Charme, passion, originalité : Montevideo est ainsi en train de devenir une nouvelle destination internationale. La capitale de l’Uruguay est une métropole vivante et variée où coexistent les traditions européennes, brésiliennes, argentines et africaines dans un mélange d’exotisme et de rationalité. Voici trois pistes à suivre lors d’une visite de la ville, pour mieux la comprendre et pour tomber définitivement sous le charme.

"La meilleure façon de se familiariser avec les Uruguayens est de leur demander de quelle équipe ils sont supporters : la passion pour le fùtbol concerne toute la ville."

La fierté de la Vieille Ville

Le centre de Montevideo raconte son passé colonial et son ADN fait de sang espagnol et portugais (la ville fut plusieurs fois sous la domination de ces pays), mais aussi africain, héritage de la traite négrière qui toucha également l’Uruguay au XVIIIe siècle. La Ciudad Vieja doit être explorée à pied, en vous promenant dans ses rues piétonnes ponctuées de superbes bâtiments datant des XIXe et XXe siècles. Il y a deux itinéraires à ne pas manquer : le premier jusqu’à la Rambla, le bord de mer, pour admirer les couchers de soleil flamboyants avec les habitants de la ville, qui se détendent en buvant un maté ; l’autre jusqu’à la Plaza Independencia, pour un paysage de carte postale de la capitale, entre palmiers, jardins et monuments consacrés aux héros nationaux. Une expérience unique pour se plonger dans le Montevideo du passé : faire un tour avec le train à vapeur datant de 1910, parfaitement restauré, qui part de la gare de Colòn et parcourt différentes parties du centre.

La mère du foot

Si l’Angleterre est considérée comme le père du football, on dit que l’Uruguay en est la mère. C’est là que l’on disputa la première coupe du monde de foot, en 1930, dans l’immense Estadio Centenario, qui abrite maintenant le Museo del Fùtbol. La meilleure façon de se familiariser avec les Uruguayens est de leur demander de quelle équipe ils sont supporters : la passion pour le fùtbol concerne toute la ville, qui compte pas moins de 15 équipes de foot, si bien que le championnat national est presque entièrement un derby entre les équipes de la capitale (et généralement les gagnants sont le Peñarol et le Nacional). Le style de jeu en Uruguay, caractérisé par un talent inventif et intrépide, peut également être admiré durant les match sur les plages les plus appréciées des habitants de Montevideo : Pocitos et Buceo.

Toujours la fête

Grâce à ses influences culturelles, à Montevideo c’est presque toujours la fête. Le dimanche, les quartiers de Palermo et Barrio Sur – les plus colorés, traditionnels et frénétiques de la ville, surplombant le Rio de la Plata au sud du centre-ville – retentissent au son des percussions avec les rythmes du candombe, la musique-danse venue d’Afrique avec les esclaves. Et ce rythme s’étend à tous les quartiers de Montevideo à l’approche du Carnaval, la fête la plus aimée en Amérique du Sud, et qui est ici le plus long du monde : il dure jusqu’à 40 jours, entre les llamadas (cortèges de danseurs et chars allégoriques) et les cuerdas de tambores (groupes jouant du tambour). Au début du mois de février, en plein dans la période du carnaval, sur les principales plages de la capitale, on célèbre une autre fête particulièrement caractéristique du pays, la Yemayá : un rite d’origine Yoruba (une population nigériane) dédié à la Reine de la Mer, une déesse à qui l’on fait des offrandes – bijoux, nourriture, bougies – chargées sur un bateau conduit en mer, alors que l’on chante et danse sur des rythmes africains. Un événement incontournable qui vous permet de vous immerger totalement dans la culture de ces terres !

Credits foto: AGE/MONDADORI PORTFOLIO