L’histoire de Christophe Colomb est connue : ses découvertes, son histoire... Mais ici, dans un petit coin de la République dominicaine , nous y découvrirons un « épisode » inédit. En effet, Diego Colombo, fils aîné de l’explorateur génois, vécut sur une partie de l’île et y fut même gouverneur. Lors de votre croisière aux Caraïbes sur le Costa Favolosa, vous admirerez une eau turquoise mais vous pourrez également découvrir un palais devenu musée et une histoire méconnue du plus grand nombre.    
Le quartier accueille un marché colonial où vous trouverez de tout, des fruits aux bijoux.

Une imposante demeure

Lorsque Diego Colombo devînt gouverneur de La Española (ancien nom de la colonie de Saint-Domingue), il ordonna la construction d’une imposante demeure. Réalisé entre 1510 et 1512, l’Alcazar de Colomb est un impressionnant édifice construit avec des blocs de roches corallines. À l’origine, le palais était composé de 55 chambres et d’un grand nombre de jardins et de cours intérieures. Aujourd’hui, il représente la moitié des dimensions qu’il arborait au XVIe siècle. Plus de 1 500 Indiens Taino participèrent à sa construction. Aucun clou ne fut utilisé mais seulement des outils rudimentaires comme des scies, des burins et des marteaux .

Un trésor retrouvé

Le quartier colonial de Saint-Domingue, là où se trouve l’ancienne résidence du gouverneur, est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Cependant, l’ancien palais du gouverneur est devenu aujourd’hui un musée. Le Musée Alcazar Diego de Colón accueille l’une des plus importantes collections des Caraïbes d’art européen médiéval et de la Renaissance. Il a ouvert en 1957, après une restauration effectuée par l’architecte espagnol José Barroso. La collection comporte plus de 800 pièces originales allant du XIIIe au XXe siècle, dont les tapisseries, les armoires, la collection d’instruments de musique et les tableaux qui meublaient toutes les pièces du palais et notamment le bureau depuis lequel le fils de Colomb dirigeait son vice-royaume.

En quête des souvenirs

L’histoire peut revivre même à travers les objets et les traditions. L’un des endroits les plus fréquentés du quartier est son marché colonial. Ce bazar animé propose des étals couverts et d’autres en extérieur, ajoutant une nouvelle touche colorée au centre historique de la ville. En haut des quelques marches s’ouvre un labyrinthe de boutiques de produits typiques dominicains : des sculptures en bois aux peintures, des bijoux en ambre aux masques de carnaval en papier mâché, et même des cigares et du rhum. Tournant le dos au marché couvert, les étals de rue proposent des fruits tropicaux, des légumes, du poisson et des fruits de mer en abondance : la meilleure façon de savourer nos vacances.

1 of 4