Saint-Pétersbourg est l'une des plus belles villes du monde et le charme qui découle de sa grande histoire est inépuisable. Ce qui frappe immédiatement quand on visite Saint-Pétersbourg, c'est son architecture : complexe, élaborée, résolument exagérée, mais terriblement élégante. C'est précisément dans ces bâtiments finement décorés et dans ses rues que certains des chapitres les plus importants de l'histoire de l'humanité ont été écrits.

Saint-Pétersbourg est aussi la ville qui, plus que toute autre, garde vivant le souvenir de ce qu'était la Grande Mère Russie avant la révolution et la constitution de l'Union soviétique, et c'est la ville qui représente la splendeur, la magnificence de la Russie impériale qui a conduit à l'épilogue que nous connaissons tous.

C'est sans aucun doute aussi la ville de l'art : le musée de l'Ermitage est l'un des plus importants du monde et son étonnante collection est l'une des plus riches qu'une institution muséale puisse posséder ; Saint-Pétersbourg est aussi la ville de la culture et de la littérature, la ville où se déroulent certains des plus beaux romans du XIXe siècle et c'est pourquoi il est facile de tracer des itinéraires littéraires à travers lesquels on peut suivre les pas des personnages de Tolstoï, Pouchkine, Gogol et Dostoïevski.

Visiter Saint-Pétersbourg est une expérience vraiment unique et inoubliable, capable de remplir de beauté les yeux et l'esprit de ceux qui ont le privilège d'errer dans ses rues. Voici les lieux que nous allons visiter et découvrir ensemble, en faisant un voyage à travers l'histoire, la culture et les traditions de cette magnifique ville.

Salles royales du Palais d'hiver

Commençons par l'un des symboles de Saint-Pétersbourg, le Palais d'hiver.

Iconique déjà du fait de sa façade vert d'eau, avec ses colonnes blanches et ses stucs dorés, le Palais d'Hiver a été construit par Pierre le Grand et devait être la représentation de la puissance de l'Empire russe, puisque de ce palais le Tsar a régné sur pas moins d'un sixième des terres qui ont émergé du monde entier.

Compte tenu de sa grandeur et du fait qu'elle a été prise, pendant la révolution russe, comme symbole de l'oppression du régime absolutiste des tsars, on peut dire que Pierre le Grand a définitivement réussi dans son ambition.

Le Palais d'hiver a été la résidence officielle des tsars de 1732 à 1917. Sa structure monumentale a été conçue par plusieurs architectes, dont le plus célèbre est Bartolomeo Rastrelli, et ses pièces intérieures sont aussi spectaculaires et monumentales que sa façade.

Les salles du Palais d'hiver, en plus d'être des œuvres d'art en elles-mêmes, sont au nombre de 350 environ et contiennent trois millions d'œuvres d'art sur une superficie de 20 kilomètres. Il est étonnant de penser que les mêmes pièces que nous traversons aujourd'hui pour admirer des objets de toutes sortes et des œuvres d'art, ont autrefois abrité les tsars en personne, la même mythique et mystérieuse Anastasia, la princesse disparue.

Et en parlant de mythes, puisqu'il s'agit d'une institution si importante, il y en a bien sûr plusieurs qui la concernent. On dit que plusieurs fantômes errent dans les galeries et les salles du Palais, surtout celui de Pierre le Grand qui animerait sa propre statue de cire la nuit et saluerait les passants.

Bâtiment de l'état-major général

À Saint-Pétersbourg, les palais, les perspectives et les vues à couper le souffle prennent tout leur sens. Le bâtiment de l'état-major général n'est pas moins important. C'est un bâtiment gigantesque au plan semi-circulaire composé de deux ailes séparées au centre par un arc de triomphe tripartite. L'arche, à son tour, est décorée de statues réalisées par les sculpteurs russes Vasilij Ivanovič, Demut-Malinovskij et Stepan Pimenov, qui célèbrent les victoires du peuple russe pendant la campagne de Russie.

