L'île du divertissement a mille visages, à commencer par la ville pittoresque composée de petites maisons blanches aux volets bleus qui montent sur la douce crête d'une colline. Des ruelles qui se croisent comme un labyrinthe, des coins cachés pleins de charme, alternant avec des églises et des boutiques, le tout surmonté d'anciens moulins à vent.

C'est Mykonos, l'île qui plaît à tous : aux familles en quête de quiétude, aux VIP, aux jeunes en recherche de plaisir sans limite et bien sûr aux amateurs de plages dorées avec une mer cristalline. Toute la magie des îles grecques se concentre sur quelques kilomètres du territoire.

Que voir à Mykonos ? Le centre historique, la Petite Venise, les moulins et les villages et bien d'autres choses encore. Découvrez les meilleurs endroits de Mykonos avec une croisière Costa !

Le centre historique de Mykonos

Chora est le nom avec lequel le centre historique de Mykonos est identifié, une ville d'une rare beauté aujourd'hui universellement appréciée. Les rues étroites qui se croisent sont pleines de surprises et les traverser est une expérience particulière qui laisse un sentiment de profonde satisfaction. Les petites maisons avec toutes leurs couleurs constituent le cœur de cette partie la plus ancienne et la plus riche historiquement, qui coexiste en grande partie avec Little Venice, la petite Venise. En plus de la richesse des nuances de l'environnement, vous serez enchantés par la perspective du coucher de soleil, lorsque - vu d'ici - les vagues de la mer sont teintées de lumière dorée et se brisent sur la promenade tandis que le ciel bleu devient jaune puis rouge.

Des galeries d'art, des coins de pure beauté. Lieux où vous pouvez déguster des boissons délicieuses à la tombée de la nuit avant de faire la fête dans les discothèques. Ou, avant la tombée de la nuit, faire une promenade à la recherche de nouvelles curiosités : l'église Paraportiani, par exemple, et, tout près, le Musée d'art populaire qui abrite une collection complète de meubles, de gravures et d'objets historiques et artistiques d'époque.

De la Petite Venise aux moulins de Mykonos, vous découvrirez une douzaine d'églises, dont la cathédrale d'Odos Mitropoleos. Vous pouvez également vous arrêter au Musée national de la mer Égée, puis à la Maison de Léna. Enfin, sur la route du port, découvrez le musée archéologique.

La Petite Venise

À Mykonos, l'un des quartiers touristiques les plus caractéristiques et les plus populaires est certainement la Little Venice, la Petite Venise qui - à droite de la baie d'Alefkandra - regroupe les maisons colorées sur les pentes d'une colline qui se reflète dans le bleu de la mer Égée. Dans ces rues se concentrent le plus grand nombre de restaurants, de tavernes et de petites boutiques pour acheter des souvenirs et des produits artisanaux. Il est vraiment recommandé de se promener ici, surtout le soir, au coucher du soleil, avant un dîner exceptionnel sous la lune pour une soirée inoubliable.

Le nom du quartier provient de la présence sur ces îles de l'ancienne République maritime de Venise, en particulier des bâtiments historiques qui donnent sur la mer et qui étaient autrefois les résidences de riches marchands, principalement italiens. Aujourd'hui, ces bâtiments abritent des boutiques, des tavernes raffinées dont les vitres se trouvent au ras de l'eau. La lumière de l'aube qui filtre le matin donne à tout le quartier un charme irrésistible qui se manifeste sous diverses formes tout au long de la journée et de la nuit.

Les moulins à vent sont une autre particularité de la Petite Venise, sur le promontoire au sud-ouest du quartier. Depuis plus de 400 ans, ils constituent l'une des ressources économiques les plus rentables de l'île, grâce aussi et surtout aux vents favorables qui ont permis aux moulins de moudre le blé exporté ensuite dans le monde entier. Sept d'entre eux sont restés sur l'île et, restaurés, ils représentent aujourd'hui l'un des symboles les plus caractéristiques de Mykonos.

