Lorsque le parfum inimitable de la noix de coco chatouille nos narines, nous sommes immédiatement pris d’une envie irrésistible de vacances et de mer. C’est parce que la noix de coco représente l’un des emblèmes des tropiques, l’un des aliments les plus consommés et des ingrédients les plus utilisés dans les archipels des Caraïbes.

"La saveur de la noix de coco restera sur vos papilles gustatives jusqu’au dernier instant, à chaque bouchée. "

Aux Caraïbes, la noix de coco est vraiment un ingrédient de base. Elle joue le rôle de protagoniste ou de figurante un peu partout dans les recettes traditionnelles des îles, dont les habitants perpétuent une véritable culture culinaire du cocotier et de ses fruits. Les populations caribéennes boivent du lait de coco parce qu’il est désaltérant et rafraîchissant ; elles utilisent aussi les cœurs de palmier pour faire des salades, en particulier avec des crustacés et des fruits tropicaux comme l’avocat ou la papaye ; à partir de la sève du cocotier et du nectar des fleurs de coco, on produit même du vinaigre et des eaux-de-vie, et à partir de la pulpe du fruit, on obtient de la farine et du beurre de coco… Voici maintenant quelques recettes et les endroits où elles sont nées, des lieux qui nous racontent la force du lien qui unit la noix de coco et la cuisine des Caraïbes. Un lien à découvrir.

Stewed saltfish à Saint-Kitts

Si vous êtes à Saint-Kitts, après une journée passée sur l’île pour profiter de la plage, des paysages tropicaux, et pour explorer la mer et les souvenirs coloniaux tels que le Romney Manor ou le domaine Fairview, vous pouvez aller à la recherche des délices de la cuisine locale. Le must gastronomique est sans aucun doute le stewed saltfish, un ragoût de poisson salé, de bananes plantains épicées et de boulettes de noix de coco, le plat national de ce charmant coin des Antilles. Les boulettes de coco atténuent le piquant des différents types de piment et du gingembre qui sont présents dans ce plat. La saveur de la noix de coco restera sur vos papilles gustatives jusqu’au dernier instant, à chaque bouchée. Les boulettes, préparées avec de la pulpe de noix de coco, du lait de coco, une goutte d’huile de coco et de la farine, sont également consommées séparément, avec des bananes plantains assaisonnées ou de la confiture. Où déguster cette recette? Par exemple, au restaurant Spice Mill, sur la légendaire plage de Cockleshell, ou encore au Pavilion, à Basseterre.

Le poulet-coco de la Martinique et le coco loco

Le lait de coco, obtenu en écrasant la pulpe de la noix de coco (à ne pas confondre avec l’eau ou jus de coco, le liquide qui se trouve à l’intérieur), est l’un des principaux ingrédients de la cuisine caribéenne, et antillaise en particulier. On le trouve partout et c’est sous cette forme que la noix de coco est généralement insérée dans les recettes de ce coin du monde. Essayez le poulet-coco martiniquais : au lait de coco, on ajoute des épices comme le curcuma, le cumin et le curry pour créer une délicieuse sauce qui assaisonne le poulet aux parfums des Caraïbes. Léger et aromatisé, c’est un plat auquel il faut absolument goûter. Il est servi dans tous les restaurants, même les plus économiques, comme Chez Fab et Claude sur la plage de Les Anses d’Arlet, ou au Coconet, sur la plage de L’Anse Michel à Cap Chevalier, à Sainte-Anne. Et pour une note de noix de coco après le dîner ? En soirée, c’est le grand moment du coco loco, le cocktail caribéen que l’on trouve partout, de la Jamaïque à la Guadeloupe. Frais et sucré, un nectar des dieux dont il existe de nombreuses versions : dans la recette classique, on mélange rhum blanc, rhum brun, vodka, crème de coco et sucre de canne, glaçons, et quelques gouttes de citron vert.

Les goûts sucrés des Caraïbes

La Martinique, comme on peut le deviner en visitant les grandes plantations de Belfort ou l’ancienne distillerie Clément, semble vivre de rhum et de bananes. Pourtant, la noix de coco, utilisée dans la recette du poulet-coco, qui est un véritable plat national, devient la star quand on entre dans le monde fantastique des desserts traditionnels de l’île. Par exemple, la farine coco grillée, un produit simple et savoureux, une street food typiquement locale : il s’agit de pulpe de noix de coco râpée en fines lamelles grillées à la poêle avec beaucoup de sucre et servies bien chaudes dans des cornets, comme ceux que l’on utilise pour les frites. Un vrai délice (super calorique). Parmi les confiseries à acheter dans la rue et à déguster pendant votre croisière, il y a aussi les lotchios, des boules de pulpe de noix de coco recouvertes de sirop de sucre de canne et frites. Dans les restaurants de l’île, vous pourrez commander le Robinson, une tarte faite de pâte brisée et garnie d’une couche de confiture de noix de coco, obtenue à partir de la pulpe. Essayez également le blanc-manger coco, un flan coco typique, souvent servi directement dans la noix, très répandu dans toutes les Antilles : un vrai classique de la cuisine martiniquaise. Et pour clôturer cette farandole des desserts, les macarons coco antillais : ces biscuits sont à base de farine, de lait de coco, de noix de coco râpée et d’épices comme la noix de muscade et la cannelle. Mais attention, quand on commence à manger des macarons… on ne peut plus s’arrêter!

Credits foto: Shutterstock