On ne peut bien saisir tout ce qui unit intimement la Croatie à la mer qu’en bateau, lorsque l’on se rapproche de son millier d’îles aux reflets émeraude, des vieux murs de Dubrovnik ou du palais de Dioclétien à Split. La mer Adriatique est depuis toujours source de vie, de prospérité et de culture pour ces terres, tant et si bien que des traditions distinctes se sont développées le long du littoral et dans l’arrière-pays. La gastronomie en est un exemple : pendant une croisière vers les merveilleuses villes de Dalmatie, il est possible de déguster des plats aux saveurs uniques, que l’on ne peut trouver que dans cette région.

"Thons, maquereaux, loups et autres espèces sont en général cuits sur un grill pour en exalter le goût puis servis avec des condiments extrêmement simples. Un filet d’huile, un peu d’ail et du persil.. et ça suffit comme ça."

Les entrées

S’il fallait choisir une seule entrée à goûter en Croatie, aucun doute n’est permis, ce serait le crni rižot. Il s’agit d’un risotto cuisiné avec des morceaux de seiches dans leur encre, ce qui lui confère sa couleur noire incomparable. Ce plat libère un arôme pénétrant de fruits de mer, avec des notes fraîches et relevées de persil et de poivre. Si votre croisière fait escale à Dubrovnik, le restaurant populaire Lokanda Peskarija (Na ponti bb) offre une vue fantastique sur les murs de la ville et propose, à un prix correct, d’abondantes portions de crni rižot, préparé comme le veut la tradition.

Une autre entrée à ne pas rater est le fuži. Ces pâtes artisanales dont la forme rappelle celles des pennes sont servies avec une sauce à base de veau et de tomates, accompagnées de champignons ou saupoudrées d’écailles des précieuses truffes des forêts d’Istrie. À Split, vous pouvez vous rendre les yeux fermés au Konoba Korta (3, Poljana Grgura Ninskog), un restaurant à l’atmosphère chaleureuse situé dans une petite cour tranquille du merveilleux palais de Dioclétien. Le fuži fait maison y est vraiment remarquable.

Les plats principaux

La table croate est riche de poissons d’une fraîcheur absolue, directement issus des eaux de l’Adriatique. Thons, maquereaux, loups et autres espèces sont en général cuits sur un grill pour en exalter le goût puis servis avec des condiments extrêmement simples. Un filet d’huile, un peu d’ail et du persil.. et ça suffit comme ça. Les excellentes langoustines et crevettes croates sont quant à elles les protagonistes de la buzara : elles sont sautées dans une poêle avec un mélange d’huile d’olive, d’ail, de persil, de vin blanc, de chapelure et, souvent, de sauce tomate. Pour les croisiéristes qui apprécient le poisson, les bons restaurants ne manquent pas à Dubrovnik, des plus traditionnels comme Proto (1, Široka ul.), une vraie institution de la ville, jusqu’au plus modernes comme Kopun (7, Poljana Ruđera Boškovića).

Ceux qui préfèrent la viande peuvent choisir la pašticada, un ragoût de bœuf très populaire en Dalmatie. Sa préparation est particulièrement longue : la viande marine tout d’abord plusieurs jours dans du vinaigre et du citron puis elle cuit pendant des heures dans une excellente sauce à base de tomates, de vin rouge, de prunes et de noix de muscade. À Split, une bonne adresse où déguster ce plat est Konoba Stare Grede (46, Domovinskog Rata), un établissement rustique et authentique qui propose aussi des grillades et des cevapčići, les boulettes de viande typiques des Balkans.

Autres petits plaisirs culinaires…

Parmi les nombreux délices de la gastronomie locale, ne ratez pas pendant votre croisière le Paški Sir, le célèbre fromage produit sur l’île de Pag dans des conditions uniques. Les brebis s’y nourrissent d’herbes aromatiques qui poussent sur les collines battues par les vents, en particulier de sauge locale. Et si vous avez envie de sucré, offrez-vous la kremšnita, un millefeuille généreusement garni de chantilly et de crème pâtissière, ou la rožata, une sorte de crème caramel typique de Dubrovnik, au goût léger et équilibré. Il n’y a rien de mieux pour bien finir un repas dans les magnifiques villes croates.

Croatie

Credits foto: Mondadori Portfolio + Alamt / IPA