A propos de Rome, le poète allemand Goethe a écrit : « Qui l’a vue a tout vu ». En effet, la capitale d’Italie, située au centre-ouest de la péninsule sur les rives du fleuve Tevere, a été témoin d’un passé incroyable. Selon la tradition, la ville a été fondée par Romulus le 21 avril 753 avant J.C. et l’Empire romain a duré jusqu’à 476 après J. C. Au cours de ses trois millénaires d’histoire, la ville éternelle a été la première métropole de l’Ouest, cœur battant de l’une des plus importantes civilisations anciennes et lieu d’origine de la langue latine. Elle a abrité et abrite toujours la Cité du Vatican, centre de la chrétienté catholique : c’est la seule ville au monde à accueillir en son sein un État entier. Aujourd’hui, Rome est le point de rencontre de différentes cultures, religions et ethnies : ses monuments confirment la valeur fondamentale de la ville. Le Panthéon est l’une des structures religieuses les plus fascinantes de Rome. Édifié il y a plus de 2000 ans, il s’agit de l’un des bâtiments antiques les mieux conservés, représentant l’expression suprême de la gloire de l’Empire Romain. Plusieurs architectes de la Renaissance se sont inspirés au Panthéon, au point que Raphaël a voulu en faire le lieu de son enterrement. Dans cet article vous trouverez tout ce qu’il faut savoir du Panthéon :
Grâce à Costa, vous pourrez faire escale au port de Civitavecchia et explorer Rome en profitant des excursions qu’on vous propose.

L’histoire

Le Panthéon a été érigé en 27 avant J.C., sur l’ordre de Marco Vipsanio Agrippa, qui était le fidèle bras droit d’Auguste, premier empereur romain, dans le cadre d’un programme d’amélioration urbaine. Dû à plusieurs incendies qui l'avaient endommagé, il a été entièrement reconstruit sous Hadrien entre 112 et 124 après J.C. Ce monument tire son nom de l’adjectif grec « pántheion », qui signifie « de tous les dieux ». En effet, à l’origine il était un temple polythéiste consacré à toute divinité : la tolérance religieuse était l’un des aspects d’avant-garde de l’Empire romain. Au VIIe siècle, le pape Boniface IV décide de le convertir en église et lui donne le titre de basilique de la Sainte Vierge et de tous les Martyrs. Il s’agit du plus grand monument romain antique qui nous soit parvenu presque intact. Cette œuvre admirable avait satisfait Auguste à tel point qu’il disait que, grâce à son gendre Agrippa, Rome avait été transformée de ville en brique à ville construite en marbre.

La construction

Ainsi, chez les romains le Panthéon était le lieu où chaque dieu pouvait être honoré. Sa structure est très originale, en se distinguant des autres temples de l’Empire. Trois rangées de colonnes en marbre servent de pronaos et de support à un avant-corps rectangulaire qui donne accès à la cella circulaire, appelée « rotonde ». Cette dernière soutient le poids de la plus grande coupole de l’Antiquité, avec ses 43 mètres de diamètre : même aujourd’hui, c’est le plus grand dôme au monde en béton non armé. Le pronaos est l’entrée du temple, un espace semi-ouvert, qui conduit le visiteur à la découverte de la rotonde, divisée en deux niveaux horizontaux abritant des pilastres, ainsi que des décorations réalisées en marbre multicolore et des peintures. Après presque deux millénaires, la forme unique du Panthéon de Rome transmet encore toute sa beauté et sa grandeur et, restée identique au fil du temps, il vous fera respirer l’atmosphère de l’Empire Romain. 

