Palerme s’affirme comme une des destinations touristiques les plus dynamiques d’Europe : ces deux dernières années, l’affluence a connu une augmentation constante et les localités littorales limitrophes ont presque toujours fait le plein. La capitale est le cœur de la Sicile. Il y a 2 700 ans, elle n’était qu’un petit village où transitaient des populations et des cultures fort différentes entre elles : Phéniciens, Grecs, Romains, Byzantins, Arabes, Normands et Aragonais y laissèrent leurs empreintes qui s’y sont enracinées au fil des siècles, formant un kaléidoscope de traditions uniques. Outre les incomparables beautés artistiques et architecturales, Palerme se savoure dans la rue et sur la mer, au contact de sa population accueillante. Voici trois suggestions pour saisir l’essence même de la ville. Elles plairont à qui aime se perdre dans les traditions locales, à qui aime déguster les délices typiques ou tout simplement à qui entend se laisser séduire par les chants de la mer.

"La glace de Palerme est également incontournable. Pour ses habitants, elle est la meilleure au monde : certains affirment qu’elle a été inventée ici même, par le chef Francesco Procopio dei Coltelli, qui l’exporta en France à la fin du XVIIe siècle. "

Des marchés ad hoc

Une des meilleures façons de visiter la ville est de se perdre dans les marchés du centre : un plongeon au cœur du «chaos créatif» typiquement méditerranéen. Si les plus connus, Vucciria et Ballarò risquent désormais d’être un peu trop touristiques, la Palerme la plus authentique se retrouve sur le Marché del Capo. Les Palermitains du quartier du Tribunal fréquentent ce dédale d’étals qui dévoile les racines arabes de la ville: des épices soigneusement exposées, des pyramides de fruits, des crieurs qui attirent le chaland par leurs réparties comiques, des câpres savoureuses, des thons et espadons qui envahissent les étals et les meilleurs fruits secs au monde. À ne manquer sous aucun prétexte: le cornet de beignets de cardes tous frais.

Les en-cas au fil des rues

La cuisine sicilienne est certainement la plus variée et la plus complexe d’Italie, à cause justement de ce panachage de traditions très différentes. Les petits établissements du centre apporteront les expériences les plus savoureuses. Le local par excellence est l’Antica Focacceria San Francesco (rue Paternostro 58 et rue Cavour 133). Née en 1834, elle est désormais l’établissement le plus gourmet et a ouvert des succursales dans d’autres villes italiennes: ici, un street chef compose en rafale les pani ca’ meusa (un petit pain au sésame avec de la ricotta fraîche, de fines tranches de rate et de mou), tandis que l’ancienne cuisinière en fonte concocte des beignets, arancini (boules de riz panées et farcies), des pâtes à la Norma et des mattonelle di sfincione (une pizza très savoureuse aux anchois mais sans mozzarelle) aux dimensions impressionnantes. Franco u Vastiddaru (rue Vittorio Emanuele 102) est un autre lieu «sacré», un des meilleurs endroits pour les panelle (beignets à base de farine de pois chiches), croquettes et autres types de friture en général. Mais aussi où la caponata est une des meilleures de la ville. Il existe d’autres excellentes adresses, comme Al Gelatone (rue Autonomia Siciliana 96/98) qui offre de découvrir des parfums insolites, et même salés, la __Pasticceria Cappello __(rue Garzilli 10, rue Colonna Rotta 68) passée maître dans l’art de marier les différents parfums et chez __Ciccio Adelfio __(corso dei Mille 73), avec ses 79 parfums de brioche.

Mer et trekking

Pour vivre la mer en parfaits Palermitains, il suffit de se rendre à Mondello (une dizaine de kilomètres au nord du centre ville) pour plonger dans une plage caribéenne : des eaux turquoise, un sable blanc, deux collines vertes encadrées par une plage et en arrière-plan les villas liberty de la bourgeoisie sicilienne. Une des plus belles plages de la côte nord se trouve à Cefalù, un endroit qui semble avoir été créé juste pour offrir d’inoubliables souvenirs au voyageur : un plongeon dans ses eaux limpides, un coucher de soleil flamboyant sur la volée de marches de son dôme arabo-normand, un dîner dans ses ruelles avec des pâtes à la Norma. À l’ouest de Palerme, la visite de la Riserva dello Zingaro entre les bourgs de Scopello et San Vito Lo Capo est incontournable : c’est un des plus beaux parcs paradisiaques de toute la Méditerranée. Il propose un circuit de 7 kilomètres le long du littoral avec d’un côté les falaises et de l’autre le bleu unique de la mer, pour alterner trekking et baignades. Et en soirée, des plats de poisson sur une terrasse de Scopello dominant les éperons rocheux. C’est l’âme de la Sicile.