Un pays qui a abandonné l’armée comme le stipule sa Constitution, dont les habitants sont les plus heureux du monde, une nation qui produit plus de 99 % d’énergies renouvelables et qui possède 5% de la biodiversité du monde : bienvenue au Costa Rica, la perle de l’Amérique centrale. Vous y trouverez également d’énormes parcs, des lagunes, des plages paradisiaques, mais aussi des villes pleines d’histoire et de folklore. Les visiteurs les plus aventuriers pourront vsiter des volcans et profiter de descentes en tyrolienne, tandis que ceux qui veulent se consacrer à la détente pourront compter sur des retraites de yoga et de nombreux établissements de bien-être. Le slogan « pura vida » n’est pas uniquement une manière de dire, c’est un mode de vie. Au Costa Rica, les possibilités d’immersion dans la nature sont infinies : il suffit de choisir entre la forêt, la plage ou la montagne, et vous serez récompensé par les nombrueses occasions d’observer des animaux sauvages, des plantes à fleurs et de profiter de panoramas spectaculaires. Le Costa Rica a été découvert par Christophe Colomb en 1502 au cours de son quatrième voyage, mais la première pénétration à l’intérieur des terres n’a eu lieu qu’en 1563, lorsque J. Vásquez de Coronado a conquis le pays et a fondé la ville de Cartago, la capitale du pays jusqu’en 1823. Il y a un autre élément très intéressant dans son histoire : en 1986, Óscar Arias Sánchez a été élu président du Costa Rica et a lancé un plan de paix en Amérique centrale. Il a d’ailleurs reçu le Prix Nobel de la paix pour cette engagement.

Histoire, soleil, mer, nature, écotourisme, culture : autant d’éléments essentiels qui définissent le Costa Rica : découvrez avec nous quelles sont les 25 étapes incontournables.

San José

Avant de vous immerger dans la nature verdoyante de ce pays, faites une étape à San José. La capitale, autrefois centre agricole qui est devenu prospère dans les années 1950 grâce au commerce du café, recèle de petits trésors, à commencer par le Théâtre national (1891). Située sur le plateau fertile de la vallée centrale, à près de 1100 mètres d’altitude, la ville de San José se trouve au centre du pays et est le cœur politique et commercial de l’État, après avoir été longtemps reléguée au second plan par rapport aux villes côtières. L’une des meilleures façons de comprendre la ville est de visiter ses marchés locaux les plus importants, comme le mercado central et le mercado artisanal, où vous pourrez profiter de l’aspect le plus authentique de la ville et de ses habitants. Le mercado central est la place commerçante la plus importante, où vous trouverez tous les produits typiques du Costa Rica dans une véritable explosion de couleurs et de parfums et où vous pourrez déguster les délicieuses bananes plantains frittes de la tradition culinaire locale. Le mercato artisanal est un centre où les artisans de tout le pays se rassemblent pour vendre leurs objets réalisés avec patience et savoir-faire.

Pour mieux connaitre l’histoire et les traditions de ce pays, le meilleur choix est de visiter les musées les plus importants de la ville, où vous pourrez admirer les témoignages des civilisations millénaires qui ont façonné ce pays. Commencez par une visite du musée de l'Or précolombien, qui recueille une immense quantité d’artefacts en or, fabriqués par des civilisations précolombiennes et une belle collection de pièces de monnaie récupérées dans les navires espagnols engloutis au large de la côte. Sans oublier le musée national du Costa Rica, situé dans l’ancienne forteresse espagnole Bellavista.

Cartago

Aussi connue sous le nom de « Vieille Métropole », Cartago fut la capitale du Costa Rica jusqu’en 1823, année durant laquelle il fut finalement décidé de transférer la capitale à San José. Cette région est la plus importante du pays dans le domaine de l’art colonial. Le meilleur exemple est sans doute l’église d'Orosi (1743), un joyau historique témoin de la naissance d’une nation. Cartago présente un climat tropical humide et ses chaînes montagneuses comprennent deux cordillères : la Centrale où se trouvent les volcans Irazù et Turrialba et la cordillère de Talamanca, une autre grande formation montagneuse de la province qui comprend l’imposante montagne du Cerro Chirripò, le point culminant du Costa Rica, situé à 3 600 mètres d’altitude. Cartago est une terre de traditions et de religiosité. Le pèlerinage à la Basilique de Notre-Dame des Anges, située dans le centre de la ville, est l’activité religieuse la plus importante. Elle est célèbrée le 2 août et des millions de personnes affluent du pays en hommage à la sainte patronne nationale. Les fidèles demandent grâce à une statuette d’environ vingt centimètres et en pierre noire représentant la Vierge, qui est affectueusement appelée La Negrita. Certains pèlerins font le voyage de 14 kilomètres de la capitale San José à Cartago, mais d’autres viennent également des confins du Costa Rica et des pays voisins.

