Rome est une ville à visiter, mais pas seulement : il est incontournable de la découvrir à table. En effet, ses plats racontent une histoire riche en passions et traditions transmises au fil des âges.  C’est la meilleure façon de découvrir toute l’âme de la capitale et ses saveurs. À chaque quartier son plat. Suivez-nous dans cet itinéraire du goût.
Ne manquez pas l’occasion de la visiter lors de notre plus longue excursion : le Cirque Maxime, le Colisée et une escapade jusqu’à la basilique Saint-Pierre.

Populaire comme « la Carbonara »

L’âme des quartiers populaires offre un symbole savoureux et fumant : les pâtes à la Carbonara. Son origine est incertaine, mais une des plus curieuses histoires autour de sa naissance raconte qu’elle serait née dans une ancienne auberge en 1944. L’idée de ce plat serait due aux ingrédients fournis par des soldats américains : lard, œufs et fromage. Au fil des années la recette a été perfectionnée, créant de véritables écoles de pensée. Les traditionalistes affirment qu’il ne faut mettre que les jaunes des œufs, de la joue de porc, du pecorino romano, du sel et du poivre. Les versions plus modernes acceptent du lard, des œufs entiers et du parmesan.

Classique comme le farro

Le farro, une sorte d’épeautre, représentait l’aliment principal de la table romaine il y a 2000 ans. Il s’employait quotidiennement parmi les soldats, les nobles et même auprès des gladiateurs du Colisée. Il existait même un rite nuptial avec cette céréale  : les mariés devaient partager une fougasse d’épeautre pour sceller leur union. Aujourd’hui, le farro est utilisé dans un potage très savoureux : le farricello, un plat du pauvre traditionnel particulièrement délicat qui est relevé avec de la couenne, des oignons et des tomates.

Polyvalent comme l’artichaut

Les artichauts « alla Giudìa » : voilà un autre plat typique de la cuisine romaine absolument indispensable. La base de cette recette repose sur une friture croquante d’artichauts. Parmi les secrets pour les réussir, nous trouvons le type d’artichauts (rond et sans piquants) et la cuisson qui doit se faire dans une poêle en céramique. La préparation remonterait aux anciennes auberges romaines, autour du ghetto juif, dans le caractéristique quartier Sant’Angelo.

Pétillant comme « un supplì »

Rome est une ville brillante et joyeuse, à l’image d’un supplì : une croquette de riz frite et panée farcie de fromage fondant. Ce plat est servi en hors-d'œuvre ou en entrée, et dans différentes variantes : aux champignons, à la viande et à la tomate, et même « en version gourmet ».

Rome est une ville unique, qui saura vous étonner pour sa cuisine mais aussi pour ses nombreux sites remarquables. Ne manquez pas l’occasion de la visiter lors de notre plus longue excursion : le Cirque Maxime, le Colisée et une escapade jusqu’à la basilique Saint-Pierre. Ce ne sera que le début de votre aventure.