Cette ville est en perpétuelle évolution et a toujours joué de nombreux rôles. Montevideo, la capitale de l’Uruguay, surplombe la rive Nord du Rio de la Plata et se caractérise par un climat tempéré et humide, avec des hivers doux et de rares chutes de neige. Mais les mois d’hiver sont pour la plupart nuageux et caractérisés par un vent, appelé « pampero ». Son histoire regorge de mélanges et de luttes qui ont laissé des traces et des témoignages dans l’art, la culture et les traditions. Selon la légende, le nom de Montevideo proviendrait de l’exclamation d’un soldat portugais et membre de l’expédition de Magellan, qui aurait été surpris de voir une montagne dans une région aussi plate et aurait crié « Monte vide eu ». La ville a été fondée par les Espagnols en 1724, sur les fondations d’une ancienne garnison militaire construite par le gouverneur de Buenos Aires, Bruno Mauricio de Zabala. Depuis le XVIIIème siècle, grâce à son port naturel et à sa connexion avec Buenos Aires, Montevideo s’est imposée comme un centre économique spécialisé dans l’exportation du cuir et de la viande séchée.

 

Certains la définissent comme la ville « des longues nuits » ou « des mille visages ». Elle se caractérise en effet par la rugosité de son port industriel mais aussi par le luxe de ses quartiers exclusifs en bord de mer. Dans le quartier historique des affaires du centre-ville, les édifices art déco et néoclassiques rivalisent d’espace avec des gratte-ciel. Au sud-est, la ville mêle les centres commerciaux avec les stations balnéaires et de grands palais modernes. La scène musicale, théâtrale et artistique bourdonne constamment dans les théâtres d’époque élégants, les clubs de tango ou les boîtes de nuit sur la plage. Mais ce n’est pas tout ! Montevideo est une ville à déguster. Pour les amateurs de viande, c’est un paradis. Il existe de nombreux endroits où vous pourrez déguster l'asado, qui ne peut pas être réduit à un simple barbecue. Il y a en effet tout un processus à suivre pour la préparation du feu et la cuisson de la viande, qui va au-delà de la conception classique de la grillade. Les viandes sont cuites lentement et restent tendres, juteuses et au goût inoubliable. Le chivito est un sandwich farci avec du steak coupé en tranches, des légumes, du fromage, des olives et des cornichons.  Découvrez avec nous quelles sont les étapes incontournables.

  • Promenade de front de mer de Montevideo
  • Vieille ville de Montevideo
  • Plaza Indipendencia
  • Palais législatif
  • El Prado
  • Parc Batlle
  • Obélisque des Constituants
  • Stade Centenario
  • Quartier de Carrasco
  • La Rambla de Montevideo

Promenade de front de mer de Montevideo

La promenade relie le centre-ville aux localités de Punta Carretas, Pocitos, Buceo et Carrasco. Le meilleur est de s’y rendre tôt le matin ou vers le coucher du soleil, lorsque les habitants affluent pour se balader et "boire du mate", une célèbre boisson faite à partir de l’infusion d’une herbe provenant d’Amérique du Sud. Il s’agit de l’un des endroits les plus appréciés des habitants, non seulement pour les nombreuses plages auxquelles il donne accès, mais aussi pour les nombreuses activités que l’on peut pratiquer durant le temps libre : des promenades relaxantes, du jogging, du yoga, du patin, du skate. Cet immense boulevard longe de nombreux endroits importants de la ville, comme le port ou la vieille ville.