Jardin botanique de Lankester

Le jardin botanique de Lankester est un ensemble de jardins, et était à l’origine une zone de forêt secondaire située sur des terres alors abandonnées de la périphérie de Cartago. Elle a été rachetée par la société nord-américaine pour l’étude des orchidées et par la Fondation britannique Smith en 1973, qui en ont fait don à l’Université du Costa Rica. Le jardin est célèbre pour la récolte des plantes épiphytes, dont en particulier les orchidées (il abrite 1400 espèces), mais les 10 hectares de parc abritent également des broméliacées, des heliconies, des cactus, des fougères et de nombreux autres types de plantes, ainsi qu’une centaine d’espèces différentes d’oiseaux qui y ont trouvé refuge. Le jardin continue de s’engager dans la promotion pour la conservation, la préservation et l’utilisation durable des espèces endémiques du Costa Rica par le biais de la recherche scientifique, de l’horticulture et de la formation d’experts environnementaux. La superficie couvre 11 hectares et est composée de 3000 espèces de plantes, telles que la fleur nationale, la Guaria Moradaet la Guaira Turrialba, une espèce naturelle menacée d’extinction.

Volcan Irazù

Le parc national du volcan Irazù est situé dans le canton d’Oreamuno, à 32 km au nord-est de la ville de Cartago. Il a été déclaré parc national en 1955 par l’Institut costaricain du tourisme et est aujourd’hui l’un des endroits les plus appréciés et visités de tout le Costa Rica. Vous y trouverez le plus haut volcan actif du pays, le volcan Irazù qui domine toute la région avec ses 3432 mètres d’altitude. Son nom dérive d’un village indigène construit en 1569 sur ses pentes et dont le nom signifie « le pic du tonnerre et du tremblement de terre ». Le volcan couvre un territoire de plus de 500 kilomètres carrés et présente au moins 10 cônes volcaniques sur son versant Sud. Mais la grande attraction du parc est la montée vers le cratère Diego Haya qui s’est transformé au fil des ans en un lac couleur vert pomme. En temps clair, vous pourrez voir l’océan Atlantique et l’océan Pacifique depuis son sommet.

Turrialba

Cette petite ville située sur les pentes du volcan du même nom abrite deux universités et est surtout célèbre parmi les amateurs de rafting, qui apprécient les canyons et les chutes d’eau du Pacuare. Ce fleuve a été classé parmi les 10 meilleurs du monde pour faire du rafting par National Geographic. Durant la descente, vous pourrez repérer de nombreux oiseaux et des singes tout le long du chemin. La région est aussi connue pour son fromage à pâte molle et couleur crème, que l’on produit avec du lait cru et selon des méthodes artisanales séculaires. Le volcan Turrialba, le deuxième plus haut du pays, avec ses 3 340 mètres d’altitude, s’est réveillé en 2016 après un siècle d’inactivité.

Monument National Guayabo

Le monument national de Guayabo, qui s’étend sur une surface de 218 hectares, est situé à 84 km de San José. Il s’agit de la zone archéologique la plus vaste et la plus intéressante du Costa Rica. Découverte par l’explorateur Anastasio Alfaro à la fin du siècle dernier, la cité archéologique n’a été que partiellement fouillée (seulement 10%) dans les années 1960. Elle a ensuite été déclarée monument national en 1973. Le peuple qui a construit cette ville avec de larges rues pavées, des centres de cérémonie et des aqueducs, a vécu entre 1000 av. J-C et 1400 ap. J-C. Les structures les plus importantes de la cité ont été construites entre 300 et 700 ap. J-C., et à cette époque près de 10 000 personnes vivaient dans cette région. Les rochers utilisés pour ériger les édifices étaient transportés sur plusieurs kilomètres, à travers leRio Reventazón
On estime que cette ville a été gouvernée par un « Cacique », terme qui désigne traditionnellement le chef de certaines communautés tribales d’Amérique Latine, qui détenait à la fois le pouvoir politique et religieux. Nous ne possédons aucune information sur les raisons qui ont poussé les habitants à abandonner ce site un siècle et demi avant l’arrivée des Espagnols. Les routes sont constituées d’une série de chemins en pierre, utilisés comme voies de transit et aussi comme système de drainage. La cité archéologique est nichée dans une forêt tropicale luxuriante et désormais rare. La faune de la région est principalement composée d’écureuils, de tatous, de toucans et de geais.

