Depuis une dizaine d’années, Kotor s’affirme comme destination touristique internationale. C’est grâce à son emplacement unique, blottie au fond de la plus grande baie de la Méditerranée. Fondée à l’époque romaine, dominée par les Vénitiens (qui la baptisèrent Cattaro) pendant 400 ans, puis passée sous le joug des Autrichiens, l’Unesco a inscrit Kotor, ville au charme unique au monde, au patrimoine de l’humanité.

"Sa singularité architecturale repose sur le fait qu’elle s’inscrit tout entière dans une forteresse, ce qui lui a permis d’affronter l’épreuve du temps: se promener dans ses ruelles est un voyage dans un passé médiéval et vénitien de la ville. "

L’idéal est d’y arriver en bateau, pour ensuite visiter la vieille ville et ses alentours, qui transmettent une atmosphère bien particulière, comme si tous les points cardinaux convergeaient ici: des panoramas valant la Scandinavie, la chaleur typique de l’Europe méridionale et des traditions où l’Est et l’Ouest cohabitent en toute harmonie sous le signe du repos et de la joie de vivre. Voici trois expériences à vivre absolument, qui ne vous prendront que quelques heures.

Une promenade à l’abri des remparts

Stari Grad, l’ancienne Kotor, se dévoile au bout d’une baie comme un bourg lacustre (ses eaux environnantes sont celles d’un lac salé) entouré de montagnes. Sa singularité architecturale repose sur le fait qu’elle s’inscrit tout entière dans une forteresse, ce qui lui a permis d’affronter l’épreuve du temps : se promener dans ses ruelles est un voyage dans un passé médiéval et vénitien de la ville. À peine plus grande qu’un village, Kotor s’explore à pied, au gré des côtes et des vaux de son labyrinthe de ruelles. La cathédrale San Trifone et les places centrales valent le détour. Et pour les grimpeurs aguerris, la montée jusqu’au château San Giovanni offre un panorama sur la baie inoubliable.

Une après-midi à la plage

La baie de Kotor est parsemée de plages en tous genres (sable, rochers, galets), mais elles revendiquent toutes une eau cristalline. Les meilleures pour y passer quelques heures sont Bojova Kula, Bigovo (face à un grand rocher de rêve), Trstena (et ses eaux particulièrement scintillantes) et Morinj, un site ponctué d’anciens moulins désormais aménagés en restaurants.

Le littoral au nord

La route qui part du centre-ville vers le nord est toute en courbes, virages et panoramas sur la baie qui ne cessent de changer. L’ancien village de Perast et les deux petites îles qui lui font face méritent une étape, tout comme Risan, un village de pêcheurs aux origines romaines qui se trouve à 17 km de Kotor: ses bâtiments en pierre grise aux toitures rouges sont étonnants.

Un dîner sur la baie

Après un petit tour sur le marché local qui longe les remparts, un kaléidoscope balkanique et disparate de poissons, fruits et légume, se plonger dans la cuisine locale vaut le détour. Parce qu’elle est en effet un panachage de traditions romaines, vénitiennes, dalmates et monténégrines, mais aussi parce qu’elle est proposée par une foule de petits restaurants avec terrasse sur la mer ou bien par ceux qui offrent leur oasis de repos à l’abri du dédale des rues du centre. Velouté de moules, calamars grillés, poulpe et poisson frais seront le must, accompagnés d’un vin blanc local.