Une mer transparente, une nature sauvage et de splendides villages d’un blanc pur qui parsèment le paysage : un séjour en Grèce c’est tout cela, et bien plus encore. En visitant quelques-unes des îles les plus pittoresques, vous pourrez vivre votre voyage d’une façon nouvelle, en imaginant les protagonistes des mythes de l’antiquité. Les personnages de la mythologie grecque ont en effet contribué, selon les croyances religieuses des hellénistes anciens, à la naissance et au développement des plus belles îles, comme la Crète, Corfou, Santorin. Découvrez-les à travers leurs histoires, en profitant de la richesse d’une grande culture qui a influencé la civilisation occidentale.

"Corfou est une terre de contrastes et de pure séduction, avec ses littoraux de plages blanches ou de hautes roches sombres, et fut le théâtre de quelques-unes des plus belles histoires d’amour de la mythologie."

De l’Olympe aux « îles mythologiques »

Selon la mythologie grecque, la vie était régie par les divinités à l’apparence humaine. Les dieux vivaient sur la plus haute montagne de la Grèce, le Mont Olympe, situé entre la Thessalie et la Macédoine, non loin de la mer Égée, et dont le sommet était nimbé de nuages pour empêcher les hommes de l’atteindre et de le découvrir. Les dieux jouissaient de l’immortalité et de la jeunesse éternelle, mais ils avaient aussi les défauts typiques des simples mortels : par exemple, ils entraient fréquemment en conflit, ce qui fut souvent la cause de leurs aventures ! Douze d’entre eux, les « Olympiens », décidaient du destin des humains et chacun était responsable de la protection ou de la gouvernance d’un élément naturel (comme la mer ou le feu) ou d’un aspect de la vie (comme l’amour, la fertilité ou l’art). Ils sont les protagonistes d’histoires fascinantes, comme celles de leur souverain, Zeus – le dieu des éclairs et des cieux – dont les exploits retentissaient dans tous les coins de la Grèce, en commençant par la Crète. De l’Olympe sacré, en effet, Zeus et les dieux descendirent vers la mer et les îles, et les légendes racontent qu’ils en influencèrent l’aspect, la culture et la tradition qui les caractérisent encore aujourd’hui.

La Crète et le grand royaume de Minos

La Crète recèle des histoires légendaires. La plus grande île de la mer Égée fut le berceau de la civilisation minoenne et la protagoniste de nombreux mythes. Par exemple, celui de la naissance de Zeus, sauvé par sa mère Rhéa qui le cacha dans une grotte, car le destin du nouveau-né était d’être dévoré par son père Saturne, l’un des titans, les divinités nées avant les Olympiens. Zeus anéantit son père en accomplissant la prophétie de Terre-Mère, qui avait annoncé : ce sera l’un des fils des titans qui détruira le pouvoir de ce peuple. Au cours de ses voyages, Zeus tomba amoureux d’une princesse phénicienne, Europe, qui le suivit en Crète. De leur amour est né Minos, futur roi de l’île. L’épouse de Minos, Pasiphaé, s’accoupla avec un taureau, donnant ainsi naissance au Minotaure, monstre avec une tête d’animal et un corps d’homme. Pour plaquer la violence de ce dernier, Minos fit construire par Dédale et son fils Icare, le célèbre labyrinthe à l’intérieur du palais de Knossos, dont les vestiges sont aujourd’hui accessibles, bien que reconstruits au siècle dernier avec une intervention souvent critiquée pour son style trop moderne. Nombreux sont ceux qui ont tenté de tuer le Minotaure, mais ce fut Thésée, roi d’Athènes, qui sortit en vainqueur du labyrinthe. À l’aide du fil donné par Ariane – princesse de Crète, fille de Minos et Pasiphaé –, il rejoignit la partie intérieure du palais, tua le monstre et retrouva la sortie. Vous pourrez revivre la légende du Minotaure avec une visite au palais de Knossos sur les hauteurs de Kefalas, à quelques kilomètres d’Héraklion. La vue dégagée sur la Crète depuis les montagnes est vraiment impressionnante, tandis qu’à travers les ruines du palais on peut retrouver la splendeur du peuple qui lança la culture méditerranéenne. Parcourez l’imposant escalier puis promenez-vous dans ce qu’il reste des 400 pièces du palais : sur les murs de la Salle du trône se trouve la reproduction des fresques des peintres crétois et, au centre, le trône en pierre du roi. Dans les autres pièces, vous pourrez admirer des objets en or et des vases, vestiges de la production artistique mycénienne.

