De l’Autriche à l’Allemagne, en passant par l’Italie et la France, le rendez-vous traditionnel des marchés de Noël revient chaque année avec ponctualité. À partir de la dernière semaine de novembre et jusque fin décembre (dans certains cas jusqu’au 6 janvier), on peut visiter ces merveilleux espaces où l’esprit de Noël et l’artisanat local sont rois. Partons à la découverte de leur origine et de certains d’entre eux.

"L’un des plus vieux marché de Noël français est celui de Strasbourg, célèbre pour ses très belles illuminations et décorations. "

L’origine des marchés de Noël

Les premiers témoignages d’un marché de Noël remontent au XIVe siècle, dans une localité incertaine entre l’Allemagne et l’Alsace. On en trouve ensuite une première trace officielle dans un document de 1434 où il est question du Striezelmarkt à Dresde, c’est-à-dire le marché des Striezel, brioches tressées de Noël. Depuis, ces marchés se sont multipliés !

En Autriche, entre fables et notes de musique

À Innsbruck, au cœur des ruelles médiévales du centre historique, on respire la magie des fables. En flânant entre les baraques de produits locaux, on croise les personnages de pas moins de 24 fables, pour une plongée dans un monde enchanté. Vous pourrez apercevoir la longue tresse blonde de Raiponce qui tombe d’une fenêtre ou rencontrer des personnages énormes et effrayants dans la Ruelle des Géants ! À Salzbourg, l’un des plus vieux marchés de la ville est organisé dans la cour du château d’Hellbrunn. On peut notamment y faire un tour en traineau, tirés par des rennes et bercés par les notes de Mozart, ce qui rend l’atmosphère encore plus magique.

Des traditions du Haut-Adige aux crèches napolitaines

À Bolzano, le marché de Noël que les habitants qualifient affectueusement d’alternativo, c’est-à-dire différent, est organisés sur diverses places. Enivrés par le parfum des biscuits aux épices, on passe des étals de produits locaux – qui proposent les incontournables pantoufles rigoureusement en feutre – aux baraques d’artistes qui exposent leurs œuvres en céramique, en verre et en métal. Les passionnés de crèches doivent quant à eux se rendre à Naples, où la représentation de la Nativité est un art à proprement parler, à mi-chemin entre le sacré et le profane. Vous trouverez dans les ateliers et les boutiques de la ville tout ce qu’il faut pour réaliser et embellir votre crèche, des petits santons classiques aux caricatures de personnages célèbres, pour une mise en scène insolite et irrévérencieuse !

Balade à travers les plus vieux marchés de Noël allemands

Le marché de Noël de Dresde, le Striezelmarkt, doit son nom au Striezel, brioche tressée, typique de Noël, qui est faite avec de la farine, du saindoux, des fruits secs et des fruits confits. Lors de la cérémonie d’inauguration du marché, on coupe solennellement une tranche de ce pain réalisé dans un format géant pour l’occasion ! Parmi les étals, on trouve une profusion de produits traditionnels de l’artisanat allemand, surtout des céramiques et des jouets faits main. Par ailleurs, dans la « petite cité de bois et d’étoffe » de Nuremberg – dont le nom provient des décorations typiques des petites baraques, faites de tissus rouges et noirs – il est possible d’acquérir des produits gastronomiques traditionnels, comme les célèbres saucisses et les « bonshommes en prunes », personnages entièrement réalisés avec ce fuit.

Des épices alsaciennes aux spécialités provençales

L’un des plus vieux marché de Noël français est celui de Strasbourg, célèbre pour ses très belles illuminations et décorations. La tradition qui consiste à parer les sapins pendant la période de Noël serait en effet d’origine alsacienne, comme en témoignent des chroniques du XVIIe siècle dans lesquelles il est question de la pratique de pendre des sucreries, des pommes et des fleurs de papier aux arbres. À Marseille, artistes et artisans se donnent rendez-vous chaque année non loin du Vieux Port : au milieu des saltimbanques montés sur des échasses et des jongleurs, on peut acheter le célèbre savon produit seulement à partir d’éléments naturels, eau, soude et huile d’olive, dont la fabrication remonte au XIIe siècle.

Credits photo: OLYCOM/Mondadori Portfolio

1 of 8