À la recherche de l’élixir de longue vie ou de la légendaire fontaine de vie, explorateurs, prêtres, philosophes, alchimistes et scientifiques ont consacré des vies entières. Une recherche qui continue de fasciner aujourd’hui.

"Le Japon semble aussi avoir découvert le secret de la longévité. Là-bas, on croit que manger des fruits et légumes et du poisson fraîchement pêché allonge la vie, mais on raconte aussi que pour vivre longtemps, il faut masser le «point des 100 maladies», appelé point de Zu San Li."

La source qui prolonge la vie

L’une des fontaines d’immortalité les plus «anciennes» est celle que la légende identifie à la fontaine de vie du jardin d’Eden. Mais sans aller jusque là, y a-t-il une source miraculeuse sur Terre? Dans un petit village de montagne, dans la vallée de Hunza au Pakistan, où la longévité est monnaie courante. Les habitants de Hunza, en effet, vivent entre 140 et 150 ans et les femmes sont fertiles jusqu’à 90 ans! Bon… peut-être pas autant, car en réalité, ils ont un système différent de comptage des années, mais tout de même assez longtemps pour laisser penser que ces villageois ont bel et bien trouvé un élixir. Parmi les secrets de leur longue existence: les bienfaits des produits locaux à faible teneur en gras et en cholestérol, et l’eau qu’ils boivent, contenant un pH élevé, des propriétés antioxydantes et des minéraux colloïdaux. Cette source serait-elle la véritable fontaine de jouvence?

À la recherche du point Zu San Li

Le Japon semble aussi avoir découvert le secret de la longévité. Là-bas, on croit que manger des fruits et légumes et du poisson fraîchement pêché allonge la vie, mais on raconte aussi que pour vivre longtemps, il faut masser le «point des 100 maladies», appelé point de Zu San Li, une petite fente que l’on trouve juste au-dessous genou, en pliant la jambe à 90°. Il semble que masser le point Zu San Li (le matin, avec 9 mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre, sur les deux jambes) augmente l’activité des glandes surrénales, responsables de la réponse au stress, et améliore le fonctionnement des organes, ce qui en retarde le vieillissement.

Les herbes miraculeuses des «guérisseurs» sardes

On vit longtemps aussi en Sardaigne et le secret semble résider dans la nutrition, basée sur les aliments auto-produits, comme le vin qui contient des quantités élevées d’antioxydants, et le lait des brebis, qui semble avoir des bacilles très spécifiques qui contrôlent le cholestérol. Il est vrai, cependant, que la Sardaigne, en plus de la longévité, dispose également d’un autre record, celui des «guérisseurs spécialisés» qui comptent sur les propriétés des herbes, utilisées pour concocter des mixtures curatives. Le rituel du guérisseur ne se limite pas à la préparation du médicament, la thérapie est souvent accompagnée par la prononciation du brebus, des mots secrets et anciens, transmis de génération en génération, et miraculeux. Et si c’était ça le secret?

La vérité sur la longévité

La recette pour dépasser les 100 printemps, selon la recherche de la SIGG (Société italienne de Gérontologie et de Gériatrie), réside dans les gènes hérités de la famille, dans les habitudes alimentaires et le mouvement. Pour bien vieillir, il serait important d’avoir une flore bactérienne intestinale efficace, grâce à un mode de vie sain et équilibré, qui comprend la présence dans nos repas quotidiens d’aliments antioxydants (fruits, thé vert, vin rouge, chocolat, céréales complètes, légumineuses) qui combattent les radicaux libres. Mais il faudrait également bouger beaucoup, de préférence en plein air: de longues promenades quotidiennes sont bonnes non seulement pour le cœur, les poumons et les articulations, mais aussi pour l’esprit.

Credits photo: Mondadori Portfolio/Age Fotostock