Voyager avec des enfants est un plaisir, mais aussi une responsabilité qu’il faut envisager soigneusement. Pendant un voyage, les plus petits (tranche d’âge 3-6 ans) découvrent de nouvelles situations et ils sont soumis à des exigences et des changements qui doivent être gérés correctement. Comment ? Le docteur Caterina Borruso, psychothérapeute de l’enfance nous l’explique.

"Une ressource essentielle est de partager l’organisation du voyage lui-même, pour qu’ils en soient complices. Raconter des histoires sur l’endroit où l’on se rend, expliquer comment on y va et quelles sensations on va pouvoir vivre. "

Qu’apporte un voyage au sein d’une famille? Quels sont ses avantages?

Le voyage est une expérience qui construit une histoire familiale partagée et inscrit de beaux souvenirs qui seront utiles à l’âge adulte. Petits et grands ont besoin de bâtir des expériences positives au niveau familial et le voyage, tout comme le jeu, les fêtes et d’autres occasions, est un antistress qui représente un bon expédient pour construire une identité familiale et personnelle positive.

Comment un enfant vit-il un voyage?

Pendant le voyage, l’enfant perd ses points de référence: sa maison, sa petite chambre, ses jouets, ses habitudes. Mais il conserve ses figures d’attachement, par conséquent, même s’il perd des références importantes, ses parents constituent sa base de sécurité pour affronter l’exploration. Dans tous les cas, les enfants ressentent l’absence de leurs objets en vacances, il peut donc leur arriver de demander à revenir dans leur monde, par exemple retrouver un jouet qu’ils aiment tout particulièrement (mieux vaut en emporter un en voyage), ou manger un plat qu’ils apprécient.

Quelles émotions déclenche le voyage?

Curiosité et étonnement sont les sentiments généralement les plus stimulés pendant un voyage. Mais aussi la peur (de l’inconnu, de la nouveauté) et la nostalgie des propres habitudes et des propres références. Tout est naturellement corrélé à la personnalité de l’enfant: les plus anxieux développeront plus la peur et l’angoisse d’affronter quelque chose de nouveau, qui se manifeste par exemple dans les «non» permanents face aux propositions des parents. Dans ces cas-là, il est nécessaire de trouver les clés pour lui permettre de faire face à des situations inédites de manière progressive, par exemple en rendant ludique la visite d’un endroit (une course, une ronde, une poursuite) ou bien en lui confiant une mission «importante pour la famille», ou encore en le laissant bercer son doudou préféré. À l’inverse, ceux qui aiment les nouveautés développeront la curiosité et l’envie d’explorer, qui seront accompagnées et gérées en matière de sécurité.

Comment bien préparer un voyage avec les enfants?

Une ressource essentielle est de partager l’organisation du voyage lui-même, pour qu’ils en soient complices. Raconter des histoires sur l’endroit où l’on se rend, expliquer comment on y va et quelles sensations on va pouvoir vivre. Leur lire des histoires anecdotiques sur les lieux et essayer de faire le rapprochement avec leurs expériences à l’école. De plus, envisager un voyage en famille doit nécessairement prendre en considération de prévoir des activités spécifiquement dédiées aux enfants: des vacances à Londres ne peuvent se limiter à la visite de musées et aux promenades dans le centre. Elles doivent prévoir par exemple un pique-nique dans les parcs, des moments de repos, des visites à des lieux expressément dédiés aux enfants.

Pendant le voyage, quelle est la meilleure attitude à avoir avec les enfants?

Loin de chez eux, les parents doivent faire plus attention aux réactions des enfants. S’il est impossible de recréer les habitudes de la maison, il sera utile de mettre en place de nouvelles routines (par exemple, un menu différent au petit-déjeuner, mais renouvelé) afin de diminuer le taux d’imprévus et de rendre les journées plus «régulières». Plus l’enfant est conscient de ce qu’il fait et ce qu’il fera dans la journée, plus il se sentira en sécurité: il a besoin de prévoir ce qui peut survenir, de savoir comment se dérouleront ses journées.

Les premiers jours de voyage sont cruciaux. Y a-t-il des précautions à considérer?

