mers.



Michael Thamm
CEO Costa Crociere


Jeudi, 8 novembre 2012

Le site officiel d'informations sur le plan d'enlèvement du Costa Concordia est maintenant en ligne

Un site d'informations vient d'être lancé pour présenter le plan d'enlèvement du Costa Concordia: www.theparbucklingproject.com

Le site est bilingue (italien / anglais) et représente une source essentielle de référence pour les médias internationaux et pour tous ceux qui s'intéressent à ce défi technique monumental et sans précédent. Il sera également un outil efficace pour gérer et faciliter les demandes et enquêtes des médias, leur fournissant des mises à jour régulières des informations.

Dans la mesure où le plan d'enlèvement est lui-même un principe extrêmement dynamique et articulé, le site sera constamment mis à jour et amélioré, afin de refléter les différentes phases du plan et de suivre le calendrier et l'avancement des opérations.


Mardi, 3 juillet 2012

14h00 (CET)

Les chantiers navals Fincantieri remportent le contrat pour la construction des caissons
Ce contrat prévoit la construction sur différents sites des chantiers navals Fincantieri, de 30 caissons étanches en acier qui serviront à redresser puis à remettre le navire à flot.

Dans le cadre du plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia, qui sera exécuté par le consortium italo-américain Titan-Micoperi retenu par Costa Crociere, Fincantieri a remporté un contrat d’une valeur de plusieurs dizaines de millions d’euros pour la construction de caissons étanches qui seront utilisés durant les opérations destinées à renflouer le navire.

Un total de 30 caissons en acier, d’un poids cumulé d’environ 11 500 tonnes, seront construits sur plusieurs sites des chantiers Fincantieri.

Le plan d’enlèvement du Costa Concordia prévoit l’utilisation de ces caissons pour redresser puis remettre l’épave à flot, de manière à pouvoir la retirer en un seul tenant.

Une fois le navire stabilisé, les caissons seront fixés sur la partie supérieure de la coque et progressivement remplis d’eau dans le cadre des opérations visant à redresser le navire. Le relèvement de l’épave sera effectué à l’aide d’un système de traction hydraulique de type « strand jacks » fixé sur une plateforme sous-marine. Une fois le navire redressé, des caissons remplis d’eau seront également fixés de l’autre côté de la coque, puis les caissons seront vidés pour remettre le navire à flot. L’épave sera alors prête à être remorquée vers un port italien.

Entre-temps les travaux préliminaires destinés à préparer l’épave en vue de son enlèvement avancent, sur l’île du Giglio, conformément au calendrier prévu. Ceux-ci incluent la mise en place de charpentes en acier permettant de sectionner et d’enlever certaines parties extérieures du navire (l’antenne OVI SAT, les feux de tête de mât avant, le toboggan aquatique) et à faciliter l’étape suivante du plan de sauvetage. Les fonds marins sont par ailleurs inspectés régulièrement en perspective des opérations de nettoyage du site destinées à préserver l’environnement marin, lesquelles seront prioritaires une fois l’épave enlevée. Ces travaux préliminaires, qui devraient être terminés d’ici fin juillet, seront suivis par la phase de stabilisation du navire.


11h00 (CET)

En référence à l'article publié aujourd'hui dans le quotidien italien Corriere della Sera, Costa Crociere tient à préciser ce qui suit : La boîte noire (VDR) qui, selon l'article, serait tombée en panne le 9 Janvier, a en fait simplement diffusé un code d'erreur, ce qui ne signifiait aucunement que le dispositif était hors service, comme cela a été démontré par le fait que ses données étaient parfaitement en ligne avec les attentes des ingénieurs. Il n'existe pas de réglementation ou de convention internationale qui interdise à un navire de naviguer dans ces conditions.

Selon nos informations, les données de la VDR ne corroborent pas l'affirmation selon laquelle les portes étanches étaient ouvertes en raison de problèmes sur le système de commande électrique martec, comme il sera précisé à l’issue de la phase actuelle de la procédure (audience préliminaire pour l’établissement des preuves).

Enfin, en ce qui concerne les cartes marines: le navire était équipé de toutes les cartes, qu’elles soient imprimées ou électroniques, nécessaires pour l’itinéraire prévu, comme il sera démontré en fin d’audience préliminaire pour l’établissement des preuves. Il est du devoir du Commandant, sur la base de l’itinéraire – plan de voyage- qu’il établit lui-même, de vérifier que le navire reçoive toute carte marine nécessaire. Mais ce qui doit avant tout être gardé en mémoire, est que le navire n'aurait jamais dû naviguer si près de la côte.


Vendredi, 18 mai 2012


Rome, le 18 mai 2012 – En présence du Commissaire Délégué à l’Urgence Costa Concordia, Franco Gabrielli, Costa Croisières et le consortium italo américain Titan-Micoperi, attributaire de l’appel d’offres chargé de l’exécution des opérations, ont présenté leur plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia.

Suite à la conférence décisionnelle convoquée le 15 mai par le Commissaire, au cours de laquelle les autorités compétentes ont délivré les permis nécessaires, les travaux commenceront dans les jours qui viennent pour une durée d’environ 12 mois.

Titan Salvage, filiale de Crowley Group, est une entreprise américaine, leader mondial dans le sauvetage maritime et l’enlèvement d’épaves. Micoperi est une entreprise italienne de renom possédant une longue expérience en construction et ingénierie sous marine.