Parc Naturel de La Paz

À l’intérieur d’un parc naturel situé le long des pentes du volcan Poàs, à environ trente kilomètres au Nord d’Alajuela, vous trouverez une fascinante cascade, connue des habitants comme la Catarata de La Paz. La cascade s’élève sur trente-sept mètres et est formée par le fleuve La Paz qui maintient son flux constant. De nombreux chemins pavés serpentent tout autour de la zone, et l’un d’entre eux mène à un point de vue panoramique à couper le souffle. Non loin, vous trouverez des jardins où vous pourrez observer des grenouilles et des serpents.

Parc national Manuel Antonio

Chaque année des centaines de milliers de touristes arrivent pour visiter ce qui est un véritable paradis. Ce parc, situé à Quepos, dans la province de Puntarenasabrite plus de 350 espèces d’oiseaux109 espèces de mammifères et 346 de plantes. Ses sentiers constituent une ode à la faune et à la flore et mènent vers de magnifiques plages qui se trouvent juste à l’intérieur du parc et qui ne sont accessibles qu’à ses visiteurs. Vous pourrez donc également profiter de la mer, où les amateurs de plongée trouveront leur bonheur. La plus belle de toutes les plages est sans doute la playa Manuel Antonio. Une plage sauvage, de près d’un kilomètre de long et bordée de palmiers, où vous pourrez rencontrer des paresseux et des singes hurleurs, entourée d’une végétation luxuriante d’un côté et d’une superbe baie de l’autre. 

Situé à 130 km de San José, la capitale du Costa Rica, le parc est mondialement connu non seulement pour ses plages blanches, mais aussi pour sa riche forêt, où vous pourrez admirer des recoins charmants avec des piscines et des cascades, la jungle et des sentiers immergés dans la végétation tropicale, sans oublier les nombreux animaux indigènes qui y ont trouvé leur habitat. Levez les yeux et observez les paresseux qui s’accrochent aux branches des arbres imposants. Aiguisez votre vue pour repérer les toucans, les caméléons, les araignées, les grenouilles Atelopus et les célèbres grenouilles aux yeux rouges. Le parc comprend également 12 îlots et si vous avez la chance de nager dans leurs eaux, vous pourrez rencontrer des dauphins ou admirer des baleines au loin.

Puerto Viejo

Puerto Viejo est désormais une étape incontournable dans l’itinéraire d’un voyage au Costa Rica, avec ses plages, ses palmiers, ses vagues idéales pour le surf et son atmosphère à l’enseigne de la détente qui attire des milliers de voyageurs chaque année. Située sur la côte caribéenne, à environ une heure au Sud de Limon, cette localité est également une excellente base pour explorer le parc national de Cahuita et faire une pause durant votre voyage vers le Nord si vous arrivez du Panama.

Tortuguero

Le parc national de Tortuguero, situé dans le nord-est, abrite des milliers de tortues de mer qui viennent y faire leurs nids et déposer leurs œufs sur les plages de sable noir. Ce même parc est l’habitat de plus de 400 espèces d’oiseaux, de 60 espèces de grenouilles, de 30 espèces de poissons et de 3 espèces de singes. Une « petite Amazonie » à visiter en parcourant les rivières qui la traversent. Les rives se dévoilent peu à peu et les barques s’immergent dans une végétation de plus en plus dense. Voici une cathédrale naturelle, où les visiteurs restent silencieux et fascinés.

