Mosaïque antique et moderne parfaite, Malaga est l’une des villes les plus belles et excitantes d’Andalousie. Capitale de la Costa del Sol, elle recèle de nombreux trésors pour les touristes qui, chaque année, assiègent les villes et les plages espagnoles, dans l’espoir de passer des vacances réellement uniques et inoubliables. Malaga exauce leurs vœux : musées, forteresses arabes, rues colorées et quartiers branchés. Le tout parsemé de jardins resplendissants, de canyons naturels et de randonnées à couper le souffle.

 

Nous avons sélectionné pour vous 13 choses à voir à Malaga et ses environs :

 

  • La cathédrale
  • Le théâtre romain
  • L’Alcazaba
  • Le château de Gibralfaro
  • Le musée Picasso
  • Les spectacles de flamenco
  • La foire de Malaga
  • Le musée Carmen Thyssen
  • Les environs de Malaga : Le Chemin du Roi
  • Les environs de Malaga : Gibraltar
  • Les environs de Malaga : Grenade
  • L’Alhambra (Grenade)
  • Les environs de Malaga : Cordoue

La cathédrale de Malaga

Une visite de la ville digne de ce nom commence par la cathédrale, un joyau immense de l’art de la Renaissance, qui a nécessité plus de deux cent ans de construction. Elle est installée sur le site d’une ancienne mosquée, dont l’unique témoignage encore visible est la cour des orangers, imprégnée de l’arôme des agrumes. Si vous poussez l’exploration à l’intérieur, vous pouvez admirer l’impressionnant dôme d’une hauteur de 40 mètres, puis grimper au sommet du clocher et affronter les 200 marches pour y accéder, que vaut bien la vue spectaculaire sur la ville et la côte. 

Le théâtre romain de Malaga

Parmi les nombreux sites d’Andalousie, et plus particulièrement ceux de Malaga, ne manquez pas le théâtre romain. Ce site séduisant est également l’un des plus anciens de la ville et l’un des rares vestiges romains de la région. Le théâtre a été proclamé Bien d’Intérêt Culturel et chaque année, il attire tout autant les touristes que les étudiants désireux de découvrir l’histoire de ces vestiges particuliers.

 

La structure de l’amphithéâtre est quasiment intacte : la cavea (gradins), l’orchestre et le proscenium (avant-scène) se dressent dans cet espace ouvert, formé par trois magnifiques escaliers. Grâce à des travaux de restauration archéologiques, l’endroit a retrouvé sa fonction initiale et il peut accueillir jusqu’à 200 spectateurs lors de représentations théâtrales.

 

Le Centre d’Interprétation du Théâtre Romain a été construit en 2010 pour donner des informations sur ce vestige inestimable de l’époque romaine. L’édifice, conçu par Antonio Tejedor, a été bâti en forme de prisme et composé d’acier. Il propose une excellente introduction au site et des expositions interactives enrichissantes qui rendent l’expérience encore plus extraordinaire. 

L' Alcazaba

L’Alcazaba est l’une des merveilles qui témoignent du glorieux passé historique arabe de Malaga. Cependant, cette splendide résidence est en fait constituée d’un mélange de cultures : arabe, romaine et renaissance. Pour y pénétrer, vous devez longer le théâtre romain et traverser un jardin luxuriant de palmiers, orangers et jasmins. Le palais fortifié de l’Alcazaba a été construit pendant la période mauresque du XIe siècle, sur ordre du Roi de Grenade, Badis ben Habus. L’intérieur est une profusion de splendeurs et de merveilles et affiche décorations, portes incrustées de bijoux, fontaines, et un extraordinaire musée archéologique qui abrite une collection surprenante de céramiques islamiques et de poteries anciennes.

Le château de Gibralfaro

Le château de Gibralfaro de Malaga est très certainement l’un de ses monuments les plus célèbres. Il s’élève à 130 mètres, au cœur de la ville historique, à côté de la forteresse de l’Alcazaba. A son sommet, vous pouvez profiter d’une vue imprenable sur Malaga, le port, la côte et, bien sûr, les Arènes. Avec un peu de chance et un ciel dégagé, vous pouvez vaguement apercevoir la côte marocaine au loin.

