La merveilleuse baie de Chalong à Phuket, la plage couleur d’émeraude de Chaweng à Koh Samui, les temples d’Ayutthaya : la Thaïlande est synonyme d’enchantement et de repos. Mais elle est aussi un paradis pour les gourmets, avec une importante tradition culinaire qui parvient à marier entre elles les saveurs les plus lointaines. Voici trois plats à ne pas manquer de déguster lors d’un voyage au « Pays des sourires », des recettes qui se fixeront inexorablement dans votre mémoire.

"Un autre pilier de la gastronomie thaï est le khao phat, le riz sauté. Il est exemplaire de l’art de s’adapter des Thaïlandais : il se prépare avec du riz déjà cuit que l’on fait sauter avec un peu d’huile dans le wok en y ajoutant ce qui reste à la maison : viandes, fruits de mer ou légumes, mais aussi des arachides, limes, oignons."

Pad thaï à Phuket

Impossible de voyager en Thaïlande sans goûter sa plus traditionnelle nourriture, qui a dépassé ses frontières et est devenue un street food mondial. Il existe en effet de nombreuses variantes de pad thaï. La version classique comporte des crevettes et se sert après avoir fait cuire dans un wok (une poêle aux bords montants) les crustacés avec de fins spaghettis de riz, des radis en julienne, des œufs frits, de gros oignons, des arachides, poivrons, germes de soja, du jus de lime et une sauce de tamarin et de sucre. Ce plat unique, très riche en saveurs, peut se déguster partout dans le pays, mais si vous plongez au cœur d’un site paradisiaque comme la baie de Chalong à Phuket – baignée des eaux turquoise de la mer des Andaman sur le versant sud-oriental de l’île – il n’en sera que plus délicieux. Par exemple, lors d’un déjeuner avec votre compagne ou compagnon au restaurant Kan Eang@Pier, à une table en bord de mer et entourés de palmiers, savourant le panorama sur les îles et sur une mer aux reflets verdoyants.

Khao phat à Koh Samui

Un autre pilier de la gastronomie thaï est le khao phat, le riz sauté. Il est exemplaire de l’art de s’adapter des Thaïlandais : il se prépare avec du riz déjà cuit que l’on fait sauter avec un peu d’huile dans le wok en y ajoutant ce qui reste à la maison : viandes, fruits de mer ou légumes, mais aussi des arachides, limes, oignons et l’immanquable nam pla (une sauce faite de poisson fermenté et sel). Il est ensuite assaisonné avec du piment, de la coriandre et de l’ail. Koh Samui propose toutes ses variantes, mais celle piquante est la plus typique. Comment découvrir le plus authentique ? Lors d’un dîner choisi parmi les kiosques et petits restaurants populaires des rues latérales à Chaweng Beach Road, la route longeant la plage homonyme. Sa longue étendue de sable blanc, les petites boutiques artisanales et sa végétation luxuriante derrière vous en font la plage la plus belle et la plus appréciée de l’île.

Tom kha gai à Ayutthaya

Rien de mieux, à votre arrivée en Thaïlande, qu’une excursion à Ayutthaya, ancienne capitale du royaume du Siam, à 70 km au nord de Bangkok. C’est l’occasion rêvée pour découvrir les sites de prière des moines bouddhistes, se laisser charmer par les wat – les temples dressant vers le ciel leurs flèches pointues – se promener dans le centre historique, une île au confluent entre trois fleuves, et plonger dans la gastronomie thaï. Et pour apprécier les parfums et les saveurs typiques, voici un autre plat à goûter : le tom kha gai, une soupe qui concentre le sucré, l’âpre, le piquant et le salé. Elle se prépare en mariant de la viande de poulet et du lait de coco, de la citronnelle, des feuilles de lime et son jus, du poivre, du sucre et de fines lamelles de galanga (une épice ressemblant au gingembre). Le poulet peut être remplacé par du porc, des champignons, du tofu ou des fruits de mer. Si elle est correctement préparée et présente la bonne consistance veloutée – comme c’est le cas au restaurant Bann Kun Pra (dans U Thong Road 48/2) où vous pourrez la déguster sur une véranda donnant sur le fleuve Pa Sak – elle vous offrira son merveilleux équilibre de saveurs.

Credits foto: Shutterstock