Le 8 juin célèbre la Journée mondiale des océans. Proposée de manière informelle en 1992 lors du sommet pour la terre de Rio, le rendez-vous est devenu officiel à partir de 2009 de par la volonté de l’Onu. Son objectif est double : rendre hommage à la beauté des mers et sensibiliser l’opinion publique au thème de la sauvegarde des écosystèmes marins, menacés par la pêche intensive, la pollution et l’acidification progressive.

"Sur cette portion maritime vivent le rorqual commun, le grand cachalot, le dauphin commun, le dauphin bleu et blanc (un petit dauphin avec une strie blanche sur l’abdomen) et d’autres grands dauphins, qui sont parfois visibles près de la côte. "

Bien que 71% de la surface terrestre soient recouverts d’eau salée, la superficie régie par des normes de protection est fort restreinte: à peine plus de 2%, même si ce chiffre est en augmentation. Voici quelques-uns des plus spectaculaires sanctuaires marins encore vierges de par le monde.

Pacific Remote Islands Marine National Monument

Placé sous l’aile protectrice des États-Unis, ce paradis lointain de l’Océan Pacifique (plus de 2 millions de km² d’étendue) abrite quelques atolls inhabités au sud/sud-ouest d’Honolulu et des îles Samoa américaines. Il accueille des espèces endémiques dont les tortues marines, les phoques moines des Hawaï, les requins gris, le poisson-soldat (un animal curieux plat comme un disque), des crustacés en tous genres, des mammifères et des oiseaux marins. Et puis, le récif de Kingman accueille les rares coraux-champignons.

Sanctuaire Pelagos

Née en 1999 dans le but de préserver principalement sa haute concentration en cétacés, la réserve s’étend sur plus de 25 000 km² et concerne plusieurs régions de France (Côte d’Azur et Corse) et d’Italie (Ligurie, Toscane et nord de la Sardaigne), ainsi que la Principauté de Monaco. Sur cette portion maritime vivent le rorqual commun, le grand cachalot, le dauphin commun, le dauphin bleu et blanc (un petit dauphin avec une strie blanche sur l’abdomen) et d’autres grands dauphins, qui sont parfois visibles près de la côte. En période estivale, plusieurs opérateurs privés organisent des sorties en bateau qui permettent d’admirer de près certaines espèces habitant la réserve, comme par exemple les rorquals, et l’observation des baleines.

Australian Whale Sanctuary

Il s’agit du plus grand réseau marin au monde pour la préservation des dauphins et de la baleine australienne, proie de choix pour la pêche frauduleuse. Il comprend les eaux qui entourent toute l’Australie sur un rayon de 370 km, plus différentes parties de ses territoires annexes (un ensemble d’îles dans les océans Indien et Pacifique, telles que les Christmas et les îles Norfolk) et du territoire antarctique australien. Créé en 1999, le sanctuaire recouvre une superficie globale de plus de 8,5 millions de km², où l’on peut observer les cétacés. Il inclut la grande barrière coralline australienne, le plus grand récif au monde.

Parc Marin Nazca-Desventuradas

La nouvelle zone protégée, inaugurée à la fin de l’année 2015 grâce à un partenariat entre le gouvernement chilien et l’association Oceana qui s’occupe de la sauvegarde des océans, prend le nom des îles Desventuradas qui se dressent dans l’océan Pacifique à quelque 900 km des côtes chiliennes. La réserve recouvre environ 300 000 km² (c’est la plus grande des Amériques, totalisant 12% des eaux chiliennes) et accueille de très nombreuses espèces endémiques, qui y prospèrent grâce à leur éloignement de la terre ferme. Il s’agit d’un habitat unique au monde, où vivent par exemple des requins de profondeur, des sérioles du Pacifique et des langoustes qui peuvent mesurer jusqu’à 60 cm. Ils constituent la nourriture des pêcheurs de la zone (ils sont les seuls à pouvoir les pêcher).

Réserve marine Santa Lucia

Elle fait partie du plus vaste parc des zones humides d’iSimangaliso, une des plus spectaculaires zones protégées d’Afrique du Sud (nous sommes sur la côte orientale de la province du KwaZulu-Natal, aux frontières du Mozambique), un creuset d’écosystèmes inscrit au patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Ici l’océan Indien abrite les récifs coralliens les plus au sud de l’Afrique, tandis que les canyons sous-marins accueillent, entre autres, le cœlacanthe, une rarissime espèce vivante. Le littoral voit en outre les migrations des baleines à bosse, ces baleines au corps allongé aux spectaculaires sauts hors de l’eau.

Credits photo: MONDADORI PORTFOLIO/AGE FOTOSTOCK

1 of 10