 

Les visiteurs débarquent en nombre ici, et pour cause : le château de Gibralfaro vous donne l’impression d’avoir fait un bon dans le passé, à l’époque où Malaga était déchirée par les combats et les sièges. Construit par Abderrahman III sur les ruines d’une enceinte phénicienne, il est agrandi à l’arrivée des romains. Il était utilisé comme garnison pour les troupes et pour protéger l’Alcazaba, auquel il est relié par La Coracha, un sentier situé sur une muraille extérieure.

 

Parmi les parties ouvertes au public, en plus de sa magnifique enceinte, ne manquez pas la Tour Blanche, les écuries, le champ de parade et les quartiers des troupes dans la partie inférieure du château. Dans les parties supérieures, vous pouvez apercevoir la Tour Principale de 17 mètres de haut, les bains et le très célèbre Puits d’Airon, de plus de 40 mètres de profondeur. Il y a un centre pour visiteurs qui donne des informations sur la vie militaire dans le château à travers les âges. Parmi les objets exposés, vous verrez les uniformes militaires des divers régiments qui étaient en garnison au château, ainsi que l’uniforme du corps militaire d’Alabardero au XVIe siècle. 

Le musée Picasso

Tous ceux qui connaissent Malaga ou ont quelques notions artistiques savent qu’elle est la ville natale de l’un des artistes les plus célèbres du XXe siècle, Pablo Picasso. Selon ses vœux, c’est là que le musée Picasso a été créé, dans sa ville bien-aimée, et c’est sa belle-fille, Christine, qui l’a fondé, bien que deux autres musées, l’un à Paris et l’autre à Barcelone, existaient déjà. Visiter ce musée, c’est entreprendre un autre voyage à la découverte de l’art de Picasso, non seulement du point de vue technique mais humain, et explorer les aspects fondamentaux de l’histoire de la ville, du peintre et de l’Espagne en général. Le musée accueille également des expositions temporaires qui présentent les œuvres de jeunes artistes locaux.

 

La collection du musée regroupe 204 œuvres, dont 155 ont été données. Les 49 autres ont été prêtées au musée et appartiennent aux collections privées de Christine Ruiz-Picasso (sa belle-fille) et Bernard Ruiz-Picasso (son petit-fils). L’exposition offre une vue d’ensemble chronologique de la vie de l’artiste et des différentes périodes du peintre et du sculpteur (selon ses styles, techniques et matériaux expérimentés), couvrant toute sa carrière jusqu’à sa période la plus mûre.

 

Parmi les œuvres les plus importantes exposées, vous trouverez le « Restaurant », huile sur verre de 1914, « Les Trois Grâces », peinte pendant la belle époque de l’artiste, « La Sieste », 1932 et l’iconique « Tête de Taureau », une sculpture en bronze faite d’une selle et d’un guidon de vélo.

 

Le musée Picasso est situé dans le Palais de Buenavista, un superbe élément architectural de la Renaissance andalouse. Autre visite à ne pas manquer, celle des sous-sols du musée, où les ruines phéniciennes, romaines et islamiques – dévoilées par les travaux de construction –, sont un témoignage primordial de la richesse historique de la ville. 

Les spectacles de flamenco à Malaga

Les connaisseurs de flamenco sont unanimes : dans la capitale de la Costa del Sol, cette danse traditionnelle est aujourd’hui plus vivante et ancrée que jamais. Imaginez-vous ces innombrables spectacles organisés lors d’événements tels que la Biennale de Flamenco et la très populaire Foire d’Août. Mais pour tous ceux qui visitent Malaga hors des périodes de ces événements, il est essentiel de connaître les bons endroits où assister à un spectacle à la fois passionnant et respectueux de la tradition.