L’église des Paraportiani

La plus ancienne et aussi la plus célèbre église de Mykonos est située dans le quartier de Kastro et est facilement accessible depuis le centre de la capitale de l'île. Panagia Paraportinai, dont le nom signifie "Vierge Marie" et désigne l'ensemble de cinq églises construites dans une architecture typiquement cycladique, en chaux blanche comme beaucoup d'autres édifices de la région.

La construction des églises a commencé en 1475 et s'est achevée en 1600. Les églises ont été construites les unes à côté des autres. Quatre d'entre elles ont servi de base à la cinquième qui avec un dôme les domine toutes. Paraportiana signifie porte intérieure, car cette église a été construite autour de l'une des anciennes portes des remparts de la ville qui, dans l'Antiquité, devait protéger la ville et le fort, aujourd'hui disparu.

En entrant, vous êtes éblouis par tant de beauté. La blancheur du blanc qui se détache sur le bleu de la mer et du ciel séduit instantanément à chaque heure du jour mais surtout au coucher du soleil. Et cela même la nuit, lorsque la lueur du bâtiment est renforcée par le clair de lune. L'église est également entourée de moulins à vent et ressemble presque à une montagne de neige qui fond au soleil et, comme on l'a écrit, c'est "le rêve d'un confiseur fou". C'est en tout cas un chef-d'œuvre d'architecture, une œuvre d'art qui, au fil des siècles, a dû frapper de façon indélébile l'imagination d'innombrables visiteurs.

Les moulins à vent

Ils sont considérés comme le symbole de la Hollande, mais tout le monde ne sait peut-être pas qu'ils sont aussi l'une des principales attractions de Mykonos. Ils sont dispersés partout, mais ils sont particulièrement célèbres à Alefkandra. Dès le départ, depuis leur construction, ils ont représenté un élément fondamental du développement de l'île, notamment parce que, grâce à des vents très favorables, ils étaient utilisés pour moudre les céréales qui venaient des îles environnantes. Le blé, en particulier, était cultivé directement à Mykonos et la farine produite était exportée à l'étranger.

Au fil du temps, l'économie de l'île s'est concentrée sur le tourisme et les moulins ont progressivement perdu leur fonction d'origine et sont devenus, après quelques rénovations, des attractions pour les touristes, tout en offrant un décor extraordinaire pour les plus belles cartes postales. L'un des moulins, entre autres, est devenu un musée où des textes et des photos racontent l'histoire de ces symboles de l'île.

La place Manto

En vous promenant dans les rues étroites de Chora, le centre de la capitale de Mykonos, vous traverserez inévitablement la place de Manto. C'est la place centrale du vieux port, la maison d'une femme légendaire. Son buste en marbre est situé en plein milieu de la place. Son histoire remonte à l'époque de la révolution grecque, en 1821, lorsque Mykonos a joué un rôle clé. Magdalena Mavrogenous dite "Manto" est née à Trieste en 1796 dans une riche famille aristocratique et libérale.

Son père était un commerçant prospère en Grèce et sa mère une femme polyglotte, très cultivée, qui est née à Mykonos et s'est également occupée de l'entreprise familiale. La jeune Manto a donc reçu une éducation de haut niveau, influencée par les idéaux des Lumières. Elle est alors devenue une femme ouverte d'esprit et active dans une période obscurantiste. Partout, on l'a surnommée "la belle Grecque".

Son rêve était de libérer la Grèce occupée depuis des siècles par les Turcs. Elle a collecté des fonds et a obtenu le soutien de nombreux amis puissants en Europe, et elle a financé sa propre flotte et envoyé des centaines d'hommes dans le Péloponnèse. Elle a rencontré Demetrius Ypsilanti et s'est fiancée avec lui. Mais elle a fini par se séparer de lui, sans le moindre argent. Elle est retournée à Mykonos pour écrire ses mémoires, puis est morte sur l'île de Paros. Une des plus grandes héroïnes grecques de la guerre d'indépendance, honorée à Mykonos par la place qui porte son nom en raison de son grand courage.