Vieille ville de Montevideo

C’est le centre historique de la ville, un lieu où le passé et le présent coexistent entre les bâtiments historiques, les librairies et une vie trépidante. Pour découvrir ce cœur battant de la ville, il suffit d’avoir un esprit curieux. Vous y trouverez des édifices coloniaux, baroques et classiques d’une grande valeur architecturale et historique. À l’origine, ce quartier était résidentiel, mais au fil des ans, il a été occupé par des bureaux et des magasins, se transformant ainsi en centre de l’activité financière du pays. La Ciudad Vieja va du Mercado del Puerto à la Puerta del Sol et regorge de clubs, de restaurants et, surtout, de ce qui est le véritable esprit de la ville : le Mercado del Puerto, autrefois le plus beau port d’Amérique du Sud, aujourd’hui transformé en un centre pittoresque et animé, parsemé de restaurants et de marchés. C’est un endroit vivant et très fréquenté, surtout le week-end, et un lieu de rassemblement pour les artistes, les artisans et les musiciens de rue. C’est aussi l’un des endroits les plus spectaculaires pour manger de la viande uruguayenne. Son immense structure de fer abrite une dizaine de restaurants. Mais ne vous attendez pas à un endroit chic ! Vous pourrez plutôt y respirer le vrai folklore local, dans ce lieu caractérisé par des bâtiments pittoresques et riches en histoire qui vous permettra de vivre Montevideo au maximum de sa vivacité. Il existe également plusieurs musées qui racontent l’histoire uruguayenne, comme le Musée d’art précolombien et autochtone, le Musée du Carnaval et le Musée du Tango. Ces dernières années, des writers et artistes de rue ont recouvert les murs gris de beaux graffitis et les maisons abandonnées ont été transformées en cafés modernes, en créant ainsi un mélange vintage extraordinaire qui a fait de la Ciudad Vieja un lieu pétillant et cosmopolite.

Plaza Independencia

La Plaza Independencia est la place principale de Montevideo et délimite les frontières entre la Ciudad Vieja, le centre historique et la zone centrale, anciennement connue sous le nom Ciudad Nueva. La place a été conçue à l’origine par l’architecte italien Carlo Zucchi, en 1837, quand il a été décidé de élargir la ville, selon le projet du nouveau plan urbain. L’œuvre s’inspire de ses professeurs Percier et Fontaine, auteurs de la rue de Rivoli à Paris. La place telle que nous la voyons aujourd’hui a cependant subi des modifications, apportées par Bernardo Poncini en 1860. L’attraction principale est le monument dédié à José Gervasio Artigas. Il s’agit d’une statue équestre érigée en l’honneur du héros national uruguayen, au-dessous de laquelle se trouve un mausolée avec une urne contenant ses restes. Un détail important est le bas-relief de la base qui présente une œuvre illustrant l’exode du peuple oriental. Autour de la place, vous trouverez quelques-uns des bâtiments les plus importants de la ville: en marchant sur l’Avenida 18 de Julio en direction de la vieille ville, nous trouvons le Palacio Salvo, flanqué du Palacio Estevez, mais aussi l’Edificio Ciudadela, le théâtre Solis, le plus grand de la capitale uruguayenne et le deuxième plus grand théâtre d’Amérique du Sud. Les spectacles les plus importants de l’Uruguay y sont présentés, mais le théâtre Solis est une attraction touristique également pour sa structure imposante et élégante. Enfin, il y a la Puerta de la Ciudadela, qui, comme le suggère son nom, ouvre les portes de la vieille ville de Montevideo.

 

La place est aussi souvent le cadre de grands événements de Montevideo. La chose la plus surprenante est cependant l’étrange tour située à l’angle de la place. Cette structure de 95 mètres de haut est surmontée d’un dôme. À l’origine, le Palacio Salvo était un phare tellement puissant qu’il pouvait même atteindre Buenos Aires avec sa lumière, pour établir un lien éternel entre les deux villes. Malheureusement, ses faisceaux de lumière perturbaient les bateaux et il a donc été éteint. La tour est désormais utilisée pour abriter des bureaux, des magasins et des appartements. Mais vous pourrez toujours monter au sommet et profiter de la vue magnifique.

Palais législatif

Le Palais législatif de Montevideo est le bâtiment qui abrite le pouvoir législatif de l’Uruguay. Le bâtiment a été inauguré le 25 août 1925 en hommage aux 100 ans de la déclaration d’indépendance. Il abrite à l’intérieur la Chambre des représentants, le Sénat et l’Assemblée générale. Grâce à sa qualité architecturale, le palais presente une valeur qui va bien au-delà de son importance politique, et il est devenu l’une des principales attractions touristiques de la capitale uruguayenne. L’édifice a été construit entre 1908 et 1925, selon le projet de Vittorio Meano et la direction des travaux a été confiée à l’architecte italien Joseph Moretti, assisté de l’architecte uruguayen Eugenio Baroffio. Le choix de son emplacement n’est pas une coïncidence. Les concepteurs ont en effet souhaité prendre pour modèle la Place de la Concorde de Paris, en structurant l’édifice de manière à ce qu’il soit accessible depuis plusieurs routes et qu’il devienne le point de référence de l’infrastructure urbaine de la ville.

