L’art, l’histoire, les parcs, la mer et un dynamisme méditerranéen sans pareil : depuis des années, Barcelone fait partie du classement des villes les plus visitées d’Espagne, mais aussi du monde. Les raisons sont nombreuses, et la municipalité s’est engagée en particulier à valoriser la "capitale" catalane après les Jeux olympiques de 1992 qui l’ont mise sous les projecteurs, sous les yeux du monde entier.

Barcelone offre une richesse impressionnante d’attractions : les formes imaginatives inventées par Gaudí (la Pedrera, la Casa Batlló, le Parc Güell et la Sagrada Familia), le gothique grandiose de la Cathédrale et de la Basilique de Santa Maria del Mar, les musées des deux grands peintres du XXème siècle Joan Mirò et Pablo Picasso, qui entretenaient un lien profond avec la ville. Et puis il y a le barrio marinaro de Barceloneta, où vous pourrez vous détendre sur la plage et passer la soirée dans ses clubs et ses restaurants. Sans oublier le temple du football, Camp Nou, où revivre l’histoire de l’équipe « blaugrana », même si vous n’êtes pas fan de « fùtbol ».

Costa Croisières vous emmène à Barcelone grâce à ses nombreux itinéraires prévus en toutes saisons, pour profiter des attractions les plus célèbres du centre, découvrir les côtés les moins connues mais toujours caractéristiques, explorer les nouvelles tendances et capturer l’esprit d’une ville parmi les plus belles et appréciées de la planète. Voici notre sélection des 10 choses à faire et à voir à Barcelone :

  • La Sagrada Familia
  • Le Parc Güell
  • La Cathédrale de Barcelone
  • La Basilique de Santa Maria del Mar
  • Le Musée Picasso
  • La Casa Batllò
  • Barceloneta
  • La Fondation Mirò
  • Camp Nou
  • La Pedrera

La Sagrada Familia

Barcelone est riche en symboles, mais la Sagrada Familia est sans doute le plus emblématique. C’est aussi le monument le plus visité de toute l’Espagne et l’un des plus visités au monde (avec plus de 3 millions de visiteurs chaque année). Ce chef-d’œuvre inachevé d’Antoni Gaudi, qui souhaitait réaliser un "temple parfait", se dresse comme un château de sable au milieu de la ville, à mi-chemin entre la mer et le parc naturel de Collserola. Avec ses 172 mètres de hauteur, la Sagrada est la plus haute église du monde et le plus haut bâtiment de Barcelone.

137 ans se sont écoulés depuis la pose de la première pierre, en 1882, mais la basilique de la Sagrada Familia n’est pas encore terminée. La complexité du bâtiment, le décès de Gaudi, les difficultés à trouver les fonds nécessaires pour poursuivre des travaux en font un monument encore inachevé et peut-être ausi le plus fascinant !

Ce n’est pas Gaudi qui a débuté les travaux. Il les a en effet repris en 1883, dans le but de poursuivre le projet de Francesc de Paula del Villar. L’architecte a complètement transformé les plans, selon sa vision fantasmagorique et en a fait une œuvre colossale, dont les travaux allaient durer des siècles, comme cela s’est souvent produit pour d’autres grandes églises (telles que la Basilique Saint-Pierreou la Cathédrale de Milan). Selon le nouveau programme de construction de la Commission, la version finale de la Sagrada Familia devrait être achevée en 2026, à l’occasion du 100ème anniversaire de la mort de l’architecte catalan, qui, lui-même conscient de l’énormité de l’entreprise, a initialement décidé de ne construire que la façade de la Nativité.

Et c’est précisément elle qui frappe immédiatement le visiteur, avec ses quatre tours (sur 18 au total) qui rappellent des termites géants. Entrez par l’un des trois portails (Foi, Espoir, Charité) et un riche environnement de décorations et de détails s’ouvrira sous vos yeux. Gaudi a conçu l’intérieur de la Sagrada Familia en s’inspirant de la forêt, avec des colonnes hélicoïdales en forme d’arbre qui se divisent en branches pour soutenir des voûtes hyperboliques. Explorez les nefs, tout en admirant le jeux des lumières et des couleurs qui changent continuellement en fonction des rayons du soleil qui filtrent des fenêtres. Et si vous ne souffrez pas du vertige, montez en haut des tours pour admirer lepaysage de Barcelone d’un point de vue panoramique.