Parc national marin de Ballena

Ce parc marin a été créé pour la conservation des coraux et des récifs coralliens qui entourent plusieurs îles au large de la côte. Son nom fait référence aux baleines à bosse qui y viennent pour se reproduire, mais aussi à la « Queue de baleine » de Punta Uvita, une bande de sable caractéristique qui s’étend à l’intérieur d’une barrière rocheuse et qui ressemble à la queue d’une baleine à marée basse. Le parc national marin de Ballena, situé à seulement 16 km au Sud de Dominical et à 180 km au sud-ouest de San José, protège plus de 13.000 hectares de la mer et 9 miles de côte. Malgré sa taille limitée, la réserve est d’une grande importance, d’autant plus qu’elle protège les baleines qui transitent sur les routes migratoires, mais aussi des colonies de dauphins et des tortues de mer qui viennent pour se reproduire, ainsi que des colonies d’oiseaux marins et différentes espèces de reptiles. Le parce abrite également quatre plages.

Talamanca

Ce canton de la province de Limon est un paradis naturel, formé d’un ensemble de jungles fermées, de montagnes impressionnantes et de plages paradisiaques. Limón détient le pourcentage le plus élevé de terres protégées du Costa Rica et présente une grande variété de flore et faune. La végétation y est luxuriante, tout comme les cultures qui convergent dans toute la province.

Cerro Chirripò

Le Cerro Chirripó est la plus haute montagne du Costa Rica, avec 3 820 mètres d’altitude. En temps clair, vous pourrez voir l’océan Pacifique et la mer des Caraïbes depuis son sommet. Le parc national Chirripó est l’une des zones les plus sauvages du pays et a toujours été protégée pour promouvoir son développement. Le parc a été déclaré réserve de la biosphère en 1982 et site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. Le Cerro abrite un nombre extraordinaire d’habitats naturels, en raison des différences climatiques, de sol et d’altitude. Vous y trouverez plus de 260 espèces d’amphibiens et de reptiles, 400 espèces d’oiseaux, de jaguars, de singes et la plus grande population de tapirs du pays. Il se trouve à 83 km au sud-est de la capitale San José et à environ 30 km au nord-est de la ville de San Isidro del General, au cœur de la chaîne montagneuse de Talamanca. C’est la destination idéale pour les randonneurs et ceux qui souhaitent vivre un contact direct et passionnant avec la nature costaricaine.

Volcan Poás

Le volcan Poás est un autre des cratères actifs du Costa Rica et se trouve à une trentaine de kilomètres de la capitale. La cordillère volcanique centrale, qui fait partie du parc national du même nom, est célèbre pour la lagune chaude de soufre et d’acide de son cratère, d’un diamètre de 350 mètres et qui émet souvent des fumées clairement visibles. Son cratère est l’un des plus grands au monde et fait plus de 2 km de diamètre. La région abrite aussi un lac avec des chutes d’eau et des cônes qui émettent du gaz. De plus, le Poás, avec ses 2 108 mètres d’altitude et sa la forme subconique, présente un deuxième cratère plus ancien où se trouve la lagune de Botos, d’origine pluviale et donc froide. Ceux qui se dirigent vers le belvédère, pourront s’arrêter dans la localité de Poasito pour prendre un petit déjeuner à base de jus de fraises, particulièrement sucrées et renommées dans la région. 

Monteverde

Situé entre les provinces d’Alajuela et de Puntarenas, et à côté de la ville voisine de Monteverde dont elle prend le nom, cette réserve de plus de 100 kilomètres carrés permet de plonger dans une atmosphère presque magique. La réserve, divisée en six zones écologiques spécifiques, dont 90% sont constituées de forêt vierge, attire des milliers de personnes chaque année. Les brumes épaisses qui traversent toute la zone créent un cadre évocateur et unique en son genre. Les visiteurs sont alors catapultés dans un habitat naturel fascinant. Les sentiers immergés dans le vert permettent d’entrer en contact avec une nature unique et primitive. La réserve de Monteverde peut se visiter sur des ponts suspendus ou même avec visite en canoë.

Protégés avec des casques, des gants et des harnais, les touristes se jettent depuis des bandes fixées sur les arbres et, suspendus à des cordes, ils glissent à toute vitesse au-desus des bois, des cascades et des clairières. Une manière alternative de visiter un endroit si spécial, depuis le haut. La zone abrite une énorme biodiversité. La réserve est l’habitat naturel de plus de 161 espèces d’amphibiens et de reptiles et est connue pour être le seul habitat du monde de la grenouille dorée. Elle abrite également le quetzal brillant, l’oiseau symbole des Mayas, reconnaissable grâce à son plumage coloré aux reflets verts et à sa touffe de plumes sur la tête. 

