À Nosy Be, le mot d’ordre est mora mora : cela veut dire « doucement, doucement », soyez cool, détendez-vous et souriez à la vie. Voilà donc l’origine du surnom donné depuis des lustres à cette petite perle proche de la côte septentrionale de Madagascar, « l’île aux sourires ». Outre cette atmosphère de sérénité, le chaleureux accueil de sa population, son climat idéal et ses plages splendides, l’île revendique des caractéristiques uniques, qui ne se retrouvent nulle part ailleurs. Une destination qui restera marquée pour toujours dans les souvenirs d’une croisière parfaite.

"Que sont ces motifs floraux qui ornent le visage des femmes de Nosy Be ? Il s’agit du masonjoany, un cosmétique importé par la population d’origine indienne, devenu le trait distinctif de la culture locale."

Une nature hors du commun

De vastes collines, une forêt dense riche en biodiversité, des criques ourlées de palmiers qui sont de véritables petits paradis. Nosy Be offre toute sa richesse aux amoureux de la nature. Comme dans tout l’archipel dont elle fait partie, elle a connu une évolution indépendante du reste de l’Asie et de l’Afrique, donnant naissance à un paradis « alternatif » stupéfiant. Vous pourrez admirer sa végétation lors d’une surprenante excursion qui part du village de pêcheurs d’Ambatozavavy et traverse la baie du même nom sur une pirogue, l’embarcation traditionnelle : vous plongerez au cœur de la forêt pluviale (protégée par la Réserve de Lokobe), égayée de onze lacs volcaniques. Vous y découvrirez les étendues des mangroves où vivent mollusques et crustacés, qui sont à la base de la cuisine locale. Mais ce n’est pas tout. À pied sur les sentiers peu fréquentés et la verdure de la forêt, vous pourrez observer une faune singulière, que vous ne rencontrerez qu’ici. Madagascar accueille en effet de nombreuses espèces endémiques, comme les sympathiques lémurs macaco, six espèces différentes de caméléons, seize de geckos et les plus petites grenouilles au monde, ne mesurant que 10 millimètres !

Le masonjoany et le culte de la beauté

Que sont ces motifs floraux qui ornent le visage des femmes de Nosy Be ? Il s’agit du masonjoany, un cosmétique importé par la population d’origine indienne, devenu le trait distinctif de la culture locale. Cette crème provient du bois de santal, dont on extrait une poudre qui est ensuite mélangée à de l’huile et de l’eau. Elle est utilisée pour protéger le visage des rayons du soleil et le rendre plus lumineux, mais ses vertus ne s’arrêtent pas là : elle possède des propriétés adoucissantes, désinfectantes, reposantes et antiseptiques et apporte une agréable sensation de légèreté. Un souvenir idéal à offrir et à s’offrir…

Une musique contagieuse

Les rythmes qui envahissent Nosy Be racontent la culture malgache et l’amour pour la fête de ce territoire. Sa musique est une synthèse des sons importés par les colons asiatiques, arabes, français et africains. Le genre le plus typique est le salegy, un ensemble de percussions qui soutiennent les instruments à corde locaux comme le kabosy (semblable à une mandoline) et la valiha (sorte de cithare avec un tube de bambou comme table d’harmonie et résonateur). Rien de plus simple que de tomber sous le charme, surtout si cette musique de fond accompagne un coucher de soleil sur l’océan. Sans oublier la danse : dans le village de Marodoka, à quelques kilomètres du chef-lieu Antoany (également dénommé Hell-Ville) par exemple, il est possible d’assister à des spectacles folkloriques de danses locales parmi les ficus géants et le chaleureux accueil des femmes indigènes.

Le moraingy, une lutte qui se veut festive

Le moraingy est un spectacle à ne pas manquer. Il s’agit d’un art martial typique de plusieurs villages (Dzamandzar sur la côte ouest en est le plus important centre). Les athlètes combattent en utilisant les mains, les pieds, les genoux, les coudes et la tête, sous les rythmes puissants des percussions salegy. Le moraingy est répandu dans toute cette partie de l’océan indien. Plus qu’une lutte, il se veut un moment de fête et de regroupement.

Credits foto: Shutterstock

1 of 8