Venise, c’est Venise. Impossible de regrouper en un seul adjectif les visages infinis de cette ville unique au monde. Une ville qui a toujours su vivre avec son temps et maintenir son originalité vivante au fil des siècles. De la splendeur de la Sérénissime République de Venise à nos jours, cette ville attire depuis toujours des millions de visiteurs qui arrivent des quatre coins du monde. Elle est aussi toujours entrée en contact avec différentes cultures sans jamais se laisser changer. Le temps semble s’être arrêté à Venise, qui su conserver son identité intacte.

La beauté de cette ville submerge les visiteurs depuis des siècles. Le simple fait d’arriver à Venise, de pénétrer sur la place de Saint-Marc et de parcourir le canal de la Giudecca est un véritable délice pour les yeux. Se balader sur la place Saint-Marc, longer le campanile et visiter la Basilique Saint-Marc : toutes ces expériences vous feront sentir comme dans un film. Et ce sentiment vous accompagnera aussi le long des ruelles vénitiennes ou lors d’une visite dans le ghetto juif. Sans parler du moment où vous monterez sur le pont du Rialto, qui surplombe le Grand Canal. Le cinéma a apporté un peu de Venise partout dans le monde, mais ce n’est qu’en s’y rendant en personne que l’on comprend que c’est le meilleur moyen de la connaître.

Venise a toujours inspiré les artistes et les œuvres d’art. Aujourd’hui, plus que jamais, elle préserve des trésors de peinture et de sculpture dans ses nombreux palais. Du musée Correr au musée Peggy Guggenheim, vous pourrez admirer les œuvres des plus grands artistes de tous les temps.

Même des îles, comme le Lido, Murano ou Burano partagent le magnétisme que Venise exerce toujours sur ses visiteurs, et offrent des expériences uniques avec chacune leurs particularités

Que visiter, alors, dans la ville où l’on célèbre le plus beau carnaval d’Italie, où Giacomo Casanova venait y faire des conquêtes, et où tout est synonyme d’art ? Venise entrera pour toujours dans votre cœur:

  • La Basilique Saint-Marc et le clocher
  • La place Saint-Marc et le café Florian
  • La tour de l’horloge 
  • Le palais des Doges
  • Le pont des Soupirs
  • Le pont du Rialto
  • Le musée de l’Accademia
  • Le musée Correr
  • Le canal de la Giudecca
  • Le palais Grassi
  • L'île du Lido
  • L'île de Murano
  • L'île de Burano
  • Le ghetto juif
  • Le musée Peggy Guggenheim

La Basilique Saint-Marc et le clocher

La Basilique Saint-Marc est le siège du patriarcat de Venise et l’un des symboles de la ville. Son histoire commence à partir de 828, quand le doge Giustiniano Partecipazio a demandé une église pour abriter les reliques de saint Marc que deux marchands vénitiens avaient volées à Alexandrie d’Égypte. Dès lors, l’édifice a subi une succession de rénovations et de reconstructions. Située dans une ville qui s’élève sur l’eau, la basilique a pourtant été deux fois endommagée par le feu. Elle fut immédiatement reconstruite, et à chaque fois elle devenait plus belle qu’avant.

 

L’intérieur de la Basilique de Saint-Marc est couvert de mosaïques avec un fond doré qui dépeignent des histoires de la Bible. Saint-Marc est également ornée de nombreuses sculptures, conçues à différentes périodes et qui s’intègrent toutes à l’ensemble. Cette diversité de styles et de langages artistiques donne à la basilique une originalité envoûtante.

 

Avec ses 99 mètres de hauteur, le campanile de la Basilique Saint-Marc a longtemps servi de phare pour les marins. Comme la Basilique, son histoire est une succession de constructions et de reconstructions qui, entre 1511 et 1514, ont conduit à sa forme finale actuelle. Mais le clocher s’est effondré en 1902. Cette nouvelle a fait le tour du monde et le conseil municipal a ordonné sa reconstruction, fidèle à l’ancienne structure. Il a été inauguré en 1912 avec une statue de l’Archange Gabriel en cuivre.

La place Saint-Marc et le café Florian

Combien Venise compte-t-elle de places ? Une : la Place Saint-Marc. Tous les autres sont désignées sous le nom de « campo » (champ en français). Même la place Saint-Marc servait autrefois de simple potager pour le Palais des Ducs, qui était un château fort. L’arrivée des reliques de saint Marc et la nécessité d’une Basilique où les conserver ont marqué la naissance de ce qui est ensuite devenu le salon de Venise.

 

Cela peut sembler incroyable aujourd’hui, lorsque l’on regarde cette place pleine de touristes, d’imaginer qu’elle servait de lieu d’exécutions et de lieu où les lois et les décrets étaient annoncés. Il est sans doute plus facile d’imaginer Casanova, en train de rejoindre l’une de ses bien-aimées qui l’attendait au Caffè Florian.

