L’arrivée de la belle saison coïncide avec un phénomène physique qui se répercute sur nous : la lumière du soleil augmente le niveau de sérotonine, l’hormone du bonheur, et notre corps vit une seconde renaissance. Il devient alors intéressant de profiter des journées plus longues pour pratiquer des activités sportives à l’air libre, pour se dépenser et se ressourcer, se maintenir en forme et sortir de cette torpeur hivernale. Rien de mieux, donc, qu’une bonne course en plein air. Mais attention au choix des chaussures : chacun doit trouver la paire idéale ! Des chaussures de sport quelconques pour marcher dans la rue ne suffisent pas car lors des séances de running, chaque pas forcera sur cette paire de sneakers portée.

"La nouvelle saison est en effet marquée par des chaussures de running très colorées et amorties. La tendance nous vient de la capitale de l’athlétisme : New-York."

Voici donc 3 conseils utiles pour se préparer à décompresser, augmenter notre bonne humeur et brûler toujours de calories foulée après foulée, nos pieds à l’abri dans de bonnes chaussures d’athlétisme.

Le pied

La première chose à faire avant même l’achat d’une nouvelle paire est d’observer la semelle d’une ancienne paire de sneakers: l’usure du « talon » nous permettra de comprendre le type d’appui du pied. Les pronateurs usent davantage le côté intérieur de la chaussure et il leur est donc conseillé de porter des chaussures avec un soutien maximal afin de pouvoir doser l’impact de l’appui du pied. Les supinateurs, qui au contraire ont tendance à user davantage la partie extérieure, devront opter pour des modèles qui rendent le contact avec le sol plus doux. La voûte plantaire a également son importance : mieux vaut choisir une chaussure d’une demie pointure plus grande pour éviter les ampoules. Un autre détail à ne pas négliger sera le cou-de-pied. Un cou-de-pied haut privilégiera des chaussures à l’empeigne plus souple et enveloppante, avec des lacets plus longs. Les modèles les plus pointus sont mieux indiqués pour qui a un pied fin. Vous avez des doutes? Habituellement, les magasins spécialisés sont équipés de tapis roulants avec une caméra vidéo qui enregistre votre marche. Les magasins de pointe proposent également un système d’analyse de la foulée, l’analyse baropodométrique qui est très utile pour comprendre la nature de notre course.

La chaussure

Les nombreuses chaussures de running se répartissent en catégories en fonction des différents types de coureurs. La plupart des marcheurs posent le pied de manière neutre ou en supination. Par conséquent, lors de l’achat d’une chaussure de course, il convient de contrôler qu’elle soit de type A3, c’est-à-dire une chaussure pensée pour assurer un amorti maximal et une protection de l’avant-pied comme du talon. Pour les pronateurs au contraire, il conviendra d’acheter un type de sneakers A4 avec un soutien à l’intérieur qui préservera des tendinites et des fatigues musculaires ou articulaires. Une fois ces typologies déterminées, il est temps de laisser place à la mode. La tendance de la nouvelle saison est en effet marquée par des chaussures de running très colorées et amorties. La mode arrive de la capitale du running, New-York, où les nouvelles collections de sneakers à semelles «hautes et souples» ont trouvé leurs adeptes parmi les marathoniens, notamment parce qu’elles ont pour vertu de réduire le choc de l’appui du pied sur le sol. D’ailleurs, un des ambassadeurs des très stylées Stinson Lite de la griffe super technique Hoka OneOne n’est-il pas Leo Manzano, médaille d’argent sur les 1 500 mètres aux jeux Olympiques de Londres en 2012 ?

Le terrain

Lorsqu’on peut choisir son lieu d’entraînement, la surface idéale est la terre battue car le terrain absorbe en partie les impacts. Mais si vous habitez près de la mer ou si vous y êtes en vacances, rien ne vaut une petite course sur le sable, et pourquoi pas au coucher du soleil. Dans tous les cas, sur ces deux surfaces les chaussures conseillées sont à plus forte raison celles comportant une semelle bien amortie. Le bitume de la rue ou des pistes cyclables est par contre adapté aux épreuves de vitesse. Il est indiqué aux runners habitués à un fond rigide et régulier qui fatigue moins les muscles mais qui met à rude épreuve les tendons. Dans ce cas, la meilleure chaussure ne suivra plus les styles de la mode mais privilégiera un soutien optimal du pied.