Parc Güell

Impossible de quitter Barcelone sans avoir visité le Parc Güell, le plus beau jardin de la ville et l’un des plus originaux au monde. C’est une autre des empreintes laissées par Antoni Gaudi dans la ville, un espace vert de 17 hectares qui recouvre le versant Sud du mont Carmel, dans le quartier de Gràcia.

L’histoire qui se cache derrière le Parc Güell est intéressante. Elle raconte en effet le passage de l’échec d’une idée à la réalisation de son succès. Le parc a été construit selon les souhaits de Eusebi Güell, l’imprésario de l’une des familles les plus éminentes de Barcelone et amoureux des arts. Il était aussi un grand ami de Gaudi, à qui il a confié la tâche de réaliser une ville-jardin inspirée des idées utopiques de l’époque, vers la fin du XIXème sicèle. Un endroit où les habitations et les espaces verts seraient en parfaite harmonie, avec des services pratiques (écoles, église) et une vue imprenable sur la ville.

Les travaux ont commencé en 1900 et se sont terminés en 1926, mais le projet a échoué étant donné le manque d’intérêt des habitants. Seules trois des soixante maisons prévues ont été construites (Gaudi lui-même a vécu dans l’une d’elles, qui abrite aujourd’hui un musée qui lui est dédié). La propriété est ensuite passée aux mains de la municipalité, devenant ainsi publique.

Aujourd’hui, il est donc possible de visiter le parc Güell et d’en admirer le concept novateur et imaginatif. Lorsque vous arriverez face aux deux pavillons de l’entrée, vous serez accueilli par la célèbre salamandre multicolore, réalisée en céramique et éclats de verre. Cette statue vous invite à découvrir un monde où le conte de fées et la fonctionnalité architecturale vont de pair. Prenez le temps d’explorer ce parc, en vous promenant le long de ses édifices aux formes incurvées. Observez les cheminées et les toits ornés de céramique et passez le long du fameux mur qui ressemble à une vague infinie et qui est peuplé d’animaux fantastiques, et orné de colonnes aux formes stalactites et de fontaines ingénieuses. Sans oublier la Salle des 100 colonnes (en réalité, il y en a 86), avec ses inclinaisons différentes qui soutiennent la terrasse panoramique.

 

Tous ces éléments ont été conçus pour qu’ils s’intégrent harmonieusement à la nature environnante et la rendre encore plus luxuriante. Grâce aux idées architecturales et hydrauliques de Gaudi, le Parc Güell est un véritable écosystème riche en biodiversité, qui stimule également la recolonisation animale spontanée de la ville, en particulier des espèces d’oiseaux.

 

À la fin de votre parcours, venez vous détendre sur les bancs en forme de serpent de mer qui bordent la Plaza de la Naturaleza, pour profiter d’une vue imprenable sur la ville qui donne sur la Sagrada Familia et le Montjuïc !

La Cathédrale de Barcelone

Si la Sagrada Familia est sans aucun doute l’église la plus célèbre de Barcelone, la plus importante est la Cathédrale de la Sainte-Croix et de Sainte Eulalie, nommée en l’honneur des deux saintes patronnes de la ville (la troisième est Notre-Dame de Mercedes). Elle se dresse au cœur du quartier gothique et est le siège de l’archidiocèse. Elle est d’ailleurs communément appelée « Seu », qui en catalan signifie précisément "« siège »". Son histoire est très ancienne. Elle fut érigée sur les fondations d’une première basilique paléo-chrétienne (bâtie au IVème siècle) et d’une cathédrale romane, consacrée en 1058.

La construction de l’église actuelle, beaucoup plus grande que les précédentes, a débuté le 1er mai 1298 sous le règne du Roi Jacques II d’Aragon et s’est terminée au milieu du XVème siècle, après 150 ans de travaux. Pour la façade et les clochers latéraux, il a fallu attendre la fin du XIXème siècle. Ils ont été réalisés en style néo-gothique et conçus par l’architecte Josep O. Mestres, qui s’est inspiré de la structure originale de cinq siècles plus tôt, tandis que la grande flèche centrale a été achevée en 1913.