L’île de Corfou racontée par Homère

Corfou est une terre de contrastes et de pure séduction, avec ses littoraux de plages blanches ou de hautes roches sombres, et fut le théâtre de quelques-unes des plus belles histoires d’amour de la mythologie. Le roi d’Ithaque, Ulysse, héros mythologique célébré par Homère dans l’Odyssée, inséra Corfou parmi les destinations de ses voyages, alors qu’il retournait à Ithaque, qui étaient ponctués de rencontres avec des personnages fantastiques. Ulysse échoua à Corfou après que Poséidon – dieu de la mer et des océans et dieu des tremblements de terre – eut transformé son bateau en pierre, le faisant débarquer sur la plage d’Ermones. C’est là qu’Ulysse rencontra la fascinante Nausicaa, fille d’Alcinoos, roi des Phéaciens, alors qu’elle lavait ses vêtements avec ses servantes, et qu’il se laissa conduire par elle dans une visite de l’île. La belle princesse accompagna le héros auprès de son père, dans son palais, qui par la suite fut détruit et correspond aujourd’hui à l’emplacement du monastère orthodoxe de Paleokastritsa. Pour découvrir l’île en revivant le fascinant mythe homérique, vous pouvez rejoindre par bateau le golfe de Paleokastritsa, théâtre du naufrage d’Ulysse. Le vent y a creusé la roche, créant des falaises aux formes particulières. Parmi celles-ci, le « vaisseau de pierre » – le bateau d’Ulysse pétrifié par Poséïdon – est enveloppé dans un paysage de roches sombres, qui créent un contraste frappant avec les eaux bleu turquoise de la mer Ionienne et le blanc des plages des nombreuses criques. Au sommet de la montagne surplombant le golfe se dressent le monastère orthodoxe de Paleokastritsa et la petite église adjacente, lieux de spiritualité et de méditation, nichés entre les bougainvilliers roses, avec des vues enchanteresses sur la mer.

Santorin et le mythe de l’Atlantide

La naissance de Santorin est enveloppée de mystère : elle pourrait être l’emplacement secret raconté dans le mythe de l’Atlantide, la ville grecque qui a disparu sous les eaux, et qui a donné son nom à l’océan Atlantique. La zone occupée par la perle des Cyclades pourrait correspondre précisément à celle de la ville légendaire. L’île repose sur un terrain volcanique et sa forme actuelle est née de la terrible éruption du volcan Théra, un événement qui a complètement détruit la civilisation minoenne. Selon les mythes grecs, Poséidon a voulu ainsi condamner les hommes pour leurs péchés. L’un des indices qui a amené les spécialistes à émettre l’hypothèse d’un lien entre l’Atlantide et Santorin est le palais d’Akrotiri, appelé la « Pompéi de la mer Égée », raconté dans les œuvres de Platon. Vous pouvez visiter l’intérieur du palais avec des vestiges d’ameublement, de céramique et de fresques remontant à 3 500 ans. Vous admirerez les célèbres peintures murales des boxeurs, des singes bleus et des cueilleurs de safran qui sont arrivées jusqu’à nous dans un excellent état de conservation. Pour découvrir le terrible impact de l’éruption et profiter de vues à couper le souffle, traversez la crête de Caldera, le grand cratère volcanique qui relie les cinq îles formées par la division de Santorin. Au centre du cratère, vous pourrez voir des sources thermales et un volcan, le Néa Kaméni, désormais éteint : une masse de lave noire, entourée d’eau dont la couleur d’un vert intense est due au soufre.

Entre mythes et légendes, entre paysages merveilleux et histoire antique, les îles de la Grèce ne pourront que vous faire rêver.

Credits foto: Shutterstock

1 of 4