 

Le Caffè Florian est le premier café italien, inauguré en 1920 sous le nom de « Alla Venezia Trionfante », par Floriano Francesconi. La haute société vénitienne avait l’habitude de le fréquenter, et cela dès son ouverture. En 1797, le petit-fils du fondateur, changea son nom en Caffè Florian, le nom par lequel il était communément appelé par les habitués. Ses salles thématiques ont toujours accueilli des œuvres d’art et depuis 1988, elles abritent des pièces d’art contemporain. Le Caffè Florian a toujours pris soin de ses invités plus ou moins illustres et offre toujours un accompagnement musical à ceux qui sirotent leurs boissons, assis aux tables de la place Saint-Marc.

La tour de l’horloge

Venise, sur la place Saint-Marc, abrite également un bâtiment de style Renaissance : la tour de l’horloge. Une tour centrale, à laquelle deux ailes latérales ont été ajoutées, et qui abrite un grand cadran en or et vernis bleu. Cette horloge marque les heures, mais également le jour, les phases de la lune et les signes du zodiaque.

 

Le jour de l’épiphanie et de l’ascension, un mécanisme de boîte à musique est activé et permet de faire sorir un carrousel de statues représentant la nativité et les Rois Mages. Mais les surprises ne sont pas terminées : au-dessus de la tour, vous pourrez voir deux Maures qui battent la cloche au rythme de leurs bâtons. Ces deux bergers, réalisés en bronze, ne se distinguent que par leur barbe. L’un d’eux l’a porte et est appelé « le vieil homme », l’autre n’en porte pas et est appelé « le jeune ».

Les Maures de Venise marquent les heures avec leurs battements, mais le vieil homme les bat deux minutes à l’avance pour indiquer le temps qui passe, tandis que le jeune homme bat le rythme avec deux minutes de retard, symbolisant ainsi le temps qui reste encore à vivre.

Le palais des Doges

En arrivant au cœur de Venise, sur la fameuse place Saint-Marc, il est impossible de ne pas tomber sous le charme du palais des Doges, un exemple extraordinaire d’art gothique.

 

Actuellement ouvert au public dans le cadre du programme muséal civique de Venise, le palais pourrait raconter l’histoire et les évolutions de la place toute entière. Depuis l’installation des premiers Doges à Venise, après la chute de l’Empire romain d’Occident à la construction du premier bâtiment vers 810, le palais a changé mille fois de visages. Construit, renforcé, balayé par les flammes et encore reconstruit, puis agrandi et rénové, utilisé comme prison ou centre administratif, il a toujours maintenu un rôle de premier plan dans la vie de la ville et au cours des siècles.

 

En plus des expositions en cours, une visite au palais des Ducs vous permettra de vous promener dans le cœur du pouvoir de la Sérénissime République de Venise, et de suivre ses évolutions à travers les nombreuses œuvres picturales qui ornent ses salles.

Le pont des Soupirs

Parmi tous les ponts de Venise, le pont des Soupirs est parmi les plus célèbres du monde, mais pour le voir, vous devrez le chercher. Contrairement aux autres, ce n’est pas un pont où vous passerez normalement. Vous pourrez y accéder, même aujourd’hui, uniquement si vous êtes accompagné durant la visite du palais des Ducs. Vous pourrez également admirer le pont des Soupirs depuis deux autres points : depuis le pont de la Canonica ou depuis celui de la Paglia.

 

Un pont différent des autres, réalisé en pierre d’Istrie et dans un style baroque, voulu par le Doge Marino Grimani pour créer une connexion entre le Palais des Doges et les Nouvelles Prisons. Il y a plusieurs hypothèses sur l’origine du nom, mais on pense généralement que lorsque les prisonniers le traversaient, ils soupiraient, ayant l’occasion de voir le monde extérieur pour la dernière fois.

 

Une autre légende raconte que les amoureux qui s’embrassent sous le pont en y passant en gondole auront une vie faite de bonheur et d’amour éternel. C’est pour cette raison que le pont des Soupirs est également appelé le pont des amants.

Le pont du Rialto

Parmi les innombrables ponts qui relient Venise, seuls quatre traversent le Grand Canal et l’un de ceux-ci, considéré comme l’un des symboles de la ville, est le pont du Rialto. Comme tout ce qui a été construit à Venise, ce pont a une histoire faite de destructions et de rénovations. En 1554, un concours fut organisé pour la construction d’un pont en pierre, afin de remplacer le pont en bois existant. De nombreux architectes ont participé, dont Michel-Ange, Palladio et Sansovino. Mais c’est un Vénitien qui a remporté le projet : Antonio Da pont, qui a conçu un pont avec une seule arche et qui traverse désormais le Grand Canal (depuis 1592). Il s’agit de l’un des endroits les plus fréquentés et photographiés de la lagune.

 

Le pont du Rialto a toujours joué un rôle bien défini. L’idée dérivait de la nécessité, déjà en 1172, de rejoindre les deux rives du Grand Canal pour permettre l’accès au marché du Rialto. L’intention était donc de nature commerciale, qu’il conserve d’ailleurs encore aujourd’hui, avec ses deux rangées de boutiques que les touristes longent sur deux des trois rampes.

