Un sourire, un regard attentif à la mise en place, un conseil à ceux qui feuillettent le menu : notre rencontre avec Gianni Patrito, Maître d’Hôtel du Costa Pacifica est au Club Blue Moon, le restaurant réservé pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner des Membres Perla Diamante. C’est lui qui a la responsabilité de chaque service à bord afin qu’il soit parfait et c’est lui qui coordonne les activités de tous les restaurants. Alors que le déjeuner se termine, nous voyons le Maître d’Hôtel échanger quelques mots et un salut avec un couple de membres français avant de venir nous rejoindre. « Les moments à table, les saveurs – nous dit-il – sont une partie fondamentale de la croisière. Mon travail consiste à mettre l’accent sur les détails qui apportent plus de valeur aux vacances, pour que chaque voyage soit unique. Et ici au Restaurant Club, où le menu à la carte est encore plus raffiné et l’atmosphère plus intime, chaque moment a une saveur encore plus unique.

"Mon travail consiste à mettre l’accent sur les détails qui apportent plus de valeur aux vacances"

Alors nous pouvons dire que chaque croisière est une expérience en soi?

Certainement : non seulement chaque croisière est différente, mais chaque jour, et même pour nous qui accueillons nos croisiéristes à bord, est différent. Notre tâche est de les accompagner pour les surprendre sans cesse. Et cela vaut notamment pour les membres CostaClub, nos croisiéristes les plus attentionnés et privilégiés, qui reprennent parfois plusieurs fois le même itinéraire : nous faisons de notre mieux pour que leur croisière soit toujours aussi magique que « la première fois ». Pour les croisiéristes, leurs vacances entendent être une rupture vis-à-vis de la routine, elles impliquent en soi l’envie de vivre de nouvelles expériences et connaître de nouvelles choses. Pour le personnel par contre, chaque journée sur le navire est ponctuée de réunions et débriefings de coordination : nous faisons attention à tous les détails de chaque service pour être sûrs d’avoir répondu à tous les désirs de notre « public ». Bien sûr, l’itinéraire aussi fait la différence ! Par exemple, en Europe du Nord – l’une des destinations les plus appréciées par les membres – nous faisons en sorte que tout soit prêt très tôt le matin, parce que les croisiéristes sont souvent matinaux. Par contre, quand nous voguons vers les Caraïbes, où les rythmes sont plus décontractés, nous veillons à ce que le petit-déjeuner soit riche en propositions fraîches et légères.

Les membres, et en général les passagers du navire, proviennent de différents pays : comment parvenir à tous les satisfaire?

Toute personne qui s’assoit à table apprécie d’être étonnée, mais elle souhaite avant tout que ses goûts et ses habitudes soient compris et accompagnés. Il est donc important de former le personnel afin qu’il sache interpréter les différentes cultures, pour que les membres se sentent « comme chez eux », à chaque fois qu’ils viennent chez nous. Et il est essentiel aussi de proposer de nombreuses saveurs internationales : au restaurant, chacun a la sensation de voyager, de découvrir de nouvelles choses. En ce sens, les menus sont toujours différents, même sur les longs voyages.

Qu’est-ce qui donne plus de saveur à un déjeuner ou un dîner en croisière?

Quand le navire se déplace, cela se ressent : il est bercé par les vagues et la brise, les murmures de la mer et du vent… Tout cela est pour moi le cadre qui rend unique chaque instant passé à table. Songeons à il y a quelques années, quand sur le Costa neoRiviera nous avons créé un événement avec pour seul but de faire apprécier pleinement aux croisiéristes la sensation du voyage en mer. Les jours où le navire a traversé le détroit de Messine, nous avons organisé un brunch sur la poupe que nous avons dénommé « Déjeuner dans le sillage de l’hélice ». Le mariage du panorama, des saveurs et des parfums dans l’air a créé un cadre inoubliable. Ce brunch a eu un grand succès, les membres à bord ont adoré !

Vous faites partie de Costa depuis de nombreuses années et vous avez voyagé pratiquement dans le monde entier : quel est le côté qui vous sensibilise le plus dans votre travail, encore aujourd’hui?

L’atmosphère de partage qui se crée entre les tables : c’est une magie qui se renouvelle constamment, parce qu’à bord, prendre le temps de lancer une conversation, de se connaître, surtout en dégustant ensemble un dîner ou un déjeuner excellent, c’est facile. Il faut dire qu’entre membres, le partage est encore plus fort. C’est l’une des raisons, selon moi, qui les fait revenir à bord avec nous, car ils se sentent accueillis comme des invités spéciaux, car les manifestations qui leur sont dédiées créent naturellement de nouvelles amitiés qui sont plus solides dans les croisières les plus longues. Une anecdote entre toutes ? C’était en 1991, la dernière croisière du mois d’août de l’Eugenio Costa : le voyage fut merveilleux, nous avons abordé l’Écosse, l’Islande, le Groenland et même New-York, où nous avons fait escale pendant trois jours. Je me souviens de ces deux croisiéristes qui voyageaient chacun tout seul et se sont retrouvés par hasard pour dîner à la même table… Des années plus tard, sur le Costa Classica, ils sont venus vers moi, main dans la main et m’ont dit qu’ils s’étaient mariés. Je ne savais pas encore que j’allais revivre cette scène au fil des années !