Lorsqu’il vous demande «on fait quoi après?», il est toujours utile de lui répondre de manière précise. Surtout les premiers jours de voyage et avec les enfants les plus jeunes, entre 3 et 6 ans. Pour les plus petits, il convient de faire particulièrement attention au moment du coucher: même ceux qui habituellement n’ont pas de problèmes de sommeil à la maison peuvent avoir besoin d’aide (une histoire, un câlin, une présence) pour s’endormir dans un endroit qu’ils ne connaissent pas, où ils n’ont plus de références.

Comment un voyage aide-t-il l’enfant dans sa croissance?

Un voyage, s’il est mené conjointement à une gestion appropriée des enfants, permet d’augmenter la flexibilité des enfants et leur faire acquérir de nouvelles habitudes. Se déplacer et explorer apporte des avantages en permettant aux enfants d’être plus ouverts et en mesure d’affronter de nouvelles situations. Les habituer à se déplacer aide à développer la fonction d’exploration, affronter de nouvelles situations augmente la capacité de résilience, c’est-à-dire l’adaptation à des situations imprévues.

Comment rendre agréable un voyage aux plus petits?

Une «astuce» est d’observer la réalité du point de vue de l’enfant. Mettez-vous à sa hauteur et essayez de regarder le monde tel que lui le voit: seconder ses désirs contribue à diminuer le niveau de frustration et de nervosité pour une journée qui de son point de vue, ne va pas dans le bon sens. Si un parent a pour objectif la visite de monuments et de bons restaurants, l’enfant lui préfère jouer dans un parc et manger un hamburger. La clé est de trouver un compromis, en organisant les journées de manière équilibrée entre les désirs des adultes et ceux des enfants. Lorsque face à une plage paradisiaque l’enfant préfère la piscine de l’hôtel, vous pouvez décider d’une matinée à la piscine et d’une autre sur la plage. Ignorer leurs besoins peut augmenter leur nervosité, stress, frustration avec pour conséquence des caprices redoublés.

À propos de caprices, comment les affronter au mieux?

Comme toujours, le caprice doit être contextualisé, même en vacances. La première chose à comprendre est de savoir s’il s’agit d’un simple caprice ou d’un besoin. Dans une situation «nouvelle» comme celle d’un voyage, l’enfant peut être plus nerveux et «demandeur» suite à de nombreux facteurs (nouveauté, horaires perturbés, habitudes différentes, etc.): il est important alors de savoir saisir le besoin, sans gronder les enfants. Cela signifie les écouter, leur répondre, comprendre si la cause est la fatigue ou l’hyperstimulation. Ensuite, il convient d’agir selon la cause, en essayant de toujours rester chaleureux et compréhensifs.

Comment se comporter en croisière?

Comme pour tous les autres types de voyages. La croisière est un voyage un peu particulier, qui offre l’avantage de maintenir la famille toujours en mouvement et de voir de nouvelles choses, mais sans modifier le contexte quotidien. Cela simplifie l’acquisition de nouvelles routines: la cabine du bateau et tous ses espaces sont un monde très varié mais «sûr», qu’un enfant peut s’approprier aussitôt, en explorant en toute sécurité et en se créant ses habitudes. De plus, les services de loisirs habituellement proposés lors d’une croisière viennent répondre aux besoins ludiques d’un enfant et sont très attirants pour les petits: s’ils parviennent à s’amuser, les vacances seront plus légères pour toute la famille.

Comment gérer le retour à la maison et la réadaptation aux routines quotidiennes?

Après des vacances, l’enfant peut avoir besoin de temps pour se réapproprier ses rythmes et ses espaces. Il est possible qu’il souhaite rester plus souvent à la maison, dans sa chambre avec ses jeux, qu’il n’ait pas trop envie de sortir comme l’exigent parfois ses parents. Dans ces cas-là, il est important de répondre à cette nécessité, pour qu’il retrouve progressivement son quotidien.

Existe-t-il un moyen pour «exploiter» les expériences vécues en voyage avec les enfants?

Pour maintenir bien vivantes les émotions vécues en voyage, tout comme pour les adultes il est utile d’y «revenir» de temps en temps en racontant les moments les plus drôles, en regardant les photos et vidéos prises pendant le voyage, en proposant à nouveau un plat particulièrement apprécié pendant les vacances.

Credits photo: Mondadori Portfolio/Age Fotostock