 

Le style est néoclassique et l’intérieur est divisé en trois allées principales. En plus des bureaux parlementaires, le Palacio accueille une très importante bibliothèque publique, la deuxième plus grande du pays, qui abrite une vaste collection qui s’est élargie au cours du siècle dernier.

El Prado

El Prado est un « barrio » résidentiel de Montevideo situé légèrement à l’extérieur de la partie centrale de la ville. C’est l’un des quartiers les plus calmes de la capitale et où l’on trouve plusieurs villas et d’élégantes demeures. Le Prado est également connu comme étant le « poumon de la ville ». C’est là que se trouve le Parque Prado, le plus grand et le plus vaste des parcs publics de Montevideo. Le parc s’étend sur 106 hectares et aujourd’hui, il est également utilisé pour accueillir des expositions et des événements. À l’intérieur, les empreintes culturelles et historiques coexistent harmonieusement. À quelques pâtés de maisons de là, vous trouverez par exemple le Musée municipal des Beaux-Arts Juan Manuel Blanes qui abrite les toiles de Juan Manuel Blanes et Pedro Figari, deux maîtres uruguayens. Ce musée a ouvert ses portes en 1930 et rappelle les classiques villas italiennes construites dans le style de la Renaissance. Le Musée des Beaux-Arts conserve des peintures anciennes, mais présente aussi des œuvres et des projets d’autres artistes nationaux et internationaux. Ne manquez pas le jardin japonais environnant. Toujours sur le thème de la nature, vous pourrez admirer le Jardin botanique, qui abrite plus d’un millier d’espèces végétales et le Rosaleda del Prado, un jardin de roses qui suscitera l’enthousiasme des amoureux de cette fleur riche en histoire et point de référence dans de nombreuses œuvres littéraires. Inaugurée en 1912, la roseraie est dédiée à la poétesse uruguayenne Juana de Ibarbourouil. Non loin de là, vous verrez le majestueux hôtel Prado et la résidence présidentielle. L’ancien président uruguayen José "Pepe" Mujica est devenu célèbre pour avoir ouvert les portes de la résidence officielle aux sans-abris, afin qu’ils puissent se mettre à l’abri du froid durant hiver. Le chef d’État avait fait en sorte qu’"en cas de besoin" une zone du Palais présidentiel Suarez y Reyes soit utilisée comme refuge pour les sans-abris.

Parc Batlle

Le quartier de Parque Batlle, qui prend le nom du grand parc qui a été conçu en son centre, est situé au Sud de l’Avenida Italia et au Nord de Avenida Rivera, deux des rues les plus importantes de Montevideo. Vous y verrez des maisons élégantes, bordées de jardins très soignés. L’espace vert, qui s’étend sur 76 hectares, est parfait pour y faire des promenades, du sport et des activités récréatives en général. Il abrite aussi trois stades. Ce parc est né à la suite d’un don de 11 hectares de la part du propriétaire Antonio Pereira en 1906. Les amateurs d’histoire pourront visiter plusieurs monuments, dont l’obélisque de Montevideo et le monument La Careta, une œuvre réalisée par le sculpteur José Belloni qui a reçu de nombreux prix. Elle a été inaugurée en octobre 1934 et déclarée monument historique en 1976. Cette structure se dresse sur 22 mètres et pèse environ 150 tonnes. Elle se compose d’une charrette remorquée par des bœufs et un gaucho à cheval, qui s’est enlisé dans un étang. Le monument est réalisé en bronze et possède une base en granit rose. Il symbolise et honore le transport et le fardeau quotidien de l’agriculteur. La sculpture se dresse sur une colline verte, à côté d’un lac artificiel du parc, en face du Stade Centenario.

