Lisbonne, la capitale du Portugal, peut s’enorgueillir d’une cuisine originale et succulente, non seulement marquée par la présence de l’océan et par la glorieuse histoire nationale, mais aussi influencée par les cultures qui se fondent dans la ville, surtout celles venues du Brésil et d’Afrique.

"Les Portugais sont fous de desserts et de sucreries et les pâtisseries de Lisbonne proposent d’énormes parts de tartes et toutes sortes de gâteaux."

Caldo verde

Dans un pays qui apprécie particulièrement les soupes, le caldo verde est la soupe nationale par excellence. Consommé comme entrée, c’est un plat simple à base de pommes de terre, d’oignons, d’ail et de couve-galega (une variété de chou). En fin de cuisson, on peut y ajouter de la saucisse de porc. Le restaurant Tasca do Manel, 24 la rua da Barroca, est une bonne adresse où l’apprécier.

Viande de porc à l’alentejana

Ce plat originaire de la partie orientale du Portugal a conquis tout le pays. Il s’agit d’une sorte de pot-au-feu dans lequel on mélange de la viande de porc, de l’ail et des palourdes. Un mariage de saveurs surprenant ! Le meilleur endroit où déguster ce plat est la Casa do Alentejo, un bel établissement historique situé au no 58 de la rua das Portas de Santo Antão.

Feijoada à transmontana

La feijoada est un plat typique du Brésil, ancienne colonie sud-américaine qui a enrichi pendant des siècles le royaume du Portugal, même sur le plan culinaire. Sur le Vieux continent, elle est proposée selon différentes variantes intéressantes : dans celle de marisco, on utilise des haricots blancs, du poulpe (ou de la seiche), des crevettes, des moules et des palourdes alors que la version à transmontana a pour ingrédients de la viande de porc et de bœuf, du saucisson, des oignons, des carotes et des haricots rouges. La feijoada est accompagnée de riz blanc nature. Appréciez-la au Farol de Santa Luzia (5 largo Santa Luzia).

Bacalhau à conventuàl

Au Portugal, un véritable culte est voué à la morue. C’est elle la protagoniste de la gastronomie nationale, à tel point qu’il existe 365 recettes pour pouvoir la cuisiner d’une manière différente chaque jour de l’année. La version à conventuàl (ou sfoliado com batatas) prévoit une double cuisson, la première à feu doux dans de l’eau puis, après avoir recouvert le poisson d’une purée de pommes de terre, la seconde au four, pour le rendre plus croquant. Tous les restaurants de la ville proposent des plats à base de morue et le mieux est de les savourer dans une tasca – petit resturant typique – du Bairro Alto, tout en écoutant du fado, la musique mélancolique portugaise.

Pasteis de Belèm

Les Portugais sont fous de desserts et de sucreries et les pâtisseries de Lisbonne proposent d’énormes parts de tartes et toutes sortes de gâteaux. Ce qu’ils préfèrent ? Les pasteis de Belèm, du nom du quartier qui se trouve au sud-ouest de la ville. Ce sont des petites tartelettes de pâte feuilletée remplies de crème pâtissière, servies chaudes saupoudrées de cannelle et de sucre glace. Il ne faut pas rater ceux de la pâtisserie historique Pasteleria de Belèm, 84 rua de Belèm, où on les produit depuis 1837 suivant une recette resté secrète.

Ginjinha et café

À Lisbonne, la fin du repas est célébrée avec un verre de ginjinha, liqueur au goût prononcé, qui est obtenue à partir de la macération de cerises griottes. Mais il ne faut pas oublier le café, un autre objet de culte de la ville. Les meilleurs mélanges arrivent du Brésil et le Portugal est considéré, avec l’Italie, le pays au monde où l’on boit le meilleur expresso.

Credits: Mondadori Portfolio