Il se nomme Co.De - Costa Design Collection - et sera le premier musée à bord d’un navire de croisière. Un espace d’exposition de 400 m² dédiés au design Made in Italy d’hier et d’aujourd’hui, de la mode aux transports, qui vous accueillera au cœur même du navire. La meilleure façon de vous présenter Co.De ? Laisser la parole en avant-première à ceux qui l’ont conçu : Adam Tihany, directeur artistique du Costa Smeralda et designer du musée, et Matteo Vercelloni, professeur d’histoire du design à l’école polytechnique de Milan et chroniqueur auprès de prestigieuses revues spécialisées italiennes et internationales, commissaire de la collection.

"Le musée sera réparti en cinq sections : Memorabilia, Mode, Transports, Design d’intérieur, Objets pour la table, et chaque pièce exposée présentera son histoire."

Un défi conceptuel unique en son genre

« À l’image d’un musée qui expose fièrement le patrimoine culturel d'une grande ville internationale, Co.De représentera la plus authentique essentialité du Costa Smeralda, en accueillant le meilleur de l’Italie qui a inspiré sa naissance et sa réalisation. » C’est par ces mots qu’Adam Tihany met en avant l’extraordinaire collection prête à nous stupéfier par son contenu… et son caractère architectural unique. Car sous cet angle, Co.De met en scène un défi conceptuel sans précédents. Le musée est en effet installé sur le pont 7, celui qui permet de rejoindre la zone de restauration principale du navire. Un environnement au cœur donc de la vie de la croisière, qui répond au souhait de le rendre facilement accessible au plus grande nombre de croisiéristes pour le visiter. Cependant, un espace fermé aurait bloqué le flux des personnes se déplaçant le long du pont. La solution ? « Nous avons créé un itinéraire spectaculaire et mémorable – nous explique le directeur artistique du Costa Smeralda – qui passe à travers un tunnel en acier inoxydable éclairé de l’intérieur. Ce tunnel est composé d’une suite d’anneaux divisés entre eux, créant des ouvertures que les croisiéristes pourront traverser pour explorer les espaces d’exposition mis en place sur ses deux côtés. »

La collection : un « florilège d’objets » du goût italien

Aux côtés du commissaire Matteo Vercelloni, nous partons à la découverte de la collection, en commençant par le principe qui a inspiré la naissance du Co.De : « Nous l’avons conçu comme une chambre des merveilles traçant à travers les objets exposés un passionnant florilège du goût et du style italiens. Le musée sera réparti en cinq sections : Memorabilia, Mode, Transports, Design d’intérieur, Objets pour la table. Chaque pièce exposée racontera son histoire : son année de création, le nom de son designer, l’entreprise qui l’a produite, la durée de sa production… Et toutes ces histoires mises ensemble créeront alors un fascinant récit composé de multiples chapitres, forgeant une vision unique sur le design italien ».

La vitalité du design italien en pleine lumière

Nous entrons dans le cœur de Memorabilia, une section qui s’annonce comme une des plus passionnantes : « Elle accueillera des objets qui vivent encore dans la mémoire et souvent dans le foyer de tout Italien, mais pas seulement – nous raconte le commissaire – de la cafetière napolitaine aux jeux de boules, de la marionnette de Pinocchio au petit pot de Coccoina, la colle des écoliers née en 1927 ». Et ces objets du quotidien voisineront avec des pièces iconiques qui font l’histoire du design italien des années 1930 à aujourd’hui. « J’aime à souligner que 85 % de ces pièces sont toujours en production et en vente. Cela témoigne de la vitalité du design italien, indépendant des modes. L’exposition vous présentera des produits fabriqués dans les années Cinquante, toujours vendus aujourd’hui et d’une modernité absolue. Ou même avant, comme la chaussure de tennis Superga, dessinée en 1925, encore très populaire actuellement.

Une collection stylée

« En évoquant l’histoire du Made in Italy, il était naturel de parler également de la mode » nous explique Matteo Vercelloni en nous faisant entrer dans l’espace muséal consacré aux grandes griffes italiennes. « Avec les commissaires de cette section, Roberto Dassoni et Augusta Grecchi, nous avons déniché chez les antiquaires de design une série de pièces originales – des chemises Ferrè aux pantalons Armani – en mesure de raconter notre mode. Elles seront exposées sur des mannequins. Mais il y aura aussi un podium virtuel, avec un défilé en vidéo sur de grands écrans verticaux où une modèle portera des tenues iconiques, créant un effet de défilé permanent de la mode italienne de ces dernières décennies ».

De la Vespa aux navires Costa

Scénographier la section du musée dédiée aux transports a relevé d’un défi plus que malaisé. « L’après-guerre – explique Matteo Vercelloni – a vu l’extrême importance du design italien dans les moyens de transport : le train Settebello, la Lambretta, la Vespa, les automobiles, les vélos, les transatlantiques… Nous nous sommes interrogés sur la manière d’exposer tant de beautés admirées dans le monde entier dans un espace aussi restreint, et nous avons trouvé la solution. Les pièces uniques présentées en dimension réelle comme le Ciao, la Vespa, le Mosquito et les vélos Bianchi, Cinelli et la Graziella seront accompagnées d’un diorama (une maquette en trois dimensions) de 12 mètres qui nous permettra d’exposer simultanément, à une échelle réduite, des automobiles de légende, les trains les plus célèbres et les grands navires blancs, du Michelangelo aux navires Costa, naturellement. Ce sera certainement la partie du musée la plus appréciée des enfants ! »

Et pour finir, tous au cinéma !

Les contenus multimédia seront comme chez eux dans la section dédiée à la mode, mais aussi tout le long du parcours de l’exposition, avec une attention particulière sur le design italien vu à travers le grand écran, le cinéma. « C’est tout à fait cela – nous confirme Matteo Vercelloni – nous avons sélectionné et monté avec Roberto Dassoni des séquences de films célèbres pour montrer avec légèreté comment le meilleur design italien est entré dans notre réalité quotidienne. Par exemple, il y aura le Ragionier Fantozzi aux prises avec le mythique fauteuil Sacco, Gregory Peck et Audrey Hepburn sur la Vespa dans Vacances romaines, mais encore un ensemble de pièces design apparaissant dans la série des James Bond avec Sean Connery… ».

Ainsi, Co.De est prêt à vous plonger dans un long et passionnant périple à travers ce qu’Adam Tihany a défini comme « le meilleur du meilleur de l’Italie ». « Un musée – conclut Matteo Vercelloni – non pas dans le sens classique, mais entendu comme un espace d’émotions, ouvert, ludique et agréable à explorer, qui permettra aux visiteurs italiens de reconnaître leur propre histoire, mais aussi aux visiteurs internationaux d’apprécier la qualité du design italien devenu intemporel. »