Le palais a été utilisé comme siège du gouvernement russe jusqu'en 1918, date à laquelle Moscou est devenue la capitale, mais aujourd'hui encore, son aile ouest abrite le district militaire de Leningrad (l'aile est fait partie du complexe du musée de l'Ermitage).

C'est précisément à travers l'arc de triomphe qui caractérise cet incroyable bâtiment qu'il est possible d'admirer le premier aperçu de la célèbre Perspective Nevski, la rue principale qui traverse tout Saint-Pétersbourg et qui est mise en valeur dans les "Histoires de Pétersbourg" par Nikolaj Vasil'evič Gogol.

Le palais de Catherine, la salle d'ambre et les jardins

Nous quittons momentanément Saint-Pétersbourg, pour être précis, nous nous rendons à Pouchkine, à 25 kilomètres de l'ancienne capitale russe. La raison ? Pour visiter la magnifique, imposante et sublime résidence d'été des Tsars de Russie, le Palais de Catherine.

La construction de ce palais a commencé en 1717 sur ordre de Catherine Ier - d'où il tire son nom - mais les travaux pour l'achever ont duré longtemps et ont vu se succéder différentes impératrices et, avec elles, également différents architectes et styles architecturaux : du rococo flamboyant Rastrelli voulu par Élisabeth, avec ses 100 kilos d'or pour la façade et ses innombrables statues et stucs, on passe au style palladien voulu par Catherine II, qui avec cela, a fait rénover l'intérieur de toute une aile du palais.

En parlant d'intérieurs, la partie la plus célèbre et sans doute la plus impressionnante de l'intérieur du palais est ce qu'on appelle l'enfilade, l'Infilata Dorata : c'est une série de salles qui se trouvent l'une après l'autre et qui communiquent entre elles ; chacune de ces salles est un spectacle de peintures, de détails finement décorés, d'or et de couleurs, et la série culmine avec la salle d'Ambra.

La salle d'ambre est un spectacle difficile à décrire avec des mots. Laissez-nous vous dire qu'elle est considérée comme la huitième merveille du monde et que ses murs sont entièrement recouverts d'or, de miroirs et de six tonnes d'ambre naturel. La Chambre d'Ambre est si précieuse qu'elle a été volée pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruite par la suite. Il n'a été réouvert au public qu'en 2003 !

Un autre endroit à ne pas manquer sont les jardins du palais, un véritable parc caractérisé par deux styles très reconnaissables, de sorte que l'on peut dire que le parc est divisé en deux parties : l'ancien jardin de style classique, et le nouveau jardin de style anglais.

Palais Peterhof et jardins inférieurs

Le palais de Peterhof est l'une des sept merveilles de la Russie, et pour cause : cet ensemble de jardins et de palais a été construit sur ordre de Pierre le Grand entre 1714 et 1723, et a servi de résidence impériale jusqu'à la révolution d'octobre.

Le bâtiment compte cinq palais, trois parcs et plusieurs fontaines. Le Grand Palais est le palais principal de tout le complexe, il est étincelant et imposant et c'est celui à l'intérieur duquel se trouvent les salles de réception, comme la très riche salle du trône.

Montplaisir et Palais Marly étaient utilisés pour les invités, le premier était le lieu où le Tsar recevait toute personne qui lui rendait visite, tandis que le second, qui servait toujours d'annexe pour les invités, était inspiré du pavillon de chasse du roi de France.

Nous trouvons ensuite le Pavillon de l'Ermitage, situé sur le golfe de Finlande et conçu comme une salle à manger privée où le Tsar pouvait manger et se divertir avec ses amis les plus proches, et le Cottage, un domaine romantique datant du début du XIXe siècle construit par le Tsar Nicolas Ier pour sa femme Aleksandra.

