À l’heure où les clubs et la vie nocturne prennent enfin du repos, Ibiza devient une oasis de paix et de loisirs pour toute la famille. Une île aux mille visages qui permet de passer toutes ses vacances sans même apercevoir une discothèque. L’Île blanche cache un arrière-pays riche en beautés naturelles, un patrimoine culturel à découvrir et une suite de plages vierges, aux antipodes de la frénésie de la vie nocturne. D’ailleurs, en 1999, la vieille ville et certains sites archéologiques et marins ont été inscrits au patrimoine de l’humanité par l’Unesco.

"Et si vous tentez d’escalader le petit sommet juste derrière, une piscine naturelle s’offrira à vous. Ignorée de la plupart, ses eaux sont d’une transparence impressionnante : c’est un des plus beaux sites méconnus de toute l’île"

Des plages hors des sentiers battus

La côte qui s’étend de Sant Antoni de Portmany à Santa Eulària est une longue succession de plages et de criques paradisiaques, baignées par une mer cristalline. La petite crique Vadella est entourée de végétation et offre un panorama unique, notamment le matin. La baie Tarida est quant à elle idéale pour les plongées sous-marines et le snorkeling. Déguster une sangria après un bain de soleil sur les terrasses des bars de Cala Comte est une des expériences de farniente à vivre à Ibiza. Cala Bassa et Cala Comte entre Sant Antoni et San Josep de Sa Talaia valent également le détour. Pour un coucher de soleil inoubliable, et à partager avec de rares personnes dans le silence en mai ou en juin, misez sur Es Vedrá, face à l’île du même nom, dans une petite crique à l’atmosphère magique et ce petit je-ne-sais-quoi de mystère qu’évoque son îlot rocheux au loin. Le nord est encore plus sauvage et romantique, avec Xarraca, Cala Portinatx, Moltons et les autres petits coins de littoral au sable blanc, absolument déserts au petit matin.

Un arrière-pays surprenant

Le tour d’Ibiza s’accomplit en une demi-journée : il traverse des forêts luxuriantes qui aboutissent sur de petites plages caribéennes et d’accueillants villages traditionnels. Sa Caleta abrite les traces des premières populations phéniciennes de l’île et offre un spectacle éblouissant d’un trio de couleurs : vert des hauteurs, orange des roches en surplomb sur la mer et turquoise de ses eaux. Pour qui souhaite découvrir en direct une histoire plus curieuse et récente, ou savourer un thé sous les tentes du marché hippy d’Es Canar (et acheter des robes en lin, des bijoux et des objets vintage), il s’agit d’un bon dans le passé au cœur des années 1960, lorsque les premiers beatniks californiens commencèrent à fréquenter l’île.

Les enfants vivront des aventures passionnantes lors de promenades à cheval dans les vallées au nord du chef-lieu, ou encore en explorant la réserve naturelle de Ses Salines dont les eaux se teintent d’un rose surprenant, jusqu’à l’île inhabitée d’Espalmador. Voici un authentique paradis terrestre où les adultes quant à eux pourront opter pour un bain de boue dans une lagune, se couvrir d’argile chaude et régénérante née d’une source sulfureuse.