 

Il y a, par exemple, les peñas, comme celle de Juan Breva : ce sont des associations avec des statuts et des règlements. Celle que nous avons mentionnée ci-dessus est la plus ancienne d’Espagne et est également connue comme le « musée du flamenco ». À l’étage, vous trouverez des souvenirs qui évoquent l’histoire de la région et de la ville. Le rez-de-chaussée, par contre, expose, entre autres, des concerts de chant et de guitare et des photos.

 

Un autre lieu intéressant à visiter pour ceux qui veulent en savoir plus sur le flamenco est le Kelipé, le Centre d’Art Flamenco, tenu par un couple, tous les deux artistes, ou encore l’école de flamenco, hautement considérée, qui arbore une piste pour le public. Leur spectacle « Flamenco del Ley »  se produit trois fois par semaine. 

La foire de Malaga

Elle a lieu en août et c’est l’événement le plus important et excitant de la Costa del Sol. Découvrons donc la foire ou feria de Malaga, aussi appelée le Grand Festival de l’Été. Toute la semaine, les villes avoisinantes et les plages se joignent aux festivités pour s’amuser du matin ou soir sans s’arrêter. Des milliers d’espagnols inondent les rues et font la fête avec des danses traditionnelles, de la musique live, du cartojal (le vin blanc typique de la foire) et des concerts. Il est impossible de décrire avec précision l’ambiance de la foire : vous devez la vivre pour la comprendre pleinement. 

Le musée Carmen Thyssen

À Malaga, le Palais Villalon, construction du XVIe siècle, abrite les œuvres de l’extraordinaire collection Carmen Thyssen. Avec plus de 200 œuvres, l’exposition commence par une série de peintures d’anciens maîtres, telles que la « Santa Marina » de Zurbaran, suivie par une section dédiée aux paysages romantiques et au consumérisme, avec des œuvres de Genaro Perez Villaamil, Manuel Barron et Dominguez Becquer. Viennent ensuite les œuvres de Mariano Fortuny, avec son style « preziosista » et ses paysages naturels, et pour finir, des œuvres espagnoles fin de siècle de Joaquin Sorolla, Anglada Camarasa, Ignacio Zuloaga et Julio Romero de Torres. Le musée organise parfois également des expositions temporaires. 

Le Chemin du roi (65 km de Malaga)

Le Chemin du Roi est situé entre les municipalités d’Ardales, El Chorro et Alora et est fortement apprécié par les visiteurs pour la splendeur de son point de vue. À l’origine un pont construit pour les ouvriers de maintenance de la station hydroélectrique voisine, ce chemin, d’un mètre seulement de large, est devenu une attraction touristique très prisée des amateurs de frissons. Le nom de « Chemin du Roi » lui vient de la présence du Roi Alphonse XIII à l’inauguration du barrage du Comte de Guadalhorce.

 

Après une suite d’accidents, des travaux de sécurité ont finalement été menés sur le pont en 2015 et on peut désormais s’y promener en toute sécurité et admirer les beautés naturelles de l’endroit sans risque de chuter. Le chemin fait environ 7,7 km de long et comporte une portion en bois de 3 km qui longe la paroi de la gorge. Le reste du chemin est un sentier de montagne où vous pouvez admirer la flore et la faune locales et peut-être même apercevoir des chèvres de montagne. Sa géologie très particulière permet parfois de découvrir des fossiles. 

Gibraltar (140 km de Malaga)

La visite de Gibraltar vous laissera sans voix : cette singulière ville espagnole est un mélange de styles anglais et nord-africain, avec une pointe d’Italie, génoise pour être plus précis. Des histoires de colonisation et d’échange culturel, Gibraltar en regorge pour quiconque est intéressé. Situé à l'extrême sud de l’Espagne, en Andalousie, elle se trouve à quelques kilomètres de Tarifa (Cadix) et c’est là que se rencontrent la mer méditerranée et l’océan atlantique.

 

Les visiteurs doivent absolument visiter la ville même. Cette ville espagnole, à l’atmosphère anglaise et aux châteaux mauresques incongrus, vous enchantera. Il reste peu de trace de cette période aujourd’hui, mais cette époque de la colonisation reste imprégnée dans la mémoire de l’île.

