Les vacances sont terminées et l’heure est venue de se remettre en forme ? Si en effet les voyages sont synonymes de repos et de loisirs, il est également vrai qu’il s’agit d’expériences riches en « tentations » : il est facile de se laisser quelque peu aller à table, exagérer avec les apéritifs et s’abandonner au farniente. Et au retour, le miroir comme la balance nous passent l’addition, nous enjoignant de courir aux abris. Mais il est bien dommage de devoir s’enfermer dans une salle de sport. La callisthénie, qui se pratique également en plein air, permet d’apprécier la demi-saison et le soleil tiède, en s’offrant la sensation de… repartir en vacances ! Les exercices de callisthénie sont en effet devenus à la mode ces dernières années, surfant sur la vague du street workout, un entraînement de rue né en Californie pour ensuite se répandre dans le monde entier.

"Adieu poids et balanciers : le seul poids à affronter est le nôtre et la seule force à battre est celle de la gravité. "

Force et beauté

De l’union de kallos, qui en grec ancien signifie « beauté » et de sthenos, la « force », les exercices de callisthénie nous poussent à nous défier nous-mêmes, sans nécessairement l’aide de matériel sophistiqué. Adieu poids et balanciers : le seul poids à affronter est le nôtre et la seule force à battre est celle de la gravité. En résumé, la callisthénie est une réinterprétation de notre chère vieille gymnastique au poids de corps, essentiellement composée de mouvements de tractions, dips et flexions, dont certains sont exécutés avec des barres parallèles et d’autres non. Et ceux qui n’ont besoin d’aucun matériel peuvent être réalisés n’importe où. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour choisir de rester en plein air, en contact direct avec la nature, et s’offrir un moment de bien-être tout à soi ?

Les bénéfices

Mens sana in corpore sano, disaient les Romains. Et en effet, ce type d’entraînement agit sur les deux fronts de manière harmonieuse : d’une part il tonifie, renforce, modèle. De l’autre, comme il peut être pratiqué dans des contextes variés et même à des moments improvisés, il favorise l’esprit et l’équilibre mental.

L’ABC de la callisthénie

Un entraînement type part d’une position de base, l’Hollow : allongez-vous sur le dos et, jambes et épaules soulevées, poussez votre nombril vers le bas, en contractant les abdominaux et en gardant les pieds tendus. Le dos ne doit pas être arqué mais doit toucher complètement le sol. Quand vous l’aurez apprise, vous pourrez utiliser cette position sur le dos ou sur le ventre. C’est le cas dans le Plank, où vous vous mettez sur le ventre et vous vous soulevez en restant appuyés au sol uniquement avec les coudes et la pointe des pieds, en courbant le bassin et le dos comme dans l’Hollow. Ceux qui connaissent déjà cet entraînement et le pratiquent peuvent approfondir la technique avec le Handstand Push Up, il s’agit de flexions à effectuer à la verticale, uniquement appuyés sur les paumes et en gardant le reste du corps rigide : fatigant, certes, mais très efficace pour tonifier les bras, le dos et les abdominaux ! Enfin, rappelons quelques exercices avec les barres : les Pull ups, des tractions similaires aux flexions mais en position sur le dos. Elles se réalisent en gardant les mains bien fixes sur la barre, les pieds par terre et en rapprochant et éloignant le corps de la barre, tout en pliant les bras.

Posture et force… avec vue sur la mer

Comme nous l’avons dit, il est possible de pratiquer la callisthénie sans aucun matériel, et renoncer au bénéfice de quelques-uns des exercices les plus techniques, mais cela est largement compensé par le plein air et par un moment où le temps est complètement suspendu. Et si par hasard vous êtes sur le point de repartir pour une nouvelle croisière, souvenez-vous que sur le pont du navire, avec vue sur la mer, la callisthénie sera encore plus gratifiante !

Credits foto: Shutterstock