Volcan Arenal

Les amoureux de la nature trouveront leur bonheur sur le volcan Arenal, situé à 120 km au nord-ouest de San José, dans la cordillère de Tilarán. C’est l’une des principales attractions pays et du parc du même nom. Attention, il est interdit de se promener le long des pentes du volcan : c’est extrêmement dangereux. Vous pourrez toutefois admirer les coulées de lave chaude, mais aussi de simples explosions de gaz et de cendres. Ce lieu à l’extraordinaire biodiversité abrite la moitié des espèces connues d’oiseaux, de mammifères et de reptiles du pays. 

Isla del Coco

L’'île Cocos, située à 532 km de la côte Pacifique du Costa Rica, à mi-chemin entre le continent américain et les îles Galapagos, est l’un des symboles de la beauté singulière de ce pays et a été décrétée parc national en 1978. Malgré sa superficie d’environ 24 km2, la petite île, entièrement recouverte par la forêt pluviale et une épaisse végétation tropicale, est un laboratoire naturel important grâce aux nombreuses espèces endémiques qui y vivent et à sa remarquable biodiversité, au point qu’en 1997 elle a été déclarée site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa côte est très sinueuse et regorge de grottes sous-marines et de hautes falaises où vous pourrez admirer de superbes cascades. Cet endroit est un paradis pour les plongeurs et pour les amoureux de la nature. L’île est surnommée Shark Island, car vous pourrez en effet plonger avec des centaines de requins marteaux ou des requins-taureaux argentés, nager avec le majestueux requin baleine ou rencontrer des requins à pointe blanche.

Mais la nature et la biodiversité de cette île, la plus grande île inhabitée du monde, ne sont pas ses seuls trésors. D’autres richesses semblent être cachées parmi les méandres couverts de végétation luxuriante et dans les nombreuses criques de l’île : les trésors pirates. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, les boucaniers et les pirates avaient en effet l’habitude de naviguer dans ces eaux et, d’après la légende, le célèbre trésor ecclésiastique de Lima, un précieux butin composé d’objets en or, en argent et d’une statue en or et pierres précieuses de la Vierge avec l’Enfant Jésus, n’a jamais été trouvé.

Corcovado

Le parc national de Corcovado, situé sur la péninsule d’Osa, est le plus grand du Costa Rica, avec ses 42 469 hectares de superficie. Le parc est situé dans la partie Ouest du pays et est considéré, d’un point de vue biologique, comme l’endroit le plus prospère de la Terre. Il abrite des espèces qui vivent dans huit habitats différents. Corcovado est également le dernier tronçon de forêt tropicale humide restante en Amérique centrale. Ce merveilleux parc abrite la plus grande colonie de perroquets Ara Macao de tout le Costa Rica.

Vous y trouverez également des jaguars, des coatis (une espèce de raton laveur), des paresseux, des fourmiliers géants, des singes, cinq espèces de félins endémiques, des hiboux à lunettes, des pécaris (mammifères ressemblant à des sangliers), des toucans, des grenouilles et des crocodiles. Ses terres abritent 6000 insectes, 500 espèces d’arbres, 367 espèces d’oiseaux, 140 espèces de mammifères, 117 espèces d’amphibiens et de reptiles et 40 espèces de poissons d’eau douce. Le parc possède de nombreux sentiers pour faire des promenades et de refuges touristiques pour camper. Il est obligatoire d’entrer avec un guide autorisé. Les touristes moins aventureux pourront également découvrir le parc en faisant de la randonnée sur des bateaux, le long de ses canaux.

La Fortuna

La Fortuna est une petite ville située sur les collines du nord-ouest du Costa Rica, dans la région de San Carlos. Au cours des 30 dernières années, elle est passée de paisible communauté agricole à centre touristique dynamique, où vous pourrez trouver de nombreux hébergements, des restaurants et des centres thermaux. La ville s’est développée autour d’un beau parc, avec des jardins de fleurs et une grande église. Le volcan Arenal en toile de fond la rend encore plus magique et attire de nombreux touristes.

Arenal Observatory Lodge

L’observatoire du volcan Arenal, fondé pour étudier son activité, est un point intéressant pour découvrir ses merveilles et profiter de la forêt tropicale. De là, vous pourrez atteindre de superbes thermes entourés de fleurs tropicales et de plantes particulières. L’eau sulfureuse s’écoule dans de nombreux cours d’eau et vous trouverez aussi un musée.