L’intérieur

L’édifice circulaire, en style romain, est un chef-d’œuvre d’ingénierie. Selon certains chercheurs, il pourrait s’agir du premier bâtiment d’architecture classique, où l’intérieur est conçu intentionnellement pour mettre au second plan l’extérieur, plus simple, et donc surprendre le visiteur.  Le sol en marbre est pentu et présente vingt-deux trous, nécessaires à drainer l’eau de pluie qui entre par l’oculus, une ouverture dans la coupole de 9 mètres de diamètre environ. Si vous avez la chance de visiter le Panthéon en mi-journée, vous pourrez voir la lumière du soleil briller parfaitement sur le sol. Au niveau inférieur des parois s’ouvrent six larges niches à plante alternativement trapézoïdale et semi-circulaire, auxquelles s’ajoutent la cavité de l’entrée et l’abside. Des colonnes se trouvent en correspondance de l’ouverture des niches et des lésènes supportent la trabéation en marbre coloré. Entre les niches, huit petits sanctuaires abritent des statues anciennes. Douze tombeaux occupent les niches : entre autres, ceux du roi Victor-Emmanuel II, d’Humbert I, de Marguerite de Savoie et de Raphaël. 

L’extérieur

Un fossé, peu profond, entoure le temple romain. Le pronaos, c’est-à-dire l’entrée, se compose de seize colonnes en granit de 13 mètres de hauteur. Au-dessus, le fronton présente une inscription en l’honneur d’Agrippa : « M·AGRIPPA·LF·COS·TERTIUM·FECIT », qui signifie « Marcus Agrippa, fils de Lucius, Consul pour la troisième fois, le construisit. ». L’extérieur du monument se présente comme un bloc cohérent de béton non armé dont la rigidité le rend résistant aux intempéries et déformations. Le poids des pierres du Panthéon atteint jusqu’à 90 tonnes : il y a plus de 2000, elles ont été transportées d’Egypte, une véritable tâche titanesque. Le corps extérieur de la rotonde n’était pas visible à l’époque, car il était caché par la présence d’autres bâtiments contigus ; c’est pourquoi il ne présente pas de décorations particulières, à l’exception de trois niveaux horizontaux auxquels correspondent différents matériaux qui, du bas en haut, sont de plus en plus légers.

La coupole

La coupole du Panthéon est une demi-sphère jouant le rôle de point de contact entre les dieux, le temple et les croyants. La lumière, qui entre par l’oculus, crée une atmosphère lyrique et solennelle qui veut représenter la voûte céleste.  Elle mesure 43 mètres de hauteur et 43 mètres de diamètre, ce qui correspond à 150 pieds romains. Selon les estimations des chercheurs, elle pèse plus de 5000 tonnes. Grâce à la correcte répartition du poids, le dôme a résisté jusqu’à nos jours. Fait intéressant : au début, il était couvert en bronze mais, à plusieurs reprises, il a été récupéré pour des raisons économiques. Un de ces épisodes a eu lieu en 663, quand l’empereur byzantin Constant II avait décidé de l’utiliser pour financer sa guerre contre les Lombards. A l’intérieur, la coupole possède cinq rangées de caisson et des alvéoles en perspective : cela permet à la lumière de créer des effets de clair-obscur étonnants. La coupole du Panthéon est toujours la plus grande coupole au monde, dépassant à la fois celle de Saint-Pierre à Rome, celle de Brunelleschi à Florence et aussi la coupole de Sainte-Sophie à Constantinople.

Le porche

Le porche, ou pronaos, rend possible l’accès au avant-corps et à la rotonde du Panthéon. Il présente seize colonnes en granit de 13 mètres de hauteur, huit grises et huit roses. Ce qui étonne le visiteur, c’est le contraste entre l’entrée carrée, typique des temples romains et grecs, et l’immense espace circulaire de l’intérieur, qui était normalement conçu pour des structures thermales. Originairement, on accédait au porche en montant cinq marches : le monument était élevé de 1,32 mètres au-dessus de la place. Sur la façade, il est possible d’admirer l’inscription d’Agrippa en lettres de bronze, tandis qu’une deuxième est relative à une modeste restauration accomplie en 202 après J.-C. par Septime Sévère et Caracalla. Le toit du pronaos, à double pente, est soutenu par des charpentes en bois qui étaient recouvertes en bronze ; en 1625 environ, le pape Urbain VIII, décide d’enlever ce dernier pour la réaliser les quatre-vingts canons du Château Saint-Ange. Le pavé se compose de plaques de marbre coloré formant un dessin géométrique de cercles et carrés.