Obélisque des Constituants

L’Obélisque des Constituants de 1830 est une œuvre en bronze et en granit, réalisée par le sculpteur uruguayen José Luis Zorrilla de San Martin. Il s’agit de l’un des monuments les plus importants de tout le pays. Inauguré en 1938, il rend hommage aux participants de l’Assemblée constituante générale et de l’Assemblée législative de l’État, qui a rédigéla première Constitution de l’Uruguay, en 1830. Cet obélisque de 40 mètres de haut est entièrement réalisé en granit rose uruguayen. Sur son profil Ouest on peut lire une inscription gravée qui stipule « Aux Constituants de 1830 ». Il comprend trois statues de femmes en bronze, de 5 mètres de haut, représentant la Loi, la Force et la Liberté. En bas de chacune des statues, il y a un robinet d’où sort de l’eau qui coule ensuite dans la fontaine hexagonale de l’obélisque. Ce dernier est situé sur une petite place du centre-ville, où se termine l’Avenida 18 de Julio et où commence le parc Batlle.

Stade Centenario

Le stade Centenario est légendaire car il a accueilli la finale de la première Coupe du Monde remportée en 1930 par l’équipe nationale de l’Uruguay contre l’Argentine sur un 4-2 et face à plus de 80.000 spectateurs. Depuis lors, l’équipe nationale uruguayenne a toujours joué ses matchs à domicile dans ce stade. L’architecte Juan Antonio Scasso a conçu cette immense installation, destinée à accueillir de grands événements sportifs. Les travaux ont débuté le 21 juillet 1929 et ont été dirigés par Scasso. Il a fallu des centaines de travailleurs pour terminer les travaux. Les ouvriers étaient divisés en trois équipes de production, de manière à ce que le travail continue sans interruption. En outre, les différentes sections du stade ont été attribuées à divers constructeurs. Tout cela pour que ce grand projet soit terminé pour l’ouverture de la Coupe du Monde prévue l’année suivante, et qui allait commencer le 13 juillet 1930. Mais durant les mois suivants, des pluies torrentielles ont frappé Montevideo, retardant ainsi considérablement la construction. C’est ainsi que, malgré les efforts des équipes ouvrières, la fin des travaux a été reprortée de plusieurs jours. Le match inaugural, entre la France et le Mexique, a donc dû être "détourné" dans le petit stade de Pocitos, où seuls 1 000 spectateurs ont pu entrer. Le Centenario, en plus des compétitions officielles de qualification pour la Coupe du Monde et des matchs amicaux de l’équipe nationale uruguayenne, a également accueilli des événements majeurs du football international, comme la plupart des compétitions et des finales de certaines éditions de la Copa América.

 

L’importance du stade Centenario dans l’histoire du football a été consacrée par la FIFA, qui l’a proclamé monument du football mondial, le 18 juillet 1983. Son nom découle d’un autre fait historique. En effet, l’année de son ouverture, en 1930, l’Uruguay célébrait le centenaire de la promulgation de la première Constitution de la République (de 1830). Le stade accueille également un Musée du Fùtbol. Vous pourrez tout savoir sur l’histoire de l’Uruguay et de ses prix dans le domaine du football. Vous pourrez admirer une grande variété d’expositions, de trophées, de T-shirts signés et le balon utilisé lors de la première finale de la Coupe du monde. La passion pour le « fùtbol » enveloppe toute la ville, qui compte 15 équipes, à tel point que le championnat national est presque toujours un derby qui se joue entre les équipes de la capitale (souvent remporté par les équipes Peñarol et Nacional).