 

Une visite au pont du Rialto est aussi l’occasion pour déguster les célèbres cicchetti qui sont préparés dans tous les bars de Venise.

Le musée de l’Accademia

Venise est la ville de l’art par excellence depuis des siècles. Il est donc facile d’être bouleversé par des œuvres qui continuent à faire de Venise l’un des centres les plus intéressants non seulement pour les amateurs, mais aussi pour les artistes qui trouvent toujours dans cette ville des scènes d’eau et des couleurs comme sources parfaites d’inspiration. Mais l’art à Venise n’est pas seulement créé, il est aussi préservé et restauré.

 

C’est la raison pour laquelle l’Accademia a été créée en 1750. Quand, en 1807, les Académiciens ont obtenu les espaces qui incluaient le complexe du couvent des chanoines réguliers du Latran, la Scuola Grande di Santa Maria della Carità et l’église Sainte-Marie de la Charité, ils ont d’abord été perplexes, mais plus tard, avec les travaux d’adaptation des structures, ils ont compris l’essence d’un tel espace muséal.

 

Une visite au Museo dell'Accademia est une occasion parfaite pour admirer une collection d’art vénitien qui s’étale du XIVème au XVIIIème siècles. Vous pourrez entre autres trouver des œuvres de Paolo et Lorenzo Veneziano, Piero della Francesca, Andrea Mantegna, Giovanni Bellini, Vittore Carpaccio, Giorgione, Titien, Tintoretto,Tiepolo et admirer L’Homme vitruve de Léonard de Vinci.

Le musée Correr

Venise est une ville de rêve et réalise encore aujourd’hui les rêves de certains de ses illustres habitants. Le musée Correr, par exemple, découle de la volonté de Teodoro Correr, un noble passionné d’art qui a collectionné de nombreuses œuvres tout au long de sa vie. À sa mort en 1830, il fit don non seulement des œuvres, mais aussi du palais de sa famille à la ville, afin de créer un musée.

 

Cette précieuse collection est devenue encore plus impressionnante grâce à des dons ultérieurs. En 1887, elle a été déplacée au Fondaco dei Turchi, avant de trouver un nouvel et définitif emplacement, en 1922 à la place Saint-Marc, dans l’aile napoléonienne et les Procuratie Nuove. Durant la domination des Habsbourgans, le bâtiment a subi des changements à la demande de la cour, en particulier de l’impératrice Élisabeth de Wittelsbach, mieux connue sous le nom de Sissi, qui y séjournait losrqu’elle venait à Venise.

 

La visite du Musée Correr vous permettra de découvrir ses salles néoclassiques et la collection de Canova, de voir des exemples de peinture vénitienne, de visiter les anciens appartements de Sissi, pour atteindre la Quadreria, où sont exposées des peintures de la collection de Teodoro Correr, qui comprend des toiles de Vittore Carpaccio, Giovanni Bellini et Antonello de Messina.

Le canal de la Giudecca

Voir Venise depuis différentes perspectives est toujours un spectacle merveilleux. Le canal de la Giudecca se distingue des autres, car c’est l’un des plus grands canaux qui traversent le bassin de Saint-Marc. D’un côté, il borde l’île  de Giudecca, tandis que de l’autre il borde le sestriere de Dorsoduro. Sa largeur et l’absence totale de ponts reliant les deux îles, le rend navigable même des plus grands bateaux.

 

Le canal de la Giudecca offre une vue privilégiée sur la Basilique Santa Maria della Salute, juste après la Punta della Dogana, et Saint-Marc. Une promenade le long du Quais des Zattere vous permettra de découvrir une zone de Venise où profiter d’une belle vue sur le canal de la Giudecca, mais aussi d’admirer les palais vénitiens typiques en toute sérénité. Et c’est une promenade très romantique. Le long du canal de la Giudecca, vous pourrez encore trouver les Salons, de très grands édifices qui servaient autrefois de lieu de stockage du sel fabriqué à partir des salines de la lagune.

Le palais Grassi

Le palais Grassi est un édifice qui surplombe le Grand Canal du « sestriere » (c’est ainsi que sont appelés les « quartiers » de Venise) de Saint-Marc. Le palais est un autre exemple de la clairvoyance et de la capacité entrepreneuriale des Vénitiens de l’époque. Dès 1732, la famille Grassi a en effet commencé une opération de rachat des nombreux édifices dans la zone, pour une superficie qui s’étendait du Grand Canal au Campo San Samuele et Calle Lin, et qui allait leur permettre de profiter d’une façade imposante donnant sur le canal.

 

La famille Grassi a vendu le palais en 1840 à une autre famille. L’édifice a souvent changé de propriétaire au cours des siècles suivants et a subi de nombreux travaux de rénovation. Depuis 2005, le palais est la propriété de l’entrepreneur Français François Pinault, qui y expose sa collