« Oreilles d’éléphant », « ballons blancs » et « tirant d’eau » : découvrons ensemble la drôle de signification de certaines expressions et habitudes à bord.  Surprenant.
Il y a aussi des bonnes pratiques, comme celle de déclencher la sirène au passage d’autres navires.
« Oreilles d’éléphant »

Nous ne parlons ni d’un dessert ni d’une plante exotique. Avez-vous déjà remarqué les hélices de réserve à la proue d’un navire ? Elles servent en cas d’urgence ou de nécessité impérieuse. La forme des pales qui la composent rappelle des « oreilles d’éléphant ».
"Ballons blancs"

Nous nous référons aux ballons blancs qui se trouvent sur le pont supérieur. Ils peuvent contenir les radars et les antennes satellite du navire. Il s’agit d’un emplacement stratégique : les appareils sont placés sur le point le plus haut pour en favoriser la réception, tout en étant protégés et moins soumis aux intempéries.
"Le signal à ne pas faire"

Il ne faut jamais faire sonner la cloche sur la passerelle. Ce n’est pas de bon augure  : autrefois, c’était le signal utilisé pour rassembler tous les marins en cas de danger ou de mauvais temps.
"Actionner la sirène"

C’est une pratique qui marque le respect ou la solidarité envers les autres navires, ou comme salutation quand le navire quitte le port.
"Combien cale un navire ?"

Le tirant d’eau renvoie à la partie du navire qui reste immergée pendant la navigation (pour un navire de croisière, il est d’environ 8 mètres). Dans tous les cas, l’étage le plus bas ne comporte pas de cabines, mais des machines et des ballasts.