À l’extérieur, vous pourrez admirer le portail gothique avec son arc, richement décoré de sculptures représentant des apôtres, des prophètes, des rois et des anges. Levez les yeux et contemplez les nombreuses gargouilles qui symbolisent des animaux et des créatures fantastiques.

L’intérieur est composé de trois nefs principales et deux rangées de chapelles latérales, fermées par l’abside et le déambulatoire éclairé par de hautes fenêtres. La crypte abrite la tombe et les reliques de Sainte Eulalie. Ne manquez pas de visiter la chapelle du Christ de Lépante, qui abrite une singulière statue de Jésus au corps incurvé. Selon la légende, la croix se trouvait à bord d’un navire amiral espagnol au cours de la bataille de Lépante, et la statue se serait miraculeusement inclinée pour éviter un boulet de canon ou pour boucher un trou en empêchant ainsi au navire de couler !

 

Il y a d’autres traditions curieuses liées à la cathédrale. Par exemple, saviez-vous que treize oies vivent dans le magnifique cloître du XIIIème siècle ? Elles symolisent l’âge d’Eulalie lorsqu’elle a subi le martyre de la part des Romains. Pendant la fête du Corpus Christi, dans le cloître, vous pouvez voir l’ou com balea, un oeuf flottant suspendu sur le jet d’eau de la fontaine.

La Basilique de Santa Maria del Mar

Pour votre parcours à la découverte du gothique catalan qui comprend bien sûr la visite de la Cathédrale, vous ne pourrez pas non plus manquer celle de la Basilique de Santa Maria del Mar. Cette grande église, située dans le quartier portuaire de Ribera, a une importance et une histoire uniques. Les Barcelonais la perçoivent de manière particulière, car elle a toujours été « l’église des marins », qui venaient y demander la protection de la Vierge avant de prendre la mer. Aujourd’hui, cette église est l’ endroit préféré des habitants pour se marier. Il n’est donc pas rare de se retrouver au beau milieu d’un mariage durant une visite !

Sainte-Marie-de-la-Mer a été construite en assez peu de temps, entre 1329 et 1383, lorsque la ville a connu une croissance économique considérable. Elle est l’une des fiertés de la ville, car cette Basilique appartient littéralement au peuple. Les groupes sociaux les plus humbles l’ont toujours défendue et ont même payé pour sa construction pour enfin avoir un lieu de culte à eux. En effet, sachez que les autres églises du centre, dont la Cathédrale, étaient à l’époque financés par la monarchie et réservés uniquement à la noblesse, aux membres des guildes et au clergé de haut rang.

Ainsi,les travailleurs du port de l’époque (les « bastaixos », ou dockers) , qui travaillaient comme esclaves dans les anciennes carrières de Ribera, ont réussi à obtenir la liberté au XIVème siècle et a donné naissance à une organisation d’entraide. Ils ont également utilisé les fonds pour acheter les matériaux de construction et ont transporté les pierres sur leurs épaules depuis la carrière jusqu’au site de la Plaça de Santa María, sans exiger de compensation. Vous pourez trouver un témoignage de cette histoire sur l’un des bas-reliefs de l’édifice.

Plusieurs fois endommagée au cours des siècles en raison de tremblements de terre et de guerres, Santa Maria del Mar a été profondément restaurée dans les années 1970 et vous pourrez aujourd’hui admirer sa sa splendeur originale et son pur style gothique catalan. Elle a un plan plus horizontal que vertical par rapport au églises gothiques de l’Europe du Nord. Cet aspect est créée grâce à des cadres et des lignes plates.

Ainsi, l’extérieur donne un sens de grande solidité, comme s’il s’agissait d’une forteresse, avec une façade centrale entourée de deux tours octogonales, qui, contrairement au style gothique classique, se terminent en terrasse et non en flèche. Les murs latéraux sont clairsemés, sans arches ni décorations typiques des églises françaises de la même époque.

L’intérieur, également caractérisé par des décorations spartiates, est beaucoup plus aéré que ce que l’on pourrait le croire en l’observant depuis l’extérieur. Observez, par exemple, les nombreux vitraux et les oculus (ouvertures entre les galeries) qui lassent passer les rayons de lumière et permettent de briser l’obscurité des trois nefs. La lumière les illumine et les remplit de couleur. Une petite curiosité : les vitraux, souvent détruits au fil du temps, ont été entièrement reconstruits et l’un d’eux représente les armoiries de l’équipe de foot de Barcelone qui a financé les travaux.

Le Musée Picasso

Le Musée Picasso (ou Museu Picasso) raconte le lien indéfectible qu’entretenait l’artiste avec la ville catalane. Pablo Picasso y a passé son adolescence auprès de sa famille et c’est là qu’il est entré en contact avec le modernisme et qu’il a commencé à révéler ses premiers talents. Barcelone restera toujours un point de référence pour l’artiste espagnol, qui y reviendra d’ailleurs plusieurs fois. Tant et si bien qu’1963, dix ans avant sa mort, il fut décidé de créer un musée en son honneur. Une visite vous permettra d’en apprendre davantage sur ses œuvres moins connues, qui brillent au sein de l’immense production de l’artiste espagnol, et de comprendre comment son génie s’est formé.

 

Bien qu’il existe d’autres musées dédiés à Pablo Picasso dans le monde, celui de Barcelone est l’un des plus célèbres et visités, et possède une vaste collection permanente d’œuvres. Il y en a plus de 4 000, dont une grande partie remonte à son adolescence et à sa jeunesse.

La structure en soi vaut déjà le détour. Les peintures et les sculptures sont en effet dispersées dans un palais médiéval situé le long de Carrer Montcada, dans le quartier de Ribera. Les salles intérieures sont agencées en fonction des étapes de la jeunesse de l’artiste et offrent un aperçu exhaustif de son art jusqu’à la Période bleue.

 

Il est vraiment impressionnant de voir comment, à l’âge de 15 ans, Picasso maîtrisait déjà les jeux d’ombre et de lumière et comment les sujets et les formes préfiguraient son art, arrivé à un âge plus mature. Vous pourrez admirer des peintures les plus sombres, réalisées durant sa période hivernale auprès de l’académie de Madrid et celles, plus joyeuses, qu’il a peintes pendant ses vacances d’été passées à Horta de San Joan. On retrouve également des copies des œuvres de Velázquez (qui était une référence aux yeux de Picasso), une série de sculptures en argile, des collages, des peintures modernistes et d’autres moins colorées en raison des problèmes financiers de sa famille (pour économiser, Picasso peignait parfois sur des toiles déjà peintes) .

La Casa Batlló

Un tour de Barcelone sur les traces d’Antoni Gaudi ne peut ignorer une visite à la Casa Batlló, Site du patrimoine mondial de l’UNESCO, l’une de ses œuvres les plus brillantes et chef-d’œuvre du modernisme catalan. Elle ressemble presque à une créature vivante ou à un paysage naturel animé, avec ses formes sinueuses et ses couleurs changeantes !

 

La Casa Batlló se trouve au numéro 43 du Passeig de Gràcia, le grand boulevard qui traverse le quartier de l’Eixample. Durant la seconde moitié du XIXème siècle, ce quartier était devenu le théâtre de défis que se lançaient les riches entrepreneurs de la ville, qui rivalisaient entre eux pour faire construire les palais les plus beaux et fascinants. L’industriel du textile Josep Batlli y Casanovasracheta le bâtiment en 1903 et confia le nouveau projet à Gaudi, lui laissant carte blanche. L’architecte l’a alors complètement transformé, à l’intérieur comme à l’extérieur, en créant l’un des édifices les plus étonnants de toute la ville.

La partie inférieure de la façade présente de grandes colonnes osseuses, et la partie supérieure est un défilé de balcons qui rappellent la forme de masques, d’algues ou de crânes. Elle est ausi parsemée de faïences colorées et de pièces en verre qui reflétent la lumière. Elle est enfin fermée au sommet par un toit recouvert d’écailles colorées, qui rappellent le dos d’un grand reptile. La Casa Batlló est également appelée "« Maison des os »" ou "« Maison dragon »".

 

À l’intérieur, vous pourrez admirer la capacité de Gaudi à allier fonctionnalité et imagination. Les appartements de la famille Batlló sont disposés tout autour de la cour lumineuse. Ils se déploient dans une succession de pièces aux formes ondulées, sans bords ni lignes droites, avec des portes en chêne et d’anciens vitraux. Le grenier formé de 60 arcs caténaires (sans colonnes ni murs verticaux) est magnifique et évoque une grotte ou la cage thoracique d’un animal.

Barceloneta

En plus de ses nombreuses attractions artistiques et architecturales, Barcelone a également... la mer. Barceloneta est la plage la plus appréciée de la ville, mais aussi l’un des barrios les plus charmants, où vous pourrez encore respirer l’air de cet ancien quartier portuaire. Un coin spécial qui rend cette ville encore plus spéciale.

 

Barceloneta fait partie de l’ancien noyau urbain de Barcelone, la Ciutat Vella. Le quartier est né au XVIIIème siècle pour offrir un logement aux pêcheurs. Avec ses rues étroites, ses bâtiments colorés où les vêtements suspendus sèchent au soleil et des enfants qui courent partout... une promenade dans les ruelles, vous permettra de facilement imaginer comment était Barceloneta autrefois : une zone populaire et turbulente. Aujourd’hui, c’est l’un des quartiers les plus animés de la ville, de jour comme de nuit.

La meilleure façon d’entrer dans le monde de Barceloneta est d’y arriver à pied à partir de la statue de Christophe Colomb et de suivre la promenade de la Ronda Litoral. Le point d’accès du « barrio » est le Passeig de Joan de Borbô, d’où vous pourrez ensuite pénétrer dans les rues étroites qui mènent à la plage. Vous pourrez alors vous détendre sur le sable, admirer les performances des surfeurs ou vous laisser emporter par les matchs de foot et de beach-volley improvisés. Et n’hésitez pas à déguster des spécliatés ou des cocktails dans les « chiringuitos » et les nombreux bars qui bordent le Passeig Maritim et les rues intérieures. Se retrouver sur une plage, tout en étant dans le centre de Barcelone : voici une sensation unique en son genre !

La Fondation Miró

Avec Pablo Picasso, Joan Miró est l’autre âme artistique de Barcelone. Le musée qui lui est consacré est une étape à ne surtout pas manquer. La Fundació Joan Miró se trouve dans le Parc de Montjuïc, la colline qui sert de poumon vert à la ville et qui abrite un certain nombre d’attractions, telles que le château et le parc olympique.

 

Contrairement à Picasso, Miró est né à Barcelone (en 1893) et, bien qu’il soit mort à Palma de Majorque en 1983, il est enterré au cimetière de Montjuïc, à quelques pas de la Fondation qui lui est consacrée. Le musée a été créé par l’artiste lui-même, qui l’a conçu en 1968 en tant qu’espace d’exposition des tendances artistiques internationales et de ses propres œuvres. Se promener dans ce bâtiment est un véritable un plaisir, avec ses deux étages, ses grandes salles ouvertes, ses bassins, ses terrasses qui donnent sur la ville et ses jardins qui abritent des sculptures.

 

À l’intérieur, vous serez accueilli par la tapisserie gigantesque de l’entrée, puis vous pourrez suivre le parcours qui part des premiers croquis de sa jeunesse pour arriver aux grandes peintures de la dernière phase de sa vie, pour un total de plus de 10 000 œuvres, dont des peintures, des sculptures, des dessins et d’énormes tapisseries. Pour les amateurs, il y a aussi la série de logos et de graphiques conçus par Miro à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 1982 qui a eu lieu en Espagne.

En plus du musée, toute la ville de Barcelone est parsemée des œuvres colorées de Miró : la peinture murale de l’aéroport de Prat, la mosaïque Pla de l’Os qui accueille les visiteurs de la Rambla (c’est la tradition de marcher dessus) , le célèbre "obélisque" de 22 mètres de haut, intitulé « Dona i ocell » (femme et oiseau) du Parc de Joan Miró, dans le quartier d’Eixample.

Camp Nou

Le Camp Nou est le terrain de football du Futbol Club Barcelone, l’un des stades les plus appréciés et glorieux du monde. Il compte en effet parmi les plus importants et avec ses 99 354 sièges il gagne le titre de plus grand d’Europe et de troisième du monde. L’histoire du football s’est écrite sur ce terrain, sous les pieds de champions comme Cruyff, Maradona, Ronaldo et Messi depuis 1957.

 

Visiter le Camp Nou est aussi une étape importante pour ceux qui n’aiment pas particulièrement le foot. Vous pourrez en effet mieux comprendre la passion des habitants pour les couleurs « blaugrana ». "« Màs que un club »", vous l’entendrez et le lirez partout à Barcelone. Cette équipe est "« plus qu’un club »"!

Lorsqu’on le voit depuis l’extérieur, le Camp Nou n’a pas l’air si grand. Mais une fois à l’intérieur, vous ne pourrez pas rester impassible face à de l’immensité de ses tribunes, à ses parfaites lignes courbes et au charme du grand football qui s’en dégage. La meilleure façon de l’explorer est de faire une visite interne, qui dure environ une heure et demie et qui comprend le passage des vestiairesau tunnel d’où sortent les joueurs. Vous verrez également les tribunes et les gradins, sans oublier la salle de presse. Ne manquez pas de voir le musée, qui retrace l’histoire du club à travers une grande série d’archives, de trophées, de photos, de vidéos, de souvenirs, de curiosités et d’œuvres d’art.

 

Si vous souhaitez assister à un match à domicile du Barça, vous devez vous organiser à temps. Les billets pour les rencontres les plus importantes sont très vite vendus et il est préférable de les réserver en ligne des mois à l’avance. Il est également conseillé d’arriver tôt pour profiter de l’ambiance d’avant-match, un crescendo de chœurs et de chorégraphies à ne pas manquer. La zone des supporters les plus passionnés (mais corrects) est celle des secteurs situés derrière la porte. C’est l’endroit idéal pour y voir un match en totale immersion.

La Pedrera

Voici une autre étape incontournable de la Barcelone de Gaudi : la Casa Milà, ou La Pedrera comme on l’appelle communément. Il s’agit du dernier bâtiment privé construit par l’architecte. Il se trouve au numéro 93 de Passeig de Gràcia, à l’angle de Carrer de Provena.

 

La maison a été commandée par l’entrepreneur Roser Segimon et son épouse, la riche héritière Roser Segimon. Les travaux ont été prolongés de 1906 à 1912, car les propriétaires ont rencontré plusieurs obstacles bureaucratiques. En effet, les solutions architecturales originales et avant-gardistes de Gaudi entraient souvent en conflit avec les normes urbaines. Casa Milà est composée de deux grands blocs, chacun d’entre eux étant agencé autour d’une cour intérieure qui garantit un éclairage optimal et la ventilation de tous les appartements. La structure de soutien est formée de colonnes en pierre, en brique et en fer qui permettent d’éliminer la présence de murs d'appui. Les paroies des appartements ont donc une pure fonction décorative et peuvent être déplacées, démolies et reconstruites librement.

 

La façade concrétise l’idée innovante et provocatrice de Gaudi de nier les lignes droites. Elle se développe en suivant des lignes courbes et ondulées, apparemment irrégulières, et a été réalisée avec plus de six mille blocs de calcaire brut et naturel, tant et si bien que les fenêtres ressemblent à des grottes ou à des trous creusés dans la roche. C’est pourquoi Casa Milà a reçu le surnom de La Pedrera, c’est-à-dire, "« carrière de pierre »".

 

Jetez un coup d’œil au toit-terrasse: c’est une vraie merveille. Chaque élément fonctionnel du bâtiment, depuis les sorties des escaliers de service, jusqu’aux conduits de ventilation, en passant par les nombreuses cheminées, se transforme en une œuvre d’art aux formes fluides et tordues. Les cheminées qui semblent porter un casque d’un guerrier sont particulièrement intéressantes. Gaudi concevait le toit comme un élément fondamental dans ses projets. Il ne s’agissait pas uniquement de créer une simple couverture. Celui de la Casa Milà se visite dans parcours onirique et surréaliste.

Carte de Barcelone

Partez explorer Barcelone avec Costa Croisières

 

Visiter Barcelone est une expérience exaltante, à faire au moins une fois dans sa vie. Grâce à nos croisières, vous pourrez l’admirer selon plusieurs perspectives : depuis la mer, avec une vue panoramique unique en son genre et dont seuls nos invités ont la chance de profier, et également à travers des excursions, à la découverte des beautés de cette ville !

Choisissez votre prochaine destination