La priorité du plan de renflouement de la coque est de minimiser l’impact environnemental, de protéger les activités touristiques et économiques de l’île de Giglio et d’assurer la sécurité des opérations.

La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée de cette opération de sauvetage exceptionnelle et inédite. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore sous-marine.

Le plan comprend également des mesures de sauvegarde des activités touristiques et économiques de l’île de Giglio. La présence des équipes de renflouement n’aura aucune incidence significative sur la disponibilité hôtelière pendant la période estivale. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, sur le continent à proximité de Piombino, où seront réceptionnés les appareils ainsi que les matériels, afin d’éviter tout impact sur les activités du port de l’île.

Les opérations seront divisées en quatre phases :
• après stabilisation du navire, une plate-forme sous-marine sera érigée ; des caissons, pouvant être remplis d’eau, seront fixés sur le côté émergé du navire.
• deux grues fixées à la plate-forme relèveront le navire, aidées en cela par les caissons qui seront remplis d’eau.
• une fois le navire relevé, des caissons seront également fixés de l’autre côté de la coque.
• les caissons des deux côtés seront ensuite vidés, après traitement et purification de l’eau de façon à protéger l’environnement maritime, et remplis d’air.

Au terme du renflouement, l’épave sera remorquée vers un port italien et pris en charge conformément aux exigences des autorités italiennes.

Ce plan a été retenu par une équipe d’évaluation composée de spécialistes de Costa Croisières, de Carnival Corporation & plc, de London Offshore Consultants et de Standard P&I Club, avec la collaboration du Registre Naval Italien et des chantiers navals Fincantieri ; il répond, en effet, aux principaux objectifs de l’opération : enlèvement de l’épave dans sa totalité, minimisation des risques, impact minimum sur l’environnement, protection du tourisme et de l’économie de l’île de Giglio et sécurisation maximale des opérations.

« Dès les premières heures suivant l’accident, Costa Croisières a engagé l’ensemble de ses ressources, de ses compétences professionnelles et de son organisation afin de minimiser l’impact de l’épave sur l’environnement et, en particulier, sur l’île de Giglio. a déclaré Gianni Onorato, Directeur Général de Costa Croisières S.p.A. « Comme pour l’opération de pompage du carburant, nous avons tout mis en œuvre pour trouver la solution la plus efficace et la plus sûre afin de protéger l’île, son environnement maritime et ses activités touristiques. Nous entamons aujourd’hui une opération de sauvetage inédite par ses caractéristiques et par sa complexité technique. Un projet de cette envergure s’accompagne inévitablement d’imprévus, mais nous ne doutons pas d’avoir pris la bonne décision ; nous continuerons à tout mettre en œuvre pour mener cette opération à son terme dans les délais. »

« Nous sommes très heureux d’avoir été choisis pour réaliser cette opération exceptionnelle d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia. Nos compétences techniques et notre expérience dans ce domaine nous ont permis de présenter un projet répondant à toutes les exigences », déclare Richard Habib, Président de Titan Salvage. « Notre priorité sur cette opération est la préservation de l’environnement et de l’habitat naturel. »

« Nous avons toujours pensé que le professionnalisme de notre société et que son expérience dans le sauvetage sous-marin et les opérations de récupération convenaient parfaitement à cette opération de sauvetage », déclare Silvio Bartolotti, Directeur général de Micoperi. Notre sélection est une puissante démonstration de la qualité et de la capacité des sociétés italiennes à gérer ce type de projets délicats et inédits.

Costa Concordia - The Shipwreck Removal Project


Samedi, 21 avril 2012


Costa Croisières et le Bureau du Commissaire délégué à l’urgence annoncent que l'appel d'offres pour l'enlèvement de l'épave du Costa Concordia a été remporté par la société Titan Salvage, en partenariat avec la société italienne Micoperi. Les opérations, qui doivent encore recevoir l'aval des Autorités Italiennes, débuteront en mai 2012, et devraient durer environ 12 mois.

Titan Salvage est une société américaine filiale de Crowley Group, leader mondial dans le renflouement d'épaves. Micoperi est une société italienne spécialisée, qui bénéficie d'une longue expérience dans la construction et l'ingénierie sous-marine.

La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée des interventions. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore marine.

Ce plan prévoit également des mesures pour protéger le tourisme et l'économie de l’île du Giglio. La présence des équipes de renflouement n'aura aucune incidence significative sur l'activité estivale de l’île. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, non loin de Civitavecchia, où seront réceptionnés les appareils ainsi que le matériel nécessaires aux interventions, afin d'éviter tout impact sur les activités du port touristique du Giglio.

Une fois remise en état de flotter, l'épave sera remorquée dans un port italien. Toute décision ultérieure concernant l'épave sera prise conformément aux demandes des Autorités italiennes.

Ce plan a été choisi par un comité technique d'évaluation, composé d'experts mandatés par Costa Croisières, Carnival Corporation & plc, London Offshore Consultants et Standard P&I Club. Malgré la qualité des 6 projets transmis avant la date butoir du 3 mars 2012, le comité technique d'évaluation a sélectionné celui présenté par Titan Salvage/Micoperi dans la mesure où il répond davantage aux principales conditions requises : enlèvement de l'épave dans sa totalité ; risque et impact environnemental minimums ; protection des activités touristiques et économiques de l’île du Giglio ; sécurité maximale des interventions.