En été, sur les plateaux colorés de fruits frais, il est facile de reconnaître et d’apprécier les figues de Barbarie : des fruits à l’aspect assez bizarre, une sorte de pomme de terre verte et pointue, avec l’intérieur rouge et juteux. Faisant partie de nos habitudes alimentaires depuis quelques temps déjà, elles sont devenues une catégorie d’appellation d’origine contrôlée en Italie.

"Riches en eau – 83% de leur composition – les figues de Barbarie ont des propriétés diurétiques, et sont donc un excellent et savoureux remède pour ceux qui combattent la cellulite et la rétention d’eau. "

D’où viennent-ils?

Les figuiers de Barbarie, ou figuiers d’Inde, semblent provenir du Mexique et ont été introduits en Europe après la découverte des territoires américains: ces territoires ont d’abord été considérés comme les nouvelles Indes, ce qui explique l’origine du nom de cette plante. Les Aztèques utilisaient déjà cette plante, sacrée pour eux, aussi bien pour son fruit que pour obtenir le carmin, un type particulier de rouge qui est encore aujourd’hui dans le commerce, obtenu à partir d’un parasite qui se développe directement sur les tiges de la plante, que l’on appelle communément les «raquettes», à cause de leur forme plate et presque ovale.

Le long voyage des figues de Barbarie

Au départ, les figues de Barbarie ont été transportées et vendues pour être utilisées comme remède contre le scorbut, maladie fréquente, en particulier chez les marins. Grâce à sa résistance aux températures élevées et à la facilité avec laquelle la plante se répand, les figuiers d’Inde se sont propagés au fil du temps dans toute la Méditerranée, en particulier à Malte et en Sicile, devenant partie intégrante du territoire naturel. On dit que le célèbre journaliste et photographe palermitain Natale Giaggioli emportait toujours avec lui un faux figuier de Barbarie, en papier mâché, ayant remarqué que les grands journaux publiaient des photos à sensation seulement si en arrière-plan on pouvait en voir un.

Les bienfaits des figues de Barbarie

Riches en eau – 83% de leur composition – les figues de Barbarie ont des propriétés diurétiques, et sont donc un excellent et savoureux remède pour ceux qui combattent la cellulite et la rétention d’eau. Mangées après le repas, grâce aux fibres qu’elles contiennent, elles favorisent le transit intestinal, luttant contre la constipation. Certaines études ont également montré que les figues de Barbarie ont un rôle dans le rééquilibrage des parasites entériques, et que les graines dont le fruit est composé aident à nettoyer la paroi intestinale. Les figues de Barbarie, en bref, sont une excellente alternative biologique aux laxatifs et aux régulateurs intestinaux artificiels, d’autant plus que la plante ne nécessite pas d’interventions chimiques au cours de sa croissance et n’est soumise à aucune manipulation de l’homme. De plus, ces fruits sont une très bonne source de vitamine C et de propriétés antioxydantes.

Curiosité

Les figues de Barbarie ont longtemps constitué un véritable plat du pauvre, à la fois savoureux et nourrissant, alimentant les travailleurs sous toutes les latitudes. Pour les agriculteurs en Sicile, la figue de Barbarie est le petit-déjeuner typique pendant les vendanges, et en Érythrée, les enfants cueillent ces fruits dans la nature pour les revendre sur les trottoirs aux passants.

Comment les peler et les déguster, en boisson fraîche

Pour éviter de se blesser avec la figue de Barbarie, il faut la piquer sur une fourchette et l’inciser sur toute sa longueur avec un couteau, retirer les extrémités et la couper en tranches. Une façon fraîche et originale de déguster ce fruit, en apéritif sucré et pétillant: pour un verre de vin mousseux – de préférence demi-sec – compter une figue de Barbarie. Couper deux tranches de la pulpe du fruit et les mettre de côté. Mixer la partie restante du fruit et mélanger avec le vin mousseux. Ajouter les tranches coupées en petits morceaux dans le cocktail, en utilisant une demi tranche pour décorer le verre.

Credits photo: Mondadori Portfolio/Age Fotostock