Même les jardins méritent d'être visités. Il y en a trois, le jardin supérieur, le jardin inférieur et le jardin d'Aleksandra. Le premier est un parc à la française très bien entretenu, rempli de fontaines et situé dans une zone plate ; le Jardin inférieur est également un jardin à la française où l'on peut admirer de nombreuses fontaines précieuses, mais ici prédominent les zones les plus sauvages de véritables bois ; le Jardin Aleksandra, enfin, est un jardin luxuriant, principalement boisé, qui abrite le Cottage néo-gothique romantique dont nous parlions précédemment.

Le palais royal de Peterhof a une particularité : non seulement il est accessible par voie terrestre, comme tous les palais et châteaux que nous connaissons, mais il est également accessible par la mer. Depuis le Palais d'hiver, des hydroptères partent de l'autre côté de la Neva et le long du golfe de Finlande pour rejoindre le palais.

Le musée de l'Ermitage

Le musée de l'Ermitage est l'un des plus grands, des plus importants et des plus célèbres musées du monde. Cette immense institution mondiale est si grande que beaucoup de gens sont souvent confus quant à sa taille.

Sa collection occupe cinq bâtiments principaux, qui sont le Palais d'hiver, le Petit Ermitage conçu par Jean-Baptiste Vallin de la Mothe et le Grand Ermitage (également connu sous le nom de Vieux Ermitage) conçu par Jurij Velten, le nouvel Ermitage de l'architecte Leo von Klenze et le théâtre de l'Ermitage conçu par Giacomo Quarenghi, et en plus d'autres bâtiments comme le Palais de l'Etat-major, le Musée de la Porcelaine, le Palais Menshikov, l'exposition permanente du Palais de Strelna et le dépôt de Staraja Derevnia. Une étude a calculé qu'il faudrait huit ans pour visiter l'ensemble de la collection de l'Ermitage et consacrer une minute à chaque œuvre !

Mais comment cette immense collection d'œuvres d'art a-t-elle commencé ? Catherine la Grande fut la fondatrice de ce musée. Elle fit construire un petit ermitage où elle pouvait se retirer pour avoir l'esprit tranquille et commença à le décorer avec des œuvres d'art qu'elle avait achetées en Europe. Au fil des ans, sa collection s'est enrichie de nombreuses pièces - sur les conseils de Diderot, elle a acheté environ 2000 tableaux en Europe - au point qu'il est devenu impossible de les conserver dans un seul bâtiment.

La collection de l'Ermitage comprend aujourd'hui 3 millions d'œuvres, dont les noms de Caravage, Paul Cézanne, Léonard de Vinci, Raphaël, Antonio Canova, Edgar Degas, Paul Gauguin, Henri Matisse, Claude Monet, Pablo Picasso, Pierre-Auguste Renoir, Rembrandt, Rubens, Titien, Vincent van Gogh et Velázquez.

Forteresse des Saints Pierre et Paul

Saint-Pétersbourg possède sa propre forteresse, la Forteresse des Saints Pierre et Paul, qui a été stratégiquement construite pendant la Grande Guerre du Nord. C'est Pierre le Grand lui-même qui a posé les premières pierres pour construire la forteresse !

La forteresse est située sur l'île de Hares, le long de la Neva. C'est certainement un endroit très pittoresque, mais c'est aussi un lieu chargé d'histoire. Pendant la période de la Terreur rouge, l'île a été le théâtre de massacres sanglants, à tel point que l'on pense qu'il y a même des milliers de corps enterrés sur place datant de cette période tragique.

En parlant de sépultures, de nombreux membres de la famille Romanov sont enterrés dans la Forteresse des Saints Pierre et Paul, pour être exact dans la Cathédrale des Saints Pierre et Paul. Un fait curieux à cet égard concerne l'enterrement du tsar Nicolas II et de sa famille : les corps n'ont été transportés et enterrés dans la cathédrale qu'en 1998, bien quatre-vingts ans après leur mort.

