C’est le passe-temps préféré pendant la période de Noël mais pas seulement. Il est si répandu que le mot est passé dans le langage courant, et de nombreuses langues l’ont adopté : « Bingo ! » remplace désormais des expressions comme « Hourrah ! ». Cette variante du loto se joue avec plusieurs cartes présentant une sélection de nombres de 1 à 90. Les joueurs attendent que l’annonceur « appelle » ces nombres pour gagner – des prix ou de l’argent – et ses règles varient légèrement en fonction du pays. Chaque pays a en effet son Bingo… Derrière un des jeux les plus simples et appréciés par toutes les générations se cachent des histoires et des anecdotes communes à tous les peuples. Alors, en attendant Noël, lorsqu’en fin de repas la table est débarrassée pour accueillir les cartes colorées du jeu, voici quelques curiosités sur le Bingo.

"Et lorsqu’il songea à lui donner un nom, il opta pour « beano », composé à partir du mot bean – qui signifie haricot – car c’était ce qui était utilisé pour recouvrir les nombres sortis, et c’était ce même mot qui était crié lorsque la carte était complétée."

Les origines : le jeu du Loto et la tombola

Les origines du Bingo sont italiennes : 1530 vit en effet naître dans le Bel Paese le « jeu du Loto », qui prévoyait le tirage de numéros gagnants. Deux siècles après, toujours en Italie et plus précisément à Naples, voici arriver une version particulière de la loterie, dénommée tombola… dont l’étymologie renvoie au verbe tombolare, évoquant la chute des nombres qui roulent dans le panier. La tombola correspondait au Bingo moderne : quatre-vingt-dix sébiles tirées au sort et « criées » par l’annonceur dans un silence religieux, tandis que chaque participant vérifie sur sa carte et recouvre les nombres trouvés avec des objets du quotidien : des boutons, des lentilles, des zestes de mandarine ou plus couramment des haricots.

Le Bingo : et tout commença par un haricot

Le nom moderne et international du jeu de Bingo, qui présente les mêmes règles que le loto français et la tombola italienne, doit curieusement son nom… à un haricot ! Au début du XXe siècle, un vendeur de jeux new-yorkais commercialisa le Bingo, qui était déjà apparu dans des foires paysannes aux États-Unis. Et lorsqu’il songea à lui donner un nom, il opta pour « beano », composé à partir du mot bean – qui signifie haricot – car c’était ce qui était utilisé pour recouvrir les nombres sortis, et c’était ce même mot qui était crié lorsque la carte était complétée. Le « beano » évolua en Bingo uniquement pour une raison commerciale et se diffusa rapidement lors des foires paysannes, des manifestations et dans les lieux publics.

Tous les Bingo du monde

Aujourd’hui, le Bingo est joué dans le monde entier, notamment grâce aux plateformes en ligne, à Noël mais aussi 365 jours par an. Il s’agit d’un des jeux les plus appréciés dans les casinos américains, il est la star des fêtes de quartiers et s’invite sans complexe à la table familiale : une passion qui amuse tout le monde, puisqu’il plaît aux enfants et amuse toujours les adultes, grands-parents inclus. Et l’on y joue aussi sur les navires Costa, où sont organisés des Bingo pour tous les croisiéristes. Des versions plus ou moins fidèles à l’originale sillonnent le monde entier. La Chine joue au Keno depuis 3 000 ans : on parie sur la sortie d’une vingtaine de nombres et on attend leur tirage au sort. Le jeu est si populaire que l’histoire raconte qu’il a été utilisé pour financer la construction de la Grande Muraille ! En Grande-Bretagne il en existe une version où l’on ne gagne pas d’argent, mais des prix conséquents. En Allemagne le Bingo est né au XIXe siècle, non pas comme un jeu mais comme un outil pédagogique : il était utilisé à l’école pour enseigner aux élèves les mathématiques, l’histoire et l’orthographe. En France, on joue au Loto depuis 1770 : il est le roi des manifestations dans les villages, ses prix sont un mélange d’argent et d’objets, offerts généralement par les commerçants du quartier.

Credits foto: Shutterstock