« La vie est un voyage et qui voyage vit deux fois » : ce sont les mots d’Omar Khayyam, poète, philosophe, astronome et mathématicien perse qui vécut au XIe siècle de notre ère. Visiter des lieux inconnus, aller à la rencontre de cultures et sensibilités différentes des nôtres, découvrir que derrière des différences superficielles nous sommes bien plus semblables que ce qui paraît : voyager ne se limite pas à partir en vacances, même si prendre une pause dans sa routine quotidienne est certainement une source de bien-être. Cela ne signifie pas non plus se déplacer d’un endroit à un autre, car le voyage se fait toujours et aussi à l’intérieur de nous-mêmes. Ce n’est pas sans raison que le grand écran, si attentif aux petites comme aux grandes aventures de l’âme, célèbre le voyage dans des dizaines de films. Nous en avons choisi cinq inoubliables.

"Le film raconte la véritable histoire de Christopher McCandless, un périple qui a inspiré et inspire toujours des gens du monde entier, qui ont adopté avec enthousiasme une des phrases les plus célèbres de Chris : ‘le bonheur n’est réel que s’il est partagé’."

Before sunrise (1995)

Lorsque nous arrivons dan une nouvelle ville, nous passons souvent les premiers jours à marcher sans but et mettre à l’épreuve notre sens de l’orientation. Le film de Richard Linklater reproduit à la perfection cette attitude d’ouverture d’esprit si particulière et qui, bien sûr, favorise la naissance d’une des histoires d’amour les plus romantiques du cinéma. Celle de Jesse et Céline qui se rencontrent par hasard sur un train pour Vienne. Leur attirance mutuelle les pousse à passer la nuit à vagabonder en ville. Leur pérégrination dans la splendide capitale autrichienne leur permettra de mettre leur âme et leurs sentiments à nu, avant que chacun, au lever du soleil, reprenne sa propre route, résolus à ne pas rompre par leur routine quotidienne la beauté absolue de leur rencontre.

Là-haut (2009)

La pleine entrée dans la vieillesse s’accompagne du risque de prendre pour des coups de tête immatures de légitimes désirs d’aventure. Dans le très beau film de la maison Pixar, on voyage et on le fait de manière spectaculaire, en soulevant une maison avec des ballons colorés. Et on rentre chez soi avec une des plus belles morales de voyages : la possibilité de regarder sa propre vie d’un point de vue différent.

Into the Wild (2007)

Le voyage en tant que quête spirituelle et mise à l’épreuve pour découvrir ses propres limites. Le héros, Alex « Supertramp » vient d’obtenir son diplôme et abandonne les obligations familiales et sociales pour partir vivre une aventure vagabonde dans la nature sauvage des États-Unis et de l’Alaska. L’essence même du voyage en quête de sa propre identité : il vivra de nombreuses expériences jusqu’à la dernière, la plus ultime. Le film raconte la véritable histoire de Christopher McCandless, un périple qui a inspiré et inspire toujours des gens du monde entier, qui ont adopté avec enthousiasme une des phrases les plus célèbres de Chris : « Le bonheur n’est réel que s’il est partagé ».

La vie rêvée de Walter Mitty (2013)

Un voyage est toujours exceptionnel, car il apporte une bouffée d’oxygène dans la routine quotidienne. Mais nous ne devons pas oublier que celle-ci a une valeur et un sens énormes, même si nous ne nous en rendons pas compte. C’est justement ce qu’apprend Walter Mitty, un employé timide licencié des archives photographiques du magazine Life, à la fin d’une aventure longue et stimulante de par le monde. Walter doit en effet affronter un voyage extraordinaire pour retrouver le négatif manquant (le numéro 25) parmi les clichés du célèbre photographe Sean O’Connell, photo qui doit illustrer la couverture du dernier numéro de la revue avant sans fermeture.

Sideways (2004)

Un vrai voyage est également un parcours à travers la culture gastronomique et œnologique d’un pays. Dans le cas de ce délicieux film, les yeux se tournent sur les grands vins de la Santa Ynez Valley, en Californie. Une dégustation après l’autre et les deux héros apprennent à se connaître plus en profondeur, et à apprécier le plaisir des petites et grandes stabilités du quotidien.