Le New York Times vient d'inclure la ville de Copenhague dans la liste des 53 lieux à ne pas manquer en 2020, confirmant la grande attraction que cette ville magique exerce encore sur les voyageurs de tous horizons ou de toutes géographies. Adapté à tous, riche en histoire et en culture, il a une âme douce et royale, une élégance innée et de nombreuses implications surprenantes et inhabituelles. Voici tous les endroits de Copenhague qui vous étonneront, que nous avons choisis pour vous.

Quartier de Norrebro

Norrebro peut être la destination d'une journée, mais aussi d'une soirée, ou simplement d'un peu de shopping. A des prix plus abordables que dans d'autres domaines. Ce quartier a une âme alternative pour son multiculturalisme.

Les deux rues dont vous devez vous occuper sont Ravnsborggade et Sankt Hans Gade, pleines de magasins de vêtements proposant des vêtements élégants, vintage ou d'occasion. Cela dépend de vos goûts. De la robe élégante aux vêtements décontractés, toutes les possibilités sont à portée de main. Dans les marchés de plein air, vous pouvez faire des achats économiques. Et quand les lumières du soir s'allument, il est temps de trouver un bon endroit. Norrebro est vraiment spécial à cet égard. Il y a des endroits comme Bryghus ou Escobar où la liste des bières est interminable.

Parc urbain de Superkilen

Voici quelque chose d'absolument unique, impossible à obtenir dans d'autres villes du monde. Il s'agit d'un parc situé au cœur du quartier de Norrebro, considéré comme l'une des zones les plus alternatives et multiculturelles. Un parc jamais vu auparavant. Il a été créé en 2012 à la suite des idées de plusieurs designers réunis sous le nom du groupe artistique Superflex et avec pour mission de célébrer la diversité.

Une bande de terre laissée à l'abandon a été transformée en un lieu plein de couleurs et d'imagination, avec des solutions inattendues. Superkilen est un point de rencontre pour les gens de tous horizons, où l'on trouve des objets provenant d'une soixantaine de pays différents : bancs de gym californiens, panneaux de signalisation jordaniens, séparateurs de trafic néerlandais.

La couleur rouge, traversée par les pistes cyclables, domine la scène de la première zone du parc. La zone noire a un sol de couleur sombre et est dédiée à l'Orient. La zone verte (Green Park) met en valeur la nature.

La rue commerçante de Jægersborg

Une petite rue résidentielle qui est devenue depuis quelque temps un bijou d'élégance grâce à l'ouverture rapide d'une quarantaine de galeries d'art, de plusieurs boutiques spécialisées dans l'alimentation biologique, les vêtements de créateurs vintage, la céramique et les bijoux, ainsi que des bars à vin, des cafés et des restaurants. C'est ici que se trouve un restaurant étoilé comme le Relæ. Et toujours dans cette rue, vous pouvez vous arrêter au Coffee Collective pour déguster un café de la plus haute qualité, résultat d'une technique spéciale de micro-torréfaction par le leader du secteur, Klaus Thomsen.

La Karamelleriet, spécialisée dans les délicieuses et inimaginables friandises, propose une autre spécialité unique et rare. D'autres noms à noter sont ceux de la boulangerie Meyers, de Ro Chokolade ainsi que du restaurant Manfreds et du magasin de vin souterrain Terroiristen.

Ancien cimetière d'Assistens

Parmi les nombreux coins insolites de Copenhague, également dans le quartier multiculturel de Norrebro au nord de la ville, le cimetière d'Assistens occupe certainement une place particulière. Elle a une origine ancienne et particulièrement sombre : elle a été érigée au XVIIIe siècle, à l'époque où la peste était à son apogée. Aujourd'hui, cependant, les portes sont ouvertes au visiteur. Un véritable parc qui accueille des enfants qui courent avec bonheur et des cyclistes.

