Un fil rouge relie Ibiza et Mykonos à travers la Méditerranée : celui d’une mer noctambule. L’île des Baléares et celle des Cyclades ont en commun des plages et des loisirs uniques en Europe, deux destinations « jumelles » (mais avec chacune son identité propre) qui abritent des recoins de nature vierge et une vie nocturne qui ne s’arrête jamais.

"Le passage du temps est analogue – réveil tardif, promenades en quête de la plage idéale, apéritif, dîner, sorties dans les établissements jusqu’au petit matin et after hours – tandis que l’approche de la fête nocturne est différente : si Ibiza propose des discothèques de très grandes dimensions et les meilleurs DJ au monde, Mykonos a plutôt misé sur les disco-bars un peu partout."

Des destinations « jumelles »

Ibiza était déjà appréciée comme lieu de séjour au temps des Romains, elle est devenue une destination touristique internationale unique grâce à l’empreinte de la culture hippie : son succès est né dans les années 1960 lorsque les jeunes « enfants des fleurs » du monde entier s’y sont arrêtés en choisissant cette île comme symbole de liberté et de transgression. Mykonos au contraire revendique une origine mythologique grecque (c’est ici que se déroula la bataille entre Zeus et les Titans) et elle conserve des pièces archéologiques de grand intérêt. Elle fut appréciée par les hommes d’affaires et les armateurs dès la fin des années 1930 pour ses plages. Les années 1950 virent l’arrivée des acteurs hollywoodiens, puis elle devint la principale destination du boom touristique dans les Cyclades à partir des années 1960. D’abord comme choix quelque peu réactionnaire, puis s’imposant comme localité à la mode pour tous. Toutes deux sont désormais choisies pour un tourisme en quête de mer paradisiaque et de vie nocturne, avec de splendides petites baies dans les replis du littoral et des nuits effrénées. Ibiza et Mykonos sont deux oasis de mer limpide et de fête permanente, où la vie s’écoule sur un même rythme, mais avec quelques différences. Le passage du temps est analogue – réveil tardif, promenades en quête de la plage idéale, apéritif, dîner, sorties dans les établissements jusqu’au petit matin et after hours – tandis que l’approche de la fête nocturne est différente : si Ibiza propose des discothèques de très grandes dimensions et les meilleurs DJ au monde, Mykonos a plutôt misé sur les disco-bars un peu partout, dans une sorte de fête permanente on the road.

Ibiza

Ibiza est 4 fois plus grande que Mykonos, ce qui permet de passer chaque journée sur une nouvelle plage. Et il y en a beaucoup, toutes différentes et faciles à rejoindre. Cala Llonga offre des petits coins solitaires et des recoins pour se reposer, Caló des Moro est un bel endroit pour la plongée, Cala Codolar, protégée des vents et des vagues, est adaptée à un public familial tandis que Ses Salines, une zone protégée aux eaux particulièrement cristallines permet de se mêler aux VIP. Le panorama dont bénéficient Cala Comte et Cala d’Hort dans la soirée est particulièrement émouvant. Cala Llenya est quant à elle idéale pour la pratique des sports nautiques. Les longues nuits de l’Île Blanche débutent au coucher du soleil sur la plage par une sangria légère dans les bars de Plays d’en Bossa ou attablés au Golden Buddha à Sant Antoni. Dîner entre 22 h et 23 h dans le centre historique de la ville, dans un des nombreux restaurants en plein air avec vue sur les rues environnantes pour observer la faune excentrique qui y passe comme en vitrine, répondant ainsi à la tradition libertaire de l’île. Le top départ est alors donné pour faire le tour des pubs et établissements de la ville dans le quartier de Calle de la Virgen et Carrer d’Ennig, pour ensuite continuer dans les plus grands clubs et les plus renommés, en empruntant le disco-bus qui fait le tour des plus importantes discothèques du coucher du soleil à l’aube toutes les 30 minutes. Les fêtes les plus renommées sont celles du Pacha (une légendaire discothèque sur plusieurs étages), du Privilege (un immense espace pouvant accueillir dix mille personnes), de l’Ushuaia (apprécié pour la qualité de sa musique) et de l’Amnesia (entre drag-queens et DJ internationaux).

Mykonos

L’île des Cyclades est plus petite et plus ramassée qu’Ibiza. Sa partie tournée vers le levant est peu habitée tandis que la partie occidentale est plus vivante, grâce à sa capitale Chora. Elle offre plus d’attraits culturels qu’Ibiza, comme le quartier d’Alefkandra aux maisons à fleur d’eau (on la surnomme « la petite Venise »), le monastère de Paleokastro, les 5 moulins à vent caractéristiques immortalisés par les cartes postales, et le site archéologique de Delo, l’île qui lui fait face et que l’on peut rejoindre en une heure de bateau à partir du petit port de Tourlos. Les meilleures plages se trouvent principalement sur le versant sud, comme Platis Gialo et Paranga : leur sable est pur et leur emplacement les protège du meltemi, ce vent typique des Cyclades. Paradise Beach est la plus « jeune » et la plus célèbre, tandis que la baie de Panormos au nord offre un littoral suffisamment abrité et peu fréquenté. À Mykonos aussi la fête démarre sur le rivage, avec les apéritifs musicaux du Paradise, le club le plus en vogue qui doit son nom à la plage homonyme. Dès 17 h, on y danse sur le tempo rock et électronique en sirotant des cocktails. Cette même plage accueille deux autres clubs de référence sur l’île : le Super Paradise et le Cavo Paradiso. On peut donc si on le souhaite passer toute la nuit ici, bercés par la musique des DJ internationaux avec panorama sur la falaise. Le dîner se déroule dans les tavernes du vieux port pour y déguster les gyros, souvlaki, moussaka, ou encore du poulpe grillé, des grillades de poisson frais, une salade grecque et du tzatziki. Après dîner, quelques mètres suffiront pour se lancer dans une longue tournée des bars (le Scandinavian et le Kastro en sont les étapes incontournables), la parfaite occasion pour faire de nouvelles connaissances entre un drink et les danses sur les tables.

Credits photo: Shutterstock

1 of 4