La mer, les hauteurs, les forêts, les lacs et rivières dans une palette verte et bleue. Comprendre pourquoi Rio de Janeiro est surnommée la « Cidade Maravilhosa » n’est pas difficile : il suffit de la regarder d’en haut, éventuellement de la colline du Christ Rédempteur ou de celle du Pain de sucre. Et 2016, sous les rythmes en ébullition de la métropole et ses couleurs, accueillera les Jeux Olym-piques du 5 au 21 août. Une occasion supplémentaire pour la qualifier de destination de l’année et découvrir les sites des Jeux, même avant et après la manifestation.

"Les luxuriantes collines sont riches en itinéraires de trekking qui mènent à des hauteurs comme le Tijuca Mirim, et d’où admirer des panoramas inédits sur la ville. Le parcours permet de rencontrer des singes et des myriades de petits perroquets."

Le Pain de sucre: pour la grimpe

Les symboles les plus célèbres de Rio sont aussi des centres névralgiques pour les grimpeurs: entre le Pão de Açúcar (Pain de sucre) et le quartier voisin d’Urca, il n’existe pas moins de trois cents voies de moyenne difficulté et équipées, tandis que le Corcovado, la colline où se dresse le Christi Rédempteur présente une longue ligne plus difficile destinée aux grimpeurs plus expérimentés. La forêt de Tijuca accueille quant à elle d’autres rochers à escalader avec plusieurs voies de moyenne difficulté. Quel que soit votre niveau, escalader ces parois et admirer d’en haut la ville qui s’étend à perte de vue entre mer et montagnes vaut le voyage.

Barra da Tijuca

Les équipements de la grande zone à l’ouest de Rio accueilleront les compétitions de basket, gym-nastique, nage, boxe, arts martiaux et cyclisme. Mais toute la région est le poumon vert de Rio, avec en son centre la forêt de Tijuca, un parc national protégé de quatre mille hectares, que les Cariocas considèrent comme le paradis des sports. La plage de Prainha, peu fréquentée par les touristes, est une oasis de repos loin du chaos citadin, et ses vagues sont très appréciées des surfeurs.

Copacabana et Ipanema

Le cœur de Rio se disputera les compétitions de beach volley, triathlon et voile et sera traversé par le parcours du marathon. Les plages les plus célèbres au monde: Copacabana et Ipanema, seront au centre de la movida carioca de jour comme de nuit, deux moments que de fait les Brésiliens ont parfois du mal à distinguer. Même au cœur de la nuit, il y a toujours quelqu’un pour pratiquer le fitness sur les accessoires disposés le long de la promenade, un joueur de volley ou de football sur le sable moelleux, quelques dîneurs de «churrasco», ou un buveur d’eau de coco. L’idéal est de parcourir en vélo les sept kilomètres de littoral d’un bout à l’autre, et de choisir ses pauses en fonction de l’inspiration du moment.

Si Copacabana est la plus reposante, la plage d’Ipanema, ses vagues longues et ses pentes douces est la destination privilégiée de tous les surfeurs, même les débutants. Et les rues du quartier longeant le bord de mer sont le centre de la vie nocturne carioca.

Lagoa Rodrigo de Freitas

Rio de Janeiro abrite également un lac, plus précisément une lagune, qui accueillera les compétitions de canoë. La Lagoa est un des sites les plus surprenants de la ville. Idéale pour les familles (location de pédalos et kayaks pour ramer sans une foule alentour), mais aussi pour pratiquer intensément un sport: cinq kilomètres de pistes pour runners et cyclos, terrains de basket, volley, baseball et football. Et ses rives accueillent des zones pour les fêtes et des établissements, des restaurants et des bars où prendre l’apéritif.

Maracanã et ses alentours

Les stades et les complexes où se dérouleront les compétitions de football, basket, water-polo, rugby et équitation, mais aussi le marathon et les cérémonies, sont concentrés au nord de la ville entre le quartier de Deodoro et la zone du Maracanã. Le stade du Maracanã est une étape incontournable, que vous aimiez ou non le football: c’est ici que s’affiche un élément fondamental de la culture brésilienne, des parties du championnat carioca (il est assez simple et bon marché de trouver une place) au Musée du sport. Il en va de même pour son voisin le Sambodrome, point de départ et d’arrivée du marathon: une structure de 700 mètres de long, conçue par l’architecte Oscar Niemeyer, devenue pour les Cariocas une sorte de temple religieux. C’est ici que se déroule la manifestation brésilienne par excellence: le Carnaval. Les quartiers alternatifs de Santa Teresa et Lapa s’étendent aux alentours avec leurs marchés, leurs boutiques d’artisanat et de design, le musée d’Art Moderne et les «churrascarias» populaires.

1 of 4