Les peintures

Dès le XVe siècle, le Panthéon a été enrichi de fresques et de toiles. La première niche à droite abrite l’Annonciation de Melozzo da Forlì : l’archange Gabriel rend visite à la Vierge Marie et, avec une branche de fleurs de lys en main, lui annonce qu’elle deviendra la mère de Christ. Après avoir été transformé en église catholique, le Panthéon est choisi officiellement comme siège de l’Académie pontificale Insigne des Beaux-Arts et de la Littérature des Virtuoses, ensuite renommée Académie nationale de San Luca. Vous pourrez donc admirer plusieurs scènes de la Bible et de la vie de Christ, réalisées sur toile avec des huiles. A partir de la Renaissance, plusieurs artistes ont choisi d'être enterrés ici : les peintres Raphaël et Annibale Carracci, l’architecte Baldassare Peruzzi et le musicien Arcangelo Corelli.

Information pour la visite

Le Panthéon est situé au cœur de Place della Rotonda, bordée de cafés et restaurants. Il est ouvert tous les jours : du lundi au samedi de 8 heures 30 à 19 heures 15 et le dimanche de 9 heures à 17 heures 45. Il peut y avoir des restrictions pendant les offices religieux. L’entrée est libre et gratuite mais la réservation est fortement recommandée. Vous pourrez également louer des audioguides qui vous conduiront, pendant 35 minutes, à la découverte de l’histoire du Panthéon. Si vous arrivez en bus, vous pourrez descendre à l’arrêt Largo di Torre Argentina ou Piazza di Spagna.

Les autres Panthéons

La structure du Panthéon de Rome, modèle le mieux conservé de l’architecture monumentale romaine, a fortement influencé les architectes européens et américains, de la Renaissance au XIXe siècle. Andrea Palladio, l’architecte le plus important de la République de Venise de 1500, s’est inspiré du style gréco-romain pour concevoir ses œuvres néoclassiques, tels que le Teatro Olimpico de Vicence et l’église des Zitelle à Venise. Plusieurs salles, universités et bibliothèques font écho à la structure du Panthéon, avec porche et dôme. Même en Italie, ils existent des édifices qui reprennent cette forme : entre autres, l’église du cimetière monumental de Staglieno de Gênes, la basilique de San Francesco di Paola à Naples, le Temple de Canova à Possagno et l’église de San Carlo al Corso à Milan. En ce qui concerne les pays anglo-saxons, on peut citer le rond-point de Thomas Jefferson de l’Université de Virginie aux Etats-Unis, la bibliothèque de l’Université Columbia à New York et la bibliothèque de l’État de Victoria à Melbourne, en Australie. En France, le Panthéon de Paris, construit entre 1758 et 1789 par la volonté de Louis XV, est très célèbre aussi grâce à la présence d’une reproduction du pendule de Foucault.

Découvrez la Méditerranée en croisière avec Costa

Grâce à cet article, vous êtes prêts pour partir en vacances, destination Rome ! Costa vous a fait découvrir un des joyaux de la ville éternelle : son Panthéon. Édifié il y a plus de 2000 ans, il s’agit de l’un des bâtiments antiques les mieux conservés au monde. Voulu en 27 avant J.C. sur l’ordre de Marco Vipsanio Agrippa et reconstruit entre 112 et 124 après J.C, ce monument constitue l’un des témoignages architecturaux les plus importants de l’époque romaine. En profitant des croisières mises en place par Costa sur la mer Méditerranée, vous pourrez faire escale à Civitavecchia et visiter Rome avec ses merveilles. Qu’attendez-vous ? Réservez dès maintenant une croisière en Méditerranée avec Costa pour explorer la capitale d’Italie et son Panthéon.