Pour beaucoup, Salvador de Bahia est LE Brésil, encore plus que Rio de Janeiro. Riche en histoire et entourée de merveilles naturelles comme l’océan, les plages dorées et les brunes falaises, elle est une destination idéale pour plonger au cœur de l’univers brasileiro, et sa vie nocturne comme son carnaval aux mille couleurs sont renommés dans le monde entier. Une de ses spécificités est son caractère africain : Salvador est un melting-pot de groupes ethniques qui lui apportent un large panel de traditions, notamment musicales.

"Salvador est considérée la capitale de la musique brésilienne. C’est ici que sont nées la samba et l’axé, un mélange d’influences africaines et caribéennes, de samba et reggae. "

À voir

De par sa population majoritairement d’origine africaine, Salvador de Bahia, à la différence de Rio, se caractérise par un esprit bien plus sud-américain et moins international. Se promener dans le quartier historique en hauteur du Pelourinho, inscrit au patrimoine de l’humanité par l’Unesco, est une expérience qui séduit tous les sens : des maisons coloniales donnant sur les ruelles s’exhalent des parfums exotiques, l’air embaume de la musique de la capoeira, les couleurs intenses des façades envoûtent nos yeux. Le Pelourinho abrite de nombreux attraits touristiques tels que le palais Renaissance Rio Branco, la cathédrale Sao Salvador, l’église et le couvent Sao Francisco ainsi que le marché. Pour rejoindre le quartier, il faut prendre l’Elevador Lacerda – un ascenseur de 72 mètres à la façade art déco construit en 1873. Il part de la Praça Cairu dans la ville basse et mène à la Praça Tomé de Sousa dans la ville haute. L’Elevador et un monument historique très emprunté par les habitants: on estime qu’il transporte au quotidien quelque 30 000 personnes. Les amoureux de la nature pourront également bénéficier d’une promenade à bord d’un ferry qui traverse la Bahia de Todos-os-Santos (la plus étendue du Brésil) jusqu’aux îles tropicales qui font face à la ville, comme Itapirica ou Bom Jesus dos Passos.

La mer

San Salvador est le paradis des amoureux de la mer. Les plages de la ville satisfont tous les goûts: ceux qui préfèrent la tranquillité comme ceux qui privilégient une atmosphère plus mouvementée. Les bords de la mer les plus intéressants se trouvent à quelques kilomètres du centre. Porto del Barra (très fréquentée, la plage offre de splendides couchers de soleil), la Praia do Flamengo (une très longue étendue de sable fin au climat doux et reposant) et Itapuã et son sable blanc, ses eaux cristallines et une vie nocturne incessante. Les plages sont généralement équipées de barracas, des guinguettes où il est possible d’acheter de la nourriture et des boissons. Incontournable, la fascinante Praia do Forte, pour une sortie d’une journée en autocar (elle compte également une réserve écologique pour les tortues marines). Morro de Sao Paolo sur l’île de Tinharé est un autre séduisant littoral: il est possible d’y pratiquer de la plongée sous-marine pour admirer la barrière de corail, ou encore organiser des promenades à cheval pour découvrir les petits coins moins fréquentés.

Musique et traditions

Salvador est considérée la capitale de la musique brésilienne. C’est ici que sont nées la samba et l’axé, un mélange d’influences africaines et caribéennes, de samba et reggae. La saudade est un autre trait de caractère au cœur de la musicalité, une mélancolie récurrente héritée de la culture portugaise, qui engendre des sonorités vraiment uniques. La passion de la danse et des réjouissances anime les habitants, transformant la vie nocturne de Salvador de Bahia en une movida débridée, sous les rythmes endiablés des très nombreuses discothèques jusqu’au petit matin.

Le Carnaval

Parmi les plus importantes traditions, l’inoubliable Carnaval est une spectaculaire manifestation annuelle qui dure toute une semaine (elle se déroule habituellement fin février) et attire chaque année dans les rues de Salvador de Bahia quelque 800 000 visiteurs. À la différence d’avec celui de Rio, la version salvadorienne du Carnaval ne se déroule pas à l’intérieur mais en plein air, animant la ville de mille couleurs bariolées et emplissant chaque ruelle de chants et musiques entraînantes. Pour les Brésiliens le Carnaval de Bahia est un rendez-vous très attendu où tout (ou presque) est permis, des danses effrénées aux réjouissances permanentes. Trois quartiers principaux l’accueillent: Pelourinho, Barra et Campo Grande. Le premier voit défiler les bloco, des groupes de musiciens et danseurs qui entraînent les spectateurs dans leur fête. Barra par contre accueille les trios eléctricos, d’énormes camions qui abritent des groupes entiers qui jouent pendant que le véhicule défile, et les camarotes, des chars sur lesquels jouent des dj set mais qui sont aussi des open bars ambulants. Campo Grande propose un défilé de chars musicaux et celui du bloco des Filhos de Ghandy, des pacifistes vêtus de couvre-chefs blancs et bleus. Pendant le carnaval, il est d’usage d’échanger des baisers entre inconnus, par conséquent, si vous ne souhaitez pas participer à la tradition, évitez de trop sourire aux personnes dont vous croiserez le regard!

La cuisine

La cozinha baiana est influencée par les cultures culinaires africaine, caribéenne et portugaise: c’est un mélange de saveurs à base de poisson, viande, lait de coco, manioc, maïs, coriandre et piment. Le Paraiso Tropical (au 98B de la Rua Edgar Loureiro) propose de nombreux délices traditionnels, comme la moqueca, une marinade de poisson enrichie de fruits issus du jardin tropical qui entoure le restaurant. Pour un succulent churrasco, une grillade mixte brésilienne, une adresse sûre sera le Boi Preto Grill (dans l’Avenida Octávio Mangabeira). C’est une des plus appréciées en ville pour sa viande. Le streetfood ne manque pas non plus: les rues permettent de déguster les arrumadinhos (brochettes) et la spécialité la plus typique, l’acarajé, qui est une sorte de croquette frite farcie de haricots blancs, oignons et crevettes séchées. Sur la plage, il sera incontournable de savourer une batida, un cocktail à base de cachaça (eau de vie de canne) et de fruits écrasés.

Credits photo: Olycom

1 of 4