Parmi les arbres et les chemins, on trouve bien sûr les tombes de citoyens danois qui, dans certains cas, ont marqué l'histoire, à commencer par le philosophe existentialiste Soren Kierkegaard. Une particularité : son nom de famille en italien a la signification exacte de "cimetière". Puis il y a les pierres tombales qui rappellent les sépultures du physicien nucléaire Niels Bohr (un des pères de la mécanique quantique) et de l'écrivain et poète universellement connu pour ses contes de fées, Hans Christian Andersen.

Au fil des ans, le cimetière d'Assistens est devenu un lieu de rencontre et de pique-nique très populaire. Une place donc à inclure dans vos projets de voyage. Aussi parce qu'elle contient des surprises inattendues, comme la tombe dédiée à un certain Andreas Morgenrodt : sur la pierre tombale, il est écrit qu'il était un voyageur du temps, né en 1996 et mort... en 2064.

Quartier de Christianshavn

Des rues étroites et de vieilles maisons colorées. Le quartier de Christianshavn est l'un des plus attrayants et des plus en vogue, un trésor de beauté même hors du commun. Comme la région "autonome" où vivent 850 personnes - selon une législation ad hoc - dans une communauté qui n'a pas d'égal dans le monde.

Indiquée par un panneau en bois, l'entrée de Christiania vous emmène dans un monde parallèle. C'est une communauté fondée en 1971 par des hippies de toute l'Europe : ici, les drogues douces circulaient librement et la rue principale, appelée Pusher Street, était caractérisée par des kiosques où l'on vendait du haschisch. Depuis quelques années, cependant, ce commerce n'existe plus : il était devenu la proie des trafiquants de drogue du crime organisé. En tout cas, aujourd'hui, la Christania est un quartier interdit aux voitures et plein de fresques colorées.

En dehors de Christiania, vers la mer, vous pouvez vous reposer au Christianshavn Bådudlejning & Cafe où vous pouvez également louer un bateau. Quelques pas et vous arrivez au Musée naval danois qui abrite une collection de navires parfois aussi très anciens.

Palais de Christiansborg

Aujourd'hui, c'est le siège du Parlement danois, les bureaux du ministre, mais dans le passé, c'était le palais royal, sur la petite île de Slotsholmen ("l'île du pouvoir"), dans le centre historique de la capitale, entouré de ponts et de canaux. C'est un bâtiment de trois étages à la façade austère en granit, en plus de la plus haute tour de la ville (106 mètres).

Au sous-sol, on trouve quelques vestiges architecturaux, les ruines de tous les bâtiments précédents du 12ème siècle. Pendant 350 ans, elle a servi de résidence royale. En 1795, un incendie a obligé la famille royale à déménager à Amalienborg. En tout cas, aujourd'hui encore, de nombreuses fonctions officielles y sont exercées.

Riddersalen, la salle des chevaliers avec les tapisseries raconte l'histoire du Danemark, ainsi que la Tronsalen, la salle du trône. À droite de la façade se trouve la Slotskirken, une chapelle de cour de style néoclassique qui sert aujourd'hui de salle de concert. Le canal de marbre mène à la cour de l'école d'équitation où se trouvent les écuries royales du XVIIIe siècle et le musée de la voiture.

Château de Rosenborg

Immergé dans la partie la plus verte de la ville, voici un château qui, à première vue, inspire des histoires et des atmosphères de conte de fées. Ce sera pour les briques rouges des façades, ce sera pour les toits de cuivre et pour les tours qui tendent vers le bleu du ciel avec leurs flèches vertes typiques. Le charme de ce bâtiment est évident. La construction remonte à 1606 par la volonté du roi Christian IV, elle était censée être une résidence d'été mais a fini par devenir sa résidence principale, et celle de ses successeurs. La salle de bain avait l'eau courante et toute la structure était élégante et confortable.

Depuis 1833, la place de Roseborg - avec les Jardins du Roi annexés - est ouverte au public. Au fil des ans, le palais est devenu un immense musée rempli d'objets précieux et historiques de toutes sortes. Bien sûr, il y a aussi les Joyaux de la Couronne, le trésor royal recueilli en quatre cents ans de règne, de 1500 à 1900. Le parc est très populaire en été pour les promenades et les pique-niques en plein air.