 

Le musée de Gibraltar vaut aussi le détour. Il héberge des artéfacts de nombreuses époques, y compris les restes d’une femme Neandertal de 100 mille ans. Jetez également un coup d’œil au Cimetière de Trafalgar et aux Jardins Botaniques d’Alameda. À seulement 20 minutes du téléphérique, ne manquez pas la grotte naturelle de Saint Michel, aujourd’hui lieu de représentations théâtrales.

 

Le Rocher de Gibraltar est un autre site à mettre sur votre liste. Il offre non seulement une vue splendide sur la ville et sur la mer mais c’est également là que vous vous trouverez nez à nez avec l’une des attractions les plus insolites de la région : des singes.  

Grenade (150 km de Malaga)

Grenade est l’une des villes andalouses les plus captivantes et elle regorge de sites à visiter. La capitale andalouse est nichée au pied de la chaîne de montage Sierra Nevada et arbore un héritage architectural tout simplement inestimable. De ses racines mauresques à la Renaissance, sans oublier les quartiers modernes et bien sûr l’Alhambra, il y a beaucoup à voir à Grenade. Prenons l’exemple de la Chapelle Royale, le monument chrétien le plus important de la ville. De style gothique, construite entre 1505 et 1517, vous pouvez y admirer l’autel et la sublime crypte où reposent les souverains catholiques d’Espagne : Isabelle, Ferdinand et Jeanne la folle, mais également Philippe Ier.

 

Les monastères de la Cartuja et de San Jeronimo, situés au nord de la ville, sont à ne pas manquer. De style baroque, ils exhibent de magnifiques dômes dorés, des fresques et un autel en marbre polychrome somptueux. Le Parc Garcia Lorca est également incontournable et une oasis de verdure près de la maison de l’un des poètes les plus importants du XXe siècle : Federico Garcia Lorca.

 

Sur la colline en face de l’Alhambra se trouve le quartier le plus important de Grenade, l’Albayzin ou Albaicin qui, avec ses ruelles étroites et pittoresques, mérite une place à part dans le cœur des touristes et qui est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

L’Alhambra (Grenade)

Les visiteurs viennent parfois en Andalousie pour une seule raison : l’Alhambra. Cette incroyable forteresse, qui semble venir tout droit d’un conte des « Mille et Une Nuits », nous raconte l’histoire de plusieurs époques et cultures, reflétées, pour la postérité, dans les différents styles architecturaux utilisés pour sa construction. Pour optimiser votre expérience dans cet endroit magique, les principales attractions sont, sans aucun doute, les palais du Généralife et Nasrides. Néanmoins, les visites sont limitées à certains horaires. Il y a en fait trois palais : le Mexuar, le palais de Comares, ou de Yusuf I, et le palais des Lions, ou de Mohammed V. Ce sont des exemples du style arabesque les plus importants en Europe.

 

Cependant, la visite de l’Alhambra, ce grand complexe arabesque à Grenade, débute habituellement par l’Alcazaba (ou citadelle), la partie la plus ancienne de la forteresse. Malgré son très grand âge, elle témoigne de l’importance qu’elle occupait à l’époque arabe et, aujourd’hui encore, ses murs semblent indestructibles. De l’Alcazaba, vous entrez dans la Tour du Guet, ou tour de la bougie : autrefois utilisée par les soldats pour monter la garde et observer les frontières, elle est surmontée d’une cloche pour signaler la présence d’intrus. Une fois le rôle militaire de l’Alcazaba révolu, le magnifique Jardin des Remparts y a été établi. Il longe l’entrée et donne également accès au palais de Charles Quint et des Nasrides.

 

La Calle Real était l’épicentre des activités de la ville dans ce complexe de constructions et, aujourd’hui encore, elle est la rue principale pour se déplacer d’un point à un autre de cette splendide structure. Profitez-en pour visiter l’église de Santa Maria de la Alhambra, juste à l’entrée, à quelques pas du palais de Charles Quint. Près de l’église se trouve également le musée Angel Barrios, un musicien célèbre. Entrez-y pour découvrir la collection et continuez vers les bains arabes, autrefois reliés à la mosquée et certainement l’un des endroits les plus beaux et iconiques du complexe.