Quartier de Carrasco

Ce qui fait de Carrasco un endroit si spécial et différent de tous les autres quartiers, c’est que la ville y a interdit la construction de grands bâtiments de plus de trois étages. Ses nombreux espaces ouverts et ses maisons tentaculaires avec d’énormes chantiers de construction en font l’un des endroits les plus chers de Montevideo. Il y a près d’un siècle, les habitants de Pocitos, Centro ou Ciudad Vieja y possédaient une résidence secondaire et le quartier, situé sur la côte sud-est de la ville, était principalement fréquenté le week-end. Aujourd’hui, les familles y vivent toute année. L’une des raisons est son environnement, son emplacement, mais aussi le fait que c’est l’un des quartiers les moins peuplés de la ville. Cette région a également connu une belle croissance économique. De plus en plus d’entreprises choisissent en effet de s’y installer chaque année, et la zone commerciale s’est donc développée très rapidement et de façon exponentielle. Carrasco possède une longue plage de sable et se trouve à proximité de l’aéroport principal de l’Uruguay. Le nom de ce « barrio » dérive de Salvador Sebastian Carrasco, l’un des premiers colons de Montevideo. L’une des principales attractions de Carrasco est l’ église Stella Maris, une paroisse catholique romaine construite en 1918. Il s’agit de l’une des premières structures de Carrasco à avoir été construite et est dédiée à Notre-Dame, Étoile de la Mer. Il y a aussi l’Hôtel Sofitel Carrasco, un imposant bâtiment du début du XXème siècle qui incarne l’histoire et la tradition.

 

Pocitos est l’un des autres quartiers à découvrir. Bien que beaucoup de ses bâtiments soient modernes, Pocitos est en réalité l’un des quartiers plus anciens de Montevideo. Son nom pourrait se traduir comme "petits trous dans le sol". En effet, « Pocitos » remonte à la période coloniale, lorsque les femmes allaient à la rivière pour laver leurs vêtements dans de petits trous dans le sol. Dans ce quartier, de vieilles maisons rénovées coexistent parfaitement avec les plus hautes tours de la ville. Celles construites sur le front de mer sont quelques-unes des propriétés les plus chères de Montevideo. La Rambla de Pocitos, le nom de la promenade de Montevideo, offre l’une des vues les plus spectaculaires de Rio de la Plata. Pendant l’été, la promenade est toujours bondée et sa plage est aussi l’une des plus populaires de la ville.

La Rambla de Montevideo

La Rambla est un ancien mot espagnol qui se réfère à un lit de rivière sèche qui est utilisé comme une route et provient du mot arabe « ramal », qui signifie "sable". La rambla de Montevideo longe la rive de la Plata du Rio et continue tout le long de la côte, sur plus de 22 kilomètres. C’est aussi la route que vous devez parcourir si vous souhaitez arrivez aux différentes plages. Les Promenades de front de mer (comme la Rambla de Francia, la Rambla de Gran Bretaña et la Rambla Republica Argentine) vous offriront un panorama fascinant et une perspective magique sur la merveilleuse baie de Montevideo. Et peut-être que vous aurez la chance de profiter de cette vue en sirotant des cocktails dans l’un des bars de la zone.

Partez explorer Montevideo avec Costa Croisières

 

Histoire, art, folklore, nature, sport : tout cela forme un mélange extraordinaire qui fait de Montevideo une destination à découvrir, riche en attractions et en activités. Des longues plages de la côte, aux architectures modernes, en passant par les monuments historiques, la capitale de l’Uruguay réserve plusieurs surprises inattendues. Cette ville pittoresque et cosmpolite s’étend le long du Rio de La Plata et ses rues et ses palais mèlent le style italien à l’architecture coloniale etart déco.

Elle est également connue pour voir accueilli Giuseppe Garibaldi, qui y a vécu pendant neuf ans. Dotée d’un beau port naturel, la vieille ville occupe une petite péninsule de 14 pâtés de maisons où il vaut la peine de se perdre. Mais c’est aussi un quartier qui regorge de bars et de restaurants, où vous pourrez vous amuser et vous détendre. Grâce à ses influences culturelles, à Montevideo, c’est presque toujours faire la fête.

Le dimanche, les quartiers de Palermo et Barrio Sur, les plus colorés, traditionnels et animés de la ville, qui surplombent le Rio de la Plata au Sud, se remplissent du son des percussions, avec les rythmes du candombe, la danse qui est venue d’Afrique avec les esclaves. Un mélange de culture, de nature et de petites surprises à découvrir. Il ne reste plus qu’à partir pour Montevideo et profiter de vacances variées et pleines d’opportunités.

Recherchez votre prochaine croisière