La beauté est vraiment très présente. Plusieurs collections d'art sont ouvertes aux visiteurs, à commencer par celle qui est composée principalement de verre vénitien et qui se poursuit avec la collection de porcelaine. Les chambres attirent l'attention par les fresques au plafond et la beauté du mobilier d'époque. La Salle du Miroir suit le modèle français de l'époque, la Grande Galerie est une salle également appelée Salle des Chevaliers décorée et éclairée pour les fêtes et les banquets.

Jardins du château de Rosenborg

En dehors des salles du château, l'autre trésor sont les jardins du roi (Kongens Have), les plus anciens du Danemark, qui sont visités par pas moins de 2,5 millions de touristes chaque année. L'attraction principale est le Jardin baroque, où une série de sentiers de fleurs forment un labyrinthe jusqu'à une maison d'été octogonale.

Le Pavillon d'Hercule, au contraire, s'inspire du héros de la mythologie grecque avec une statue de lui insérée entre deux colonnes de style toscan à côté des représentations en marbre d'Orphée et d'Eurydice. Ces trois sculptures ont été réalisées par l'Italien Giovanni Baratta et ont été achetées par Frédéric IV lors de son voyage en Italie, avec un arrêt à Florence dans l'atelier de l'artiste en 1709.

Fontaine de Gefion

Un des symboles de la ville de Copenhague, un monument devant une fontaine. Situé près de l'église de St. Alban (la seule église anglicane), c'est une étape incontournable pour tout touriste. Elle est liée à la légende de Gefjun, déesse de la végétation et de la fertilité, qui demanda au roi de Suède une partie de son royaume : il obtint Sélandia qui, jetée sous la Suède, devint la plus grande île du Danemark tandis que le trou créé provenait du lac Mälaren.

Le sculpteur danois Anders Bundgaard l'a réalisée en bronze en 1908, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de la Carlsberg, la bière nationale. En hiver, il reste éteint pour éviter les dégâts causés par le gel de l'eau. Mais si vous avez l'intention de visiter la statue de la Petite Sirène, vous ne pourrez pas vous empêcher de tomber sur ce monument qui, dans le cadre de la zone du Kastellet, offre des jeux de lumière et de couleurs à différents moments de la journée et de la soirée.

Château d'Amalienborg

Ici vit la famille royale avec la reine Marguerite II du Danemark, dans un complexe composé de quatre palais donnant sur une place octogonale où se détache la statue équestre du roi Frédéric V. On perçoit immédiatement, au premier coup d'œil, l'atmosphère particulière qui caractérise ce lieu riche en histoire : on sent la royauté, l'ordre, le calme.

La place qui abrite le monument de Frédéric V a été conçue en 1749 en réponse à la nécessité de construire un grand jardin pour surplomber un quartier résidentiel, intitulé Frederiksstaden. Ces quatre palais étaient destinés à quatre familles aristocratiques différentes, mais après que le palais de Christiansborg ait brûlé, Christian VI les a tous achetés et y a installé la résidence royale.

Les quatre bâtiments sont les palais de Christian VII, qui étaient destiné à accueillir des visites officielles, le palais de Christian VIII, qui a accueilli jusqu'en 2004 le prince Frédéric de Danemark, le palais de Frédéric VIII résidence d'Ingrid de Suède jusqu'en 2000, le palais de Christian IX, qui depuis 1967 a accueilli le souverain Frédéric IX. Le garde du corps royal garde le château depuis 1658 et avec un peu de chance, vous pourrez assister à la cérémonie de la Vagtparade, la relève de la garde.

Statue de la petite sirène

Elle s'inspire d'un des contes de fées les plus populaires signé par Hans Christian Andersen, celui qui raconte l'histoire de la fille du roi de la mer amoureuse d'un beau prince de la terre, et est devenu le symbole du Danemark. Sculpté par Edvard Erksen en 1913, il a été commandé par J. Carl Jacobs, le propriétaire de la brasserie Carlsberg.