 

La Calle Real vous emmènera vers les plus jolis coins de la ville, tels que la Porte de la Justice et le Pilier de Charles Quint. Les autres accès de l’Alhambra ne sont pas aussi impressionnants que la Porte de la Justice mais ils ont leur charme, ne passez pas à côté. Explorez la Tour des Sept Sols, la Tour des Armes et la Porte des Faubourgs pour une expérience authentique et complète de la ville. Près de la Médina se trouve le site archéologique du Palais des Abencérages, de splendides ruines qui témoignent de la diversité historique de ce lieu et dont les fouilles sont toujours en activité.  

 

L’Alhambra est synonyme d’eau : cette même eau qui gargouille dans les fontaines, les cours d’eau et autres constructions de la ville. Mais comment cette ressource si précieuse (et sacrée) est-elle arrivée en ville ? Grâce à l’Acequia Real, un canal équipé d’un système hydraulique sophistiqué qui, pendant des siècles, a transporté l’eau de la rivière Darro vers les fontaines du complexe de l’Alhambra.

Cordoue (160 km de Malaga)

Très certainement l’une des villes les plus somptueuses et éloquentes d’Andalousie, Cordoue, ancienne capitale de l’empire arabe, est aujourd’hui détentrice de certaines des plus belles mosquées en Europe. Malgré sa petite taille, Cordoue est une ville à part. En effet, elle héberge plus de sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO que toute autre ville.

La première chose à faire en arrivant est d’aller à la Mosquée de Cordoue (Mezquita de Córdoba), une mosquée ancienne qui abrite une cathédrale, édifiée lorsque l’emplacement fut proclamé lieu sacré après la reconquête du territoire. La mosquée, en plein cœur de la ville, est un exemple parfait de l’architecture islamique et était utilisée à la fois comme église et mosquée en 711.

 

Une autre étape importante est le Pont Romain de Cordoue, une construction de 240 mètres sur le fleuve Guadalquivir et une des principales attractions de la ville. Il a été bâti par Auguste, un empereur romain né en Espagne, et il est l’emblème de la ville. À chaque extrémité, trônent la Porte du Pont, une imposante arche qui domine la structure, et la Tour de la Calahorra qui héberge aujourd’hui le Musée des Trois Cultures.

 

Un autre centre d’intérêt dans la ville est la Juiverie, le quartier juif de Cordoue, où les maisons aux petits jardins offrent aux touristes curieux un aperçu d’une vie au carrefour de plusieurs cultures, et où les fleurs déployées sur les murs offrent un spectacle éblouissant, particulièrement dans la Ruelle des Fleurs. Nous vous suggérons également de visiter la synagogue, la seule en Andalousie, construite en style mudéjar.

 

La prochaine étape est le site de Médina Azahara, une ville à 8 kilomètres de Cordoue, construite par le calife Abderrahman III, qui utilisa pour ce faire 4 300 colonnes dont il ne reste aujourd’hui qu’un tas de pierres. La cité a été construite en hommage à sa femme, az-Zahara, mais 70 ans seulement après, elle fut abandonnée et détruite – ce qui ne l’empêche pas d’être à présent inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le Palais de Viana est une étape primordiale dans toute visite de Cordoue : avec ses 12 patios, elle était d’abord une maison avant d’être agrandie et devenir un vrai palais. L’architecture est enrichie de fleurs, éléments naturels, géométrie et pièces d’eau, combinées à une décoration intérieure splendide qui expose plusieurs peintures de Goya, des meubles anciens et une bibliothèque de plus de 7 mille livres.

Visitez Malaga avec Costa Croisières

 

 

Mosaïque féérique de cultures et de styles, Malaga est belle à couper le souffle. Profitez des excursions de Costa Croisières pour découvrir le charme intemporel de cette ville envoûtante et admirez certains de ses joyaux, tels que la cathédrale, l’Alcazaba et le château de Gibralfaro. 

Recherchez votre prochaine croisière