Grottes de Venado

À une heure de la ville de La Fortuna, vous pourrez visiter les grottes de Venado. Une parfaite occasion pour vivre une expérience passionnante, en suivant  votre guide à travers les grottes à la découverte des stalactites et des stalagmites, en plus des rivières souterraines et des habitats des chauves-souris.

Parc national de Cahuita

Situé sur la magnifique côte sud-caribéenne du Costa Rica, le parc national de Cahuita est l’un des plus beaux et importants du pays. Il est formé d’une zone marine de 22 400 hectares et occupe une surface terrestre de 1 067 hectares. Fondé en 1970 pour protéger le plus grand récif corallien, le parc de Cahuita est situé dans la province de Limon, à 42 km au Sud de la ville de Puerto Limon. La mer, dont la biodiversité est unique au monde, est sans doute sa plus grande richesse.

Ses fonds marins sont extraordinaires et présentent un récif corallien d’une beauté incroyable, qui se compose de 27 espèces différentes de coraux et qui s’étend sur une superficie de plus de 600 hectares, entre la rivière Perezoso et Porto Vargas. Les plages du parc sont célèbres pour leur sable blanc et fin et leurs imposants cocotiers qui bordent les eaux transparentes et calmes de l’océan Atlantique. Ce lieu est idéal pour faire du snorkeling et de la plongée et admirer la riche vie sous-marine. Les oursins, les poulpes, les poissons perroquets, les poissons anges, les raies, les barracudas, les requins, les murènes, les rémoras, les crevettes, les homards, les éponges et les tortues sont tous les habitants de ce monde magique.

Montezuma

La petite ville de Montezuma était autrefois un port, qui est ensuite devenu un village de pêcheurs. Aujourd’hui, elle est célèbre pour trois aspects : ses cascades spectaculaires, ses plages dignes des cartes postales et son atmosphère un peu hippie. La petite ville est en effet connue pour être le lieu de rencontre des amoureux de la naturopathie, de l’alimenttaion biologique, du yoga, de la vie en plein air, du surf, de la nature et des arts. Sa « tradition » alternative a des racines lointaines, et Playa Montezuma est depuis toujours le point de rencontre des amoureux de la nature et des artistes de rue.

Santa Teresa

Playa Santa Teresa est un petit village qui donne sur la plageet se trouve au Sud de la péninsule de Nicoya, juste au Nord du village de Mal Pais. Bien qu’il s’agisse d’un petit village, il ne manque certainement pas de culture et de personnalité. Autrefois exclusivement féquentée par les surfeurs, cette petite ville est désormais un véritable melting-pot éclectique. Aujourd’hui, le petit hameau est encore fréquenté par les surfeurs et les jeunes qui ont été rejoints par des artistes et des gens riches et célèbres. L’effort du voyage sera récompensé dès votre arrivée, lorsque vous rencontrerez la beauté et la nature de cette région. Avec un vent constant tout au long de l’année, la belle plage de Santa Teresa est l’une des meilleures du Costa Rica en termes de vagues. Le surf est donc le sport le plus populaire. Le magazine Forbes l’a insérée parmi les plus belles plages du monde.

Quepos

Quepos est une localité balnéaire animée, située au Sud de San José, dans la province de Puntaneras. Elle sert de base pour explorer le parc national Manuel Antonio, situé à proximité. La ville prend le nom de la population locale des Quepoas, appartenant à l’ethnie des Borucas, qui s’y sont installés dans la région depuis le Xème siècle. Cette localité est célèbre pour y pratiquer le surf et la pêche. Sur ses belles plages, vous pourrez vous détendre ou faire de la plongée. Vous trouverez également de nombreux bars et restaurants où vous pourrez déguster les plats typiques de la cuisine costaricaine, dont le « gallo pinto », à base de riz et de haricots.

Partez explorer Costa Rica avec  Costa Croisières

Paysages préservés, plages, parcs, biodiversité, nature et culture : le Costa Rica offre la possibilité de vivre des vacances complètes, bienfaisantes, relaxantes ou aventureuses. Un pays qui a le don du sourire et de la beauté se doit d’être visité au moins une fois dans la vie. Aussi et surtout parce vous pourrez vivre des vacances variées et adaptées à tous les goûts.

Partez avec Costa Croisières