Elle est située à l'entrée de la zone portuaire, sur la jetée de Langelinie, près du Kastellet. Ses dimensions sont petites (seulement 125 centimètres), plus que vous ne pouvez l'imaginer lorsque vous admirez la statue sur une photographie, mais la Petite Sirène exprime un message poétique qui se rapproche de la nature douce des Danois. C'est pourquoi elle est devenue son symbole.

Kastellett

A quelques pas de la Petite Sirène, voici une autre étape incontournable de notre parcours à Copenhague. L'ancienne fortification qui montre aujourd'hui toute sa beauté parmi les arbres, les murs fortifiés, les ponts, les vieux moulins. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le quartier général des Allemands était situé dans la ville, aujourd'hui le ministère danois de la défense.

Une citadelle militaire classique entourée d'un fossé qui suit étonnamment un chemin en forme d'étoile, au milieu de nombreux saules et de petites maisons typiques aux toits rouges. Pendant l'été, les concerts de la fanfare militaire y sont organisés. Dans cette zone, il y a aussi plusieurs églises, un moulin à vent et les cinq remparts d'où l'on peut voir la ville jusqu'à la mer avec son port : un spectacle remarquable.

En poursuivant la visite de Kastellett, on peut également voir la Maison des Commandos, les Entrepôts Sud et Nord, la Fontaine Gefjon déjà mentionnée, la Maison de la Poudre, le Musée de la Résistance et enfin la Prison, où le pirate anglais John Norcross a été emprisonné pendant plus de trente ans

 

Le parc de Churchill

Dans l'atmosphère très anglaise de Churchillparken, il est naturel que le protagoniste soit Winston Churchill. L’'homme d'Etat anglais qui, avec ses troupes et avec le gouvernement britannique, a aidé à libérer le Danemark du nazisme. Un buste est dédié (d'Oscar Nemon) au centre du parc qui porte son nom près d'Amalienborg et de Kastellett. Dans cette zone sont concentrés tous les symboles de Copenhague et certains des endroits les plus aimés des Danois. Dans le même parc se trouve également la Vakyrie, la statue de bronze réalisée en 1910 par l'artiste Stephan Abel Sinding.

Le jardin d'Amalia

Ce qui le rend célèbre, c'est la vue impressionnante sur la mer, mais ce n'est pas tout. C'est évidemment un beau parc, apprécié aussi pour les fontaines, la zone portuaire et la résidence d'Amalienborg. En 1983, il a été offert à la ville de Copenhague par la Fondation Moller, il a été conçu par l'architecte belge Jean Delogne et les fontaines et statues sont l'œuvre de l'artiste italien Arnaldo Pomodoro.

Église de Holmen

L'histoire de la paroisse de Copenhague appelée Holmen est vraiment singulière, car sa première destination devait être une forge d'ancrage à partir de 1563, peu avant l'adaptation à l'église navale voulue par le roi Christian IV. Depuis lors, son prestige a augmenté d'année en année et aujourd'hui, c'est un autre lieu d'une grande valeur symbolique pour les Danois.

Le mariage entre la reine Marguerite de Danemark et le prince Henrik a eu lieu ici. On y trouve des personnalités enterrées comme le compositeur Niels Wilhelm Gade et quelques œuvres d'art comme les œuvres de Bertel Thorvaldsen et Karel van Mander.

Jardins de Tivoli

Nous entrons dans le plus vieux parc d'attractions du monde. En fait, pour être précis, le plus ancien est un autre parc danois, le Dyrehavsbakkenm fondé en 1583 tandis que les jardins de Tivoli ont été inaugurés en 1843 : ils accueillent des manèges, des restaurants, des hôtels et, lorsque le temps est clément, de nombreux spectacles en plein air. La grande roue ne manque évidemment pas, mais vous y trouverez aussi la dernière génération de jeux.

L'île du pouvoir

Une petite île dans le port de Copenhague, en plein centre, qui porte le nom des différents châteaux ou palais qui ont été construits sur son territoire au fil des ans : du premier château de la ville commandé par l'évêque Absalon en 1167 à l'actuel palais de Christiansborg. Pour tout le monde, cela a donc toujours été Slotsholmen, l'île du château, ou plutôt du pouvoir. Le gouvernement danois y a établi son siège depuis l'époque médiévale.