La cathédrale des Saints Pierre et Paul est très importante pour la ville de Saint-Pétersbourg : sa flèche dorée d'environ 120 mètres de haut est un élément caractéristique de l'horizon de la ville et l'ange qui se trouve à son sommet et qui tient une croix est l'un de ses symboles les plus célèbres et les plus importants. Un autre fait curieux concerne ce même ange : en 1997, les restaurateurs ont trouvé une note dans les plis de la robe de la statue ; cette note avait été laissée par ceux qui avaient restauré l'ange une quarantaine d'années auparavant, qui se sont excusés d'avoir fait un travail inexact.

L'église est maintenant un musée, mais depuis 2001, certaines cérémonies religieuses sont à nouveau célébrées.

Cathédrale Saint-Isaac

Nous poursuivons notre visite de Saint-Pétersbourg en passant par l'un de ses lieux les plus emblématiques, la cathédrale Saint-Isaac. Célèbre pour son gigantesque dôme doré et les 112 colonnes de marbre rouge qui ornent sa façade, la cathédrale Saint-Isaac est un régal pour les yeux dans toutes ses parties.

La cathédrale contient plus de 400 sculptures, de nombreux bas-reliefs, des peintures et des fresques et son intérieur est entièrement recouvert de 14 types de marbre différents. De plus, 43 autres types de pierres ont été utilisés pour la décorer, parfois même semi-précieuses, comme la magnifique malachite vert vif utilisée pour construire les colonnes. C'est précisément pour ces éléments qu'elle a mérité le nom de "musée de la minéralogie" !

Pour en revenir au dôme, nous pouvons vous dire que c'est l'un des plus grands dômes du monde et que sa réalisation a constitué un véritable défi d'ingénierie : il s'agit en fait d'une sorte de matrioska composée de trois parties différentes placées l'une sur l'autre dont les interstices sont remplis d'une centaine de milliers de vases vides en terre cuite (une solution idéale en termes d'isolation thermique et acoustique de la cathédrale).

Le dôme extérieur est constitué de plaques de métal et de cuivre, et doit sa coloration dorée à un procédé très particulier, mais aussi très nocif (environ 60 personnes sont mortes à cause des effluents toxiques provoqués par la dorure du dôme) : chaque plaque était recouverte d'un mélange d'or combiné à du mercure, puis chauffée à la flamme nue jusqu'à ce que la couche d'or soit fixée sur le cuivre de manière solide. Environ 100 kilos d'or ont été utilisés pour dorer l'ensemble du dôme, mais pas moins de 400 kilos ont été utilisés pour l'ensemble de la construction de la cathédrale.

Église du Sauveur sur le sang versé

Peut-être l'église la plus célèbre et la plus symbolique de toute la ville. Sa construction a commencé en 1883 sur ordre d'Alexandre III : il a ordonné qu'une église soit érigée à l'endroit exact où, deux ans plus tôt, son père Alexandre II avait été assassiné par des explosions de bombes lancées par deux militants de Narodnaja Volja alors qu'il traversait le chemin de halage en calèche.

Le lieu exact de l'assassinat est aujourd'hui marqué par un autel très précieux serti de topazes, de lazurite et d'autres belles pierres de grande valeur. Mais l'église entière est en soi un joyau précieux. Elle est recouverte presque entièrement de mosaïques (plus de 7000 mètres carrés en tout !), de céramiques peintes, de vitraux et d'émaux de mille couleurs ; si tout cela ne suffisait pas déjà, cinq coupoles sont ajoutées aux ornements de cette église, coupoles qui sont à leur tour incrustées de pierres précieuses.

La façade extérieure est tout aussi variée. Elle n'a rien à voir avec les églises néoclassiques du reste de la ville ; l'influence de l'architecture médiévale russe est nettement reconnaissable et rappelle en fait la célèbre cathédrale Saint-Basile de Moscou.

