Le lion de Ceylan, né sur cette île et sous-espèce préhistorique, a changé de nom pour devenir le Sri Lanka. Il est aujourd’hui le symbole de son thé, un des plus appréciés au monde, protégé par le label à la crinière qui en garantit l’authenticité et la durabilité.

"Fiez-vous à votre instinct : Les meilleurs thés se reconnaissent très vite à la couleur vive et au parfum légèrement poivré. Et ce n’est pas pour rien si le nom de Ceylan est devenu synonyme de thé."

Une histoire d’amour

L’île célèbre cette année même ses 150 ans de mariage : une histoire d’amour qui dure depuis un siècle et demi entre Ceylan et Camellia sinensis, la plante du thé. Et pourtant, auparavant Ceylan cultivait sa « rivale », la plante du café, définitivement mise hors jeu par une infection fongique en 1870. C’est alors que Ceylan, sous l’égide de l’Écossais James Taylor, se lance dans la culture du thé. Elle sauve le pays – remplaçant avantageusement la précédente –, alors il ne la quitte plus.

Des arômes liés à l’altitude

Les 26 districts de l’île présentent des caractéristiques si différentes que chaque région les exprime dans des arômes uniques dévoilés par les feuilles. Au Sri Lanka, elles sont toutes jeunes et fraîches, pour en préserver la qualité élevée. Des cultures sans pesticides, une cueillette manuelle. Les thés se répartissent en trois catégories, en fonction de l’altitude : « High grown » (1200-2500 m), aux arômes d’agrumes, de fleurs, sucrés et frais, une tasse fine, claire et parfumée. « Middle grown » (600-1200 m), riches et moelleux, des notes citronnées et fruitées. « Low grown » (600 m), charpentés et vigoureux, dans une tasse brune. Lequel choisir ? Fiez-vous à votre instinct : Les meilleurs thés se reconnaissent très vite à la couleur vive et au parfum légèrement poivré. Et ce n’est pas pour rien si le nom de Ceylan est devenu synonyme de thé.

De capitale en capitale

La capitale Colombo offre toutes les variétés : aucun autre lieu n’est mieux adapté pour l’achat du Ceylon Tea, qui libèrera l’arôme de votre périple dans chaque tasse que vous boirez de retour chez vous. Pour ceux qui en sont en quête des rares blend, fiez-vous à la boutique du Sri Lanka Tea Board, 574 Galle Road. Le cœur de la production du thé dans le pays se trouve autour de son ancienne capitale Kandy, devenue aujourd’hui le centre culturel. Plongée au cœur de vertes collines et dominée par un lac splendide, elle est la destination d’un pèlerinage bouddhiste, mais aussi de shopping le long de l’artère très fréquentée Dalada Vidaya. Ne ratez pas le Ceylon Tea Museum, il rassemble de fascinants témoignages et raconte l’histoire de la culture à Ceylan.

En voyage avec du thé

C’est cependant de la plus lointaine province d’Uva que le magnat victorien Sir Thomas Lipton inonda l’Amérique de cette boisson exotique. On y arrive en empruntant des virages serrés en montagne – c'était à l’époque une véritable expédition avec des bêtes de somme, des fusils, des tentes en toile, sous ce vent sec qui apporte tout son caractère au thé. Puis, il y a Nuwara Eliya, une région plus en altitude, où les thés sont considérés comme les « champagne » du thé. Au sud, non loin de la côte et de la délicieuse cité coloniale de Galle, la rurale Akuressa permet de vivre une expérience qui va de la plante à la tasse, en découvrant comment les feuilles de thé sont cueillies et sélectionnées pour ensuite les mettre en sachets et les conditionner. Ici, vous pourrez visiter plusieurs plantations, qui ont gagné leurs espaces sur les forêts aidées par la force des éléphants. Une expérience vraiment passionnante et inédite !

Credits foto: Shutterstock

1 of 7