Céphalonie, la plus grande des îles de la mer Ionienne, est aussi appelée « L’île des contrastes ». Romains, Vénitiens et Byzantins y sont passés et ont contribué tour à tour à la richesse du patrimoine culturel de cette terre aux forts contrastes, des plages enchanteresses aux montagnes sauvages de l’intérieur, en passant par les grottes qui ponctuent constamment son relief. La cuisine locale ne peut en être que le reflet, entre produits de la terre et produits de la mer.

"La kreatopita est par contre une spécialité l’on ne peut déguster qu’à Céphalonie. Il s’agit d’un feuilleté de plusieurs viandes (porc, mouton et bœuf) avec des oignons, de l’ail, des pommes de terre, du riz, des épices et de la tomate"

D’Argostoli à Sami, des baies d’Assos à la plage Myrtos et à la grotte de Melissani, un voyage à Céphalonie doit aussi être une immersion dans les saveurs de la cuisine typique des îles grecques, et pas seulement. Voilà ce que l’île offre de meilleur, une cuisine traditionnelle et sans fioritures, dont tous les ingrédients proviennent de la nature et sont élaborés avec simplicité.

La cuisine des produits de la mer

Le poisson du jour, grillé, est le grand classique de l’île. Les pêcheurs, très nombreux le long de la côte d’Argostoli, proposent leurs produits aux restaurateurs et aux passants: calamars, seiches, soles, crevettes, crabes et coquilles Saint-Jacques constituent la base des menus de poissons et de fruits de mer. Mais à Céphalonie, il y a une tradition unique, celle des filets de morue séchés (bakaliaros ou Kofisi), qui sont frits puis servis avec l’agliada, une sauce obtenue à partir de pommes de terre bouillies écrasées dans un mortier avec de l’ail, de l’huile et du citron. Des beignets au goût prononcé sont aussi préparés avec la morue.

La viande et la kreatopita

Comme dans de nombreuses îles grecques, la viande est aussi importante que le poisson à l’heure de passer à table : souvlaki (brochettes), stifado (bourguignon à la grecque aux oignons nouveaux et à la sauce tomate) et youvetsi (agneau) connaissent partout un énorme succès, tout comme la moussaka (célèbre plat à base de viande, d’aubergine, d’oignon, de tomate et de béchamel). La kreatopita est par contre une spécialité l’on ne peut déguster qu’à Céphalonie. Il s’agit d’un feuilleté de plusieurs viandes (porc, mouton et bœuf) avec des oignons, de l’ail, des pommes de terre, du riz, des épices et de la tomate.

Les produits de la terre

Les collines fertiles de Céphalonie offrent des ingrédients simples et naturels. Chicorées, moutardes, brocolis et herbes sont sautés à la poêle et accompagnent le pain local, la pita, avec du riz et les fromages des bergers. Les olives, autre produit traditionnel, sont incontournables. Vous pouvez les apprécier tout simplement avec la pita ou dans la riganada (croûtons avec des tomates). Elles permettent aussi de produire une huile au goût prononcé. Enfin, il ne faut pas oublier l’aubergine, au cœur de nombreux plats. Goûtez la bourbourelia, une soupe crémeuse et savoureuse à base de haricots, sel, poivre et huile d’olive.

Le vin

À Céphalonie, on produit l’un des vins les plus appréciés de toute la Grèce : le robola. Perdez-vous dans les vignes qui recouvrent les collines, passez de cave en cave et, en profitant de la brise orientale, dégustez-le avec quelques amuse-gueule. Depuis 1993, lorsque le romancier Louis de Bernières a fait connaître Céphalonie dans le monde entier grâce à son roman La Mandoline du capitaine Corelli (dont a été tiré le film du même nom), ce a conquis les touristes du monde entier.

1 of 8