Ce lieu précieux n'a pas toujours été respecté comme il le méritait : pendant le siège de la ville, il a servi d'entrepôt pour les légumes, puis de morgue, et à la fin de la guerre, avant d'être restauré dans sa splendeur actuelle, il a servi d'entrepôt pour un opéra situé à proximité.

La cathédrale de Kazan

Nous concluons ce bref tour d'horizon des églises de Saint-Pétersbourg par une dernière cathédrale très importante, complètement différente de celles vues jusqu'à présent.

Nous parlons de la cathédrale de Kazan, au moins aussi emblématique que les précédentes grâce à son imposante colonnade corinthienne qui compte 112 éléments dans un hémicycle qui fait office de façade à la perspective Nevsky.

Il se peut que cette colonnade monumentale avec son dôme vous soit familière : en fait, elle ne rappelle rien de moins que la place Saint-Pierre à Rome. Cela peut sembler une coïncidence au moins bizarre pour la cathédrale d'une ville orthodoxe, mais ce n'est pas du tout une coïncidence (ni bizarre) : l'empereur a commencé la construction de la cathédrale de Kazan en 1801 dans l'intention précise de donner corps à son désir d'unir les églises orthodoxe et catholique, en ignorant les voix contraires soulevées par l'église orthodoxe elle-même, qui n'aimait pas l'idée de construire une réplique d'un bâtiment catholique dans la capitale de l'empire russe de l'époque.

La cathédrale de Kazan est dédiée à "Notre-Dame de Kazan", l'une des madones les plus vénérées de toute la Russie.

Théâtre Mariinsky

Sa façade vert menthe encadrée de stuc blanc est sans équivoque et certains des opéras et ballets les plus importants de l'histoire ont fait leurs débuts sur sa scène. Il s'agit du Théâtre Mariinsky, qui était à l'époque des tsars le théâtre impérial de Saint-Pétersbourg et qui accueille aujourd'hui les opéras, les ballets et les concerts de la compagnie permanente.

Comme nous l'avons mentionné, il existe de nombreux grands noms de l'histoire dont les œuvres ont été présentées au public pour la première fois dans ses murs : le Théâtre Mariinski s'enorgueillit surtout des premières de "La Belle au bois dormant", "Casse-Noisette" et "Le Lac des cygnes" de Tchaïkovski.

Aujourd'hui, le Théâtre Mariinski met en scène des opéras, des ballets et des concerts de grande valeur : pour la prochaine saison, par exemple, "Turandot", "Don Quichotte" et "Les Noces" sont à l'affiche. Le Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky.

Monastère et cimetière Aleksander Nevsky

Nous terminons notre visite de la belle ville de Saint-Pétersbourg par le lieu qui, peut-être plus que tout autre, représente le noyau culturel de la ville. C'est dans le monastère du Prince Aleksander Nevsky que les membres de la famille Romanov ont reçu leur éducation.

Le monastère Nevsky est un complexe d'une dizaine de bâtiments, dont le principal est la cathédrale néoclassique de la Trinité, construite par l'architecte Ivan Egorovič Starov, et trois cimetières.

En outre, dans l'un des trois cimetières rattachés au monastère de Nevsky sont enterrées certaines des personnalités les plus importantes de l'histoire de la littérature, comme Dostoïevski, James Antony Quarenghi, Tchaïkovski et Euler.

Explorez Saint-Pétersbourg avec Costa Croisières

Partez avec Costa Croisières pour découvrir Saint-Pétersbourg, son incroyable histoire, la splendeur des palais où les Romanov ont vécu et qui sont aujourd'hui d'incroyables musées, et les magnifiques églises et cathédrales qui ressemblent à de véritables joyaux. Laissez-vous séduire par son atmosphère littéraire, le charme de la Néva, de la perspective Nevski, et bien plus encore.

Choisissez votre prochaine croisière