Aujourd'hui, cette place est le point central d'où l'on peut monter jusqu'au panorama des moulins. Entouré de bars et de restaurants, c'est un lieu de rencontre pour tous les touristes et offre une vue imprenable sur la Petite Venise, pleine de couleurs éblouissantes et de suggestions uniques.

Le petit port de Tourlos

Tourlos est le nouveau port de Mykonos et assure des liaisons quotidiennes par ferry et par bateau de croisière. Il est situé sur la côte ouest de l'île, à un peu plus d'un kilomètre de la ville. À côté de la marina se trouve la plage d'Agios Stefanos, elle aussi toute proche. C'est principalement ici que vous trouverez un large choix de restaurants et de clubs. Le sable est doré et c'est aussi le point de rencontre international de nombreux touristes, où en plus de la baignade, vous pouvez vous essayer à divers sports nautiques. Autrefois l'un des quartiers les plus calmes, il est aujourd'hui très à la mode en raison du développement du port de plaisance et de la présence de nombreux yachts. 

Ainsi, au fil des années, après l'importante augmentation du nombre de touristes, de nombreuses célébrités ont décidé de trouver un logement ici, en construisant ou en rénovant des maisons de luxe ou de belles villas qui ont contribué à la prospérité du vieux petit village de maisons blanches. Il est maintenant facile, en se promenant, de rencontrer un acteur ou un sportif célèbre. Il est très facile de s'y rendre, l'aéroport n'est qu'à 4 kilomètres. Il suffit de louer une voiture (ou une moto ou un vélo) et les vacances peuvent commencer. 

Le phare du Cap Armenistis

Dans le silence et la splendeur de cette mer, se dresse le phare d'Armenistis, construit en 1891 et toujours en service aujourd'hui. Il est situé dans la région de Fanari, à environ 7 kilomètres de Chora, sur la route de la côte nord. Il surplombe, comme évoqué, la mer d'un bleu intense qui s'étend entre Mykonos et l'île voisine de Tinos.

Son emplacement est stratégique et lui permet clairement d'offrir une multitude de vues panoramiques sur les environs. Il mérite un arrêt car il parvient à donner au visiteur une idée de l'histoire fascinante de l'île, qui resplendit de beauté. Il a été construit après le naufrage du navire à vapeur britannique Volta en 1887, qui a causé la mort de onze personnes. Depuis lors, le phare est un guide de confiance, un point de référence essentiel.

La société française Sauter Lemonier a breveté le système d'éclairage et a reçu un prix à l'exposition internationale de Paris, mais ce n'est qu'en 1983 qu'il a été remplacé par un nouveau mécanisme électrique. En tout cas, pour tout le monde, le phare aujourd'hui est avant tout une icône de beauté à photographier pour témoigner de la passion du voyage dans ces lieux. 

Agios Sostis

Intacte, relaxante, lumineuse, royaume du naturisme : c'est ainsi que l'on pourrait décrire la plage d'Agios Sostis et le charme qui la caractérise au premier abord. En effet, se situant au nord de l'île, loin du centre de la movida touristique, elle reste l'une des destinations les plus populaires pour ceux qui recherchent un lieu plus calme, moins fréquenté, entouré de chants d'oiseaux et pour toutes ces raisons, elle est particulièrement appréciée des adeptes du nudisme. Il va sans dire qu'il n'y a pas d'installations aménagées et que vous devez arriver sur cette plage correctement équipé.

Ano Mera

Après la principale ville, ce village est le centre le plus peuplé de Mykonos. Les attractions touristiques ne manquent assurément pas, bien que le village soit très calme, loin du chaos des plages mondaines. Les beautés architecturales et historiques abondent ici aussi, vous pouvez les découvrir en vous promenant dans les rues étroites et pavées de la vieille ville. La grande place accueille tous les touristes et les séduit avec son offre de plats de poisson frais et de cuisine grecque traditionnelle à des prix raisonnables.

Surplombant le village se trouvent deux anciens moulins à vent, sur une colline qui, au fil des ans, a conservé toute sa beauté. En face du village (où une visite au monastère de Panagia Tourliani est indispensable) se trouve l'autre monastère de Paleokastro, avec les restes d'un château byzantin et quelques tombes. De là, il sera facile de rejoindre les plages d'Elia et de Kalafatis, pour revenir profiter pleinement de la légendaire vie nocturne de Mykonos.

