En Chine, le Nouvel-An est une fête particulière, bien plus qu’en Occident : elle change de date chaque année, dure quinze jours et revendique des origines très anciennes. Le début de la nouvelle année, qui coïncide avec la première nouvelle lune, est un événement solennel qui se prépare et se célèbre lors de cérémonies impressionnantes. Mais c’est également l’occasion de partager le lancement d’un nouveau cycle, marqué par l’arrivée du printemps (l’événement est également connu comme Fête du Printemps). En fonction du calendrier grégorien, ce jour de fête peut tomber entre le 21 janvier et le 19 février : en 2016, il aura lieu le 8 février. Le Nouvel-An ne sera pas uniquement célébré en Chine, puisque la diaspora chinoise de nombreux pays du lointain Orient ainsi que tous les Chinatown du monde le fêteront. Y prendre part est une expérience enrichissante, et pour mieux l’appréhender, mieux vaut suivre quelques règles.

"Le jour de la Saint-Sylvestre chinoise, un pantin à l’apparence de lion défile rues au rythme des tambours et se produit en une célèbre danse propitiatoire. Le soir, de nombreux feux d’artifice éclatent. "

Les origines

L’histoire raconte qu’un terrible monstre du nom de Nian vivait en Chine, il y a de cela fort longtemps. Une fois par an, le démon s’aventurait hors de sa caverne pour se nourrir d’êtres humains, et la seule façon d’y échapper était d’effrayer Nian en portant des habits rouges et en faisant beaucoup de bruit. Ce récit a donné naissance à deux coutumes pour le Nouvel-An chinois : la dominante rouge des décorations et les feux d’artifice.

L’horoscope chinois

En Chine, jamais vous n’entendrez parler de Capricorne ou de Bélier, mais bien de Singe ou de Chèvre. En effet, l’astrologie chinoise diffère de l’occidentale. Les douze signes chinois sont représentés par douze animaux, chacun étant associé à un «rameau terrestre» (soit l’un des douze éléments de base du Gānzhī, l’ancien cycle de numération de la chronologie chinoise), ils ne changent pas tous les mois mais une fois par an. Ainsi, chaque signe ne revient qu’au bout d’un cycle de douze ans. Le 8 février, la Chine entre dans l’année du singe (soit le rameau terrestre dénommé Shēn).

Traditions

Banquets, retrouvailles en famille, dévotions et cadeaux : les célébrations de la Fête du Printemps durent quinze jours. Pour souhaiter la bienvenue à la nouvelle année, il faut avant toute chose nettoyer le foyer de fond en comble, puis l’embellir de décorations et de lampions rouges, ce qui doit être accompli le 28ème jour du 12ème mois. Un dicton cantonais affirme en effet que le nettoyage «de printemps» permet de laisser derrière soi les mauvais sorts de l’année qui s’achève et d’accueillir la bonne fortune du nouveau cycle.

À la maison et dehors

En Chine aussi, le dernier jour de l’année se fête en famille, par un grand réveillon où le poisson, symbole d’abondance et de richesse, joue le premier rôle. Les festivités se poursuivent par les rencontres familiales et entre amis, puis elles s’achèvent le quinzième jour par la fascinante Fête des Lanternes : tout le monde défile dans la ville avec les lampions utilisés pour décorer la maison.

À faire et à voir

Vous vous trouvez en Chine et souhaitez partager ce Nouvel-An très typique ? Commencez par porter un vêtement rouge. Puis, offrez à vos proches des enveloppes, rouges elles aussi, contenant des pièces de monnaie en nombre pair (mais jamais quatre ou un de ses multiples, sauf le huit qui porte chance). Pour plonger au cœur de la vie chinoise, prenez un train – qui sera plus que bondé – le deuxième jour des festivités: vous y rencontrerez de nombreuses femmes seules qui partent rendre visite à leur famille, là où elles vivaient jeunes filles, phénomène assez rare en Chine après le mariage.

Hong Kong et Shanghai

Les deux mégalopoles proposent le meilleur du Nouvel-An chinois en matière de traditions et de spectacles. À Hong Kong, le nec plus ultra consiste en une promenade en barque devant le Victoria Harbour : le reflet des feux d’artifice sur l’eau est un spectacle inoubliable. Shanghai propose de vivre des rites plus intimistes, reflétant l’essence même de la Chine antique : rendez-vous dans un temple, par exemple celui du Jing’an, pour faire sonner les cloches et allumer un bâton d’encens. Ce sont des pratiques de bon augure pour la nouvelle année. Et n’oubliez pas de souhaiter «Xīnnián kuàilè» (Bonne Année) à tous.