Musée national

Pour avoir un aperçu des 14 000 ans d'histoire du Danemark, vous devriez visiter le palais de Prinsen où se trouve le musée national. La collection sur quatre étages et des milliers de pièces cataloguées offre un aperçu complet des origines de tout un peuple.

Parmi les découvertes les plus importantes figurent les Cornes d'Or de Gallehus, la première trouvée en 1600 par une paysanne, la seconde un siècle plus tard dans la même région. En 1800, les cornes ont été volées. C'est un orfèvre qui a avoué le vol et a été enfermé en prison pendant 37 ans. Depuis lors, plusieurs copies ont été faites et volées. Les chercheurs font remonter ces objets aux tribus du Jutland. Un autre objet précieux du musée, le chaudron Gundestrup, contient des références à différentes cultures du monde entier.

Village maritime de Dragor

Un petit village de pêcheurs avec toutes ses maisons jaunes sur l'île d'Amager. En été, il se remplit de fleurs et prend un aspect résolument romantique. En plus du port, il y a deux petits musées : l'un est consacré à la tradition maritime, l'autre à la tradition agricole.

Il y a les restes d'une ancienne forêt, on peut voir le pont qui mène à la Suède et sur la côte on peut admirer les moulins à vent. Un endroit calme pour s'arrêter et se reposer avant de retourner au centre de Copenhague.

Quartier Indre By

Parmi les nombreux quartiers pittoresques de Copenhague, le village d'Indre By est certainement le cœur de la ville, son visage le plus intime. Les bars et les restaurants ne manquent pas et il est presque inévitable de se perdre dans son réseau de rues et de ruelles, de canaux et de parcs.

Toutefois, c'est un excellent point de départ pour entamer un tour de ville. Vous pouvez commencer par le Jardin botanique, qui possède la plus grande collection de plantes du Danemark. Continuez depuis le Centre de design danois avec cinq étages d'expositions. Et ce sera un plaisir de marcher sur le Stroget, la plus longue rue piétonne du monde.

Bibliothèque royale

L'imposante structure cubique sombre - qui change de couleur pendant la journée - est la partie extérieure et la plus moderne du bâtiment qui, achevé en 1906, contient près de 5 millions de livres et 6 millions de manuscrits. Depuis que le roi Frédéric III a nommé le premier bibliothécaire en 1653 (c'est-à-dire il y a 362 ans), la bibliothèque est un point de référence indispensable.

Le diamant noir (sa forme suggère cette traduction) est l'autre partie de la structure, reliée par trois couloirs. Chaque partie du musée peut être visitée. Parmi les manuscrits conservés, on peut citer le livre évangélique et chrétien qui porte la date de 1060.

Musée du Design Danemark

Le charme inimitable du design réside dans la magie du musée qui expose les œuvres les plus importantes de célèbres designers. Auparavant, c'était le siège du premier hôpital public du Danemark. Il accueille des expositions permanentes mais aussi des expositions temporaires. La marque de Poul Henningsen, Kaare Klint et Arne Jacobsen se retrouve sur le design et l'architecture et c'est ce qui ressort des expositions.

La brasserie Carlsberg

La bière danoise la plus célèbre au monde est la bière Carlsberg et la brasserie où elle est fabriquée est devenue un lieu de pèlerinage. Les éléphants embellissent la structure et contribuent à la rendre très spéciale, ainsi que la partie utilisée comme ancienne résidence du fondateur J.C. Jacobsen, la belle villa et l'inévitable jardin intérieur. Parmi les particularités offertes par la visite guidée à l'intérieur de l'usine, la possibilité pour les visiteurs de créer leur bière préférée en choisissant l'arôme le plus personnalisé.

Explorez Copenhague avec Costa Croisières

La Petite Sirène n'est qu'un des nombreux symboles d'une ville au charme irrésistible car elle est discrète, liée à la beauté naturelle et à l'histoire princière, ainsi qu'à la sérénité qui imprègne l'air. Cela mérite un voyage !

Choisissez votre prochaine croisière