Le monastère de la Panagia Tourliani

Nous sommes dans un lieu mystique, à visiter peut-être après une journée à la plage ou avant une promenade dans les rues de Chora. L'église dédiée au saint patron de l'île a été fondée en 1542 par les moines du monastère de Katapoliani à Paros. Sous ses fondations se dressait une autre église ancienne, "Eisodia tis Panaghias". Et c'est dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que la dernière rénovation a été effectuée, comme on peut encore le constater aujourd'hui.

Un beau clocher domine toute la structure, au-dessus de la cour avec une fontaine en marbre ornée de sculptures. Des artistes florentins ont réalisé des petites icônes en bois décorées de feuilles et de fleurs dorées. Panagia Tourlani est en effet le nom d'une icône représentant la Vierge Marie qui, pour une série de faits, est considérée comme miraculeuse. C'est pourquoi l'église a toujours attiré un grand nombre de fidèles.    

Marathi

En suivant la route vers la plage de Panormos, vous pouvez être surpris de découvrir soudainement la vue d'un lac. Il s'agit en fait d'un vaste bassin artificiel, créé en 1992 pour collecter l'eau de pluie dans le but d'alimenter l'île surtout pendant les mois secs de l'été. Protégé de toute forme de pollution, il recueille l'eau des collines environnantes. Aujourd'hui encore, c'est un réservoir d'eau très précieux pour toute l'île.

Paleokastro

Pour se rendre au monastère, construit vers le XIIe siècle, il faut monter une colline depuis le village d'Ano Mera, dans l'une des zones les plus vertes de l'île. Il s'agit d'un monastère de femmes datant du 18e siècle. L'architecture est typique des Cyclades et tire son nom des vestiges du château de Gizi, plus connu sous le nom de Paleokastro en grec ancien. C'est l'un des deux monastères situés dans cette zone, l'autre est celui de la Panagia Tourliani, beaucoup plus accessible car à proximité de la place centrale d'Ano Mera.

Dans ce cas, vous devez plutôt suivre les indications presque dissimulées parmi les bâtiments anciens. Pour entrer, il suffit de frapper à la porte d'entrée, une religieuse peut vous ouvrir et vous guider à l'intérieur. A quelques mètres de cette construction se trouve également l'église dédiée à Saint Vlasis avec des tissus anciens et des images votives, selon le rite orthodoxe, en plus des nombreuses pièces qui servaient autrefois à accueillir les hôtes du couvent. A proximité se trouve également un rare tombeau préhistorique formé d'une roche de granit géante.

Île de Délos

Considérée comme la perle des Cyclades, elle semble intacte et évocatrice pour le visiteur. Un endroit où même le vent contribue à renforcer cette atmosphère, tandis que l'ensemble du paysage a quelque chose d'onirique, peut-être parce que c'est surtout la nature sauvage qui dicte les cycles. Elle est située au centre de l'archipel et est considérée comme l'île sacrée, l'un des sites archéologiques les plus importants de Grèce.

Site du patrimoine mondial de l'UNESCO, à Delo, il n'y a bien sûr pas le divertissement habituel de la ville voisine de Mykonos, mais vous pouvez profiter de l'extraordinaire musée en plein air. En partant de Mykonos en ferry, vous arrivez après une traversée de 45 minutes et en une journée (trois heures le temps nécessaire) vous pouvez la visiter, avec l'aide d'archéologues qui sont les seuls autorisés à rester sur l'île pour de courts séjours.

La tradition dit qu'il est interdit de naître ou de mourir sur l'île, car la mythologie attribue à Délos la naissance de deux des plus importants dieux comme Apollon et Diane, des jumeaux nés de Latona sur les rives du lac sacré. Ici, dans les temps antiques, on dit que les cygnes consacrés à Apollon nageaient. En 1925, après une épidémie de malaria chez les archéologues, le lac a été asséché.

C'était aussi un lieu de culte des dieux égyptiens, comme en témoigne le temple dédié à Isis, déesse de la fortune et protectrice des marins, représentée par un demi-buste. Un endroit particulier est la Terrasse des Lions : les statues ont été offertes par Naxos en signe de protection pour Délos, à l'origine il y en avait douze mais il n'en reste que cinq. L'un des lions a été volé sous la domination vénitienne et se trouve maintenant à l'entrée de l'Arsenal de Venise.

Les vestiges des résidences de la période hellénistique sont magnifiques avec leurs sols en mosaïque : la Maison des Dauphins, la Maison des Masques et la Maison de Dionysos où la divinité est représentée à cheval sur une panthère. Ne manquez pas le Stoà di Filippo et l'Agorà dei Deli (une place de marché de forme carrée). Il faut également admirer les ruines du théâtre datant de 300 avant J.-C., avec une ancienne citerne. D'autres monuments remarquables sont le portique des Nassi, les restes de la statue d'Apollon et le temple d'Artémis (une des sept merveilles du monde antique).

Les plages de Mykonos

Les fêtes et les débordements ont rendu Mykonos célèbre dans le monde entier, mais avant tout, elle reste une destination merveilleuse pour ses nombreuses plages. Toutes très belles et variées, adaptées aux différents besoins des visiteurs. Elles sont presque toutes concentrées sur la côte sud, la plus abritée des vents, tandis que dans le nord, on trouve les plages les plus sauvages. Paradise Beach est peut-être la plus célèbre, celle qui est littéralement prise d'assaut par les plus jeunes : ici se trouvent les clubs les plus à la mode où jouent les meilleurs DJ de la scène internationale, ici on fait la fête à toute heure du jour et de la nuit.

Psarou est au contraire la plage la plus chic, bondée de VIP et équipée de bars de luxe. Agraire, sablonneuse et caillouteuse, elle est définitivement plus calme, gay friendly et aimée des naturistes, tout près de la célèbre plage d'Elia que l'on peut atteindre à pied. Près d'Ano Mera, nous trouvons Kalo Livadi et son sable doré, au pied des maisons blanches (et des hôtels). La plage d'Ornos est particulièrement adaptée aux familles, avec un petit port pour les bateaux de pêche et aussi pour les yachts

Agia Anna offre un beau paysage avec des falaises surplombant la mer. Kalafatis est une destination pour les surfeurs, Lia est une petite baie tranquille.

Parmi les plages du nord, Agios Sostis est une petite crique idéale pour admirer le lever du soleil. Panormos possède un sable blanc fin avec de petites dunes et des zones peu profondes comme de petites mares. Merisini est moins connue, si ce n'est par les surfeurs. Fokos est implanté dans un environnement sauvage près du lac de Marathi. Le Ftelia est également garanti pour se détendre sur le sable fin. A l'ouest se trouve Houlakia, protégée par les maisons situées derrière elle. Agios Ioannis est très populaire, avec son sable clair et les collines qui l'entourent, ses eaux peu profondes convenant aux enfants.

Lire également :

Agios Stefanos

La plage la plus proche du centre de Mykonos, située à un kilomètre au nord du nouveau port de Tourlos, est une belle et charmante plage protégée des vents, très fréquentée, avec un rivage sablonneux de sable clair et une mer turquoise, divisée en zones à la fois aménagées et libres. Le panorama ici présente également les maisons blanches sur fond de collines verdoyantes. Le village tire son nom de la chapelle qui domine la plage, au bord de la baie. Il y a plusieurs églises anciennes à proximité qui méritent d'être visitées, de Santa Gioras di Michalovitis à Santa Gioras Spilianos. 

Platys Gialos

Plus qu'une simple plage, c'est un endroit où vous pouvez passer toute la journée au bord de la mer en profitant des excellents bars de la plage. Une belle vallée qui descend à de grands surplombs entre oliviers et terrasses vers une mer magnifique, au milieu des parfums de myrte et de genévrier. Le touriste est au centre de tout et trouve en quelques mètres tous les services possibles et imaginables. De l'hôtel à la taverne à la piscine, en passant par le fabuleux rivage.

Elle peut également être la destination d'une seule journée, d'où vous pouvez facilement vous rendre sur d'autres plages célèbres de Mykonos : la célèbre Paradise Beach, ainsi que Psarou et Paraga, accessibles à pied. Platys Gialos est la meilleure pour ceux qui veulent pratiquer des sports nautiques, la gamme est très large. Et puis il y a le paysage extraordinaire, à commencer par la couleur émeraude de la mer, presque caribéenne, avec un fond marin en pente douce. Bien sûr, l'espace de la plage libre est très limité, mais par ailleurs, tout le confort est vraiment à portée de main. 

La maison de Lena

Un petit musée insolite au centre de Mykonos. Ce n'est rien d'autre qu'une maison du XVIIIe siècle, trois pièces encore meublées d'époque et d'objets originaux. Des lits, des vêtements et une machine à coudre. Mme Lena, à l'entrée, vous accueille avec beaucoup de gentillesse et d'hospitalité, en vous racontant en italien l'histoire et le contexte de chaque chambre. Cette maison a également l'avantage d'être un excellent point de vue pour admirer le spectacle du coucher du soleil sur les maisons blanches et colorées du quartier de la Petite Venise tout proche.

Le musée maritime de la mer Égée

Il est installé dans un manoir typique du XIXe siècle à Chora, la ville de Mykonos, dans la région de Tria Pigadia. Le thème principal du musée - fondé en 1983 - concerne la vie marine et la navigation, en particulier la marine marchande, dont l'histoire est riche dans toute l'île. Elle était à l'origine la résidence de l'un des plus importants capitaines de navires marchands grecs, Nikolaos Sourmelis, qui s'était distingué lors de la lutte pour l'indépendance contre l'Empire ottoman.

Dès vos premiers pas dans le jardin, vous pourrez observer de près le mécanisme authentique qui a été installé à l'origine au phare Armenistis, une machine qui a été primée à l'Exposition universelle de Paris. En outre, ce musée abrite à lui seul deux navires-musées qui illustrent directement les progrès de la technologie dans ce domaine. Le voilier égéen Evanghelistria (datant de 1940) et le navire à vapeur Thalis ou Milissios (construit en 1909) ont été sauvés et restaurés, puis remis en service avec la technologie de l'époque. 

L'île de Dragonisi

Un autre coin de paradis, en dehors de Mykonos, également connu sous le nom de Nisida Tragonisi. Un îlot enchanté à six kilomètres de la baie de Kalafatis, caractérisé par des formations rocheuses, façonnées par le vent et l'eau, aujourd'hui complètement inhabitées. Si vous aimez la nature sauvage, c'est une étape à ne pas manquer, en marge du tourisme de masse.

Il est idéal pour plonger dans ses eaux claires qui révèlent de beaux fonds marins (également visibles de la surface) en plus des grottes marines pleines de vues surprenantes. Certains ne sont accessibles qu'aux spécialistes de la spéléologie, comme la célèbre grotte de Sigillo. Mais dans beaucoup d'autres galeries, vous pouvez plonger librement, peut-être pour rencontrer les anémones de mer jaunes (vous ne les trouverez qu'ici) ou les poissons de verre. Un environnement protégé par l'Union européenne pour assurer la préservation du meilleur milieu de vie pour chaque espèce animale et végétale menacée. Il est à noter que le phoque moine y trouve également refuge. En plus des hautes falaises, vous pouvez vous arrêter sur une petite plage de sable blanc au soleil.

Explorez Mykonos avec Costa Croisières

Quels autres endroits dans le monde sont capables de concilier les merveilles de la nature et le plaisir des boîtes de nuit avec une telle qualité ? Mykonos sait qu'elle peut rivaliser avec les îles espagnoles et elle le fait en exposant tous ses joyaux. Nous vous en avons déjà parlé, mais c'est maintenant à vous de réaliser votre rêve en embarquant sur l'un de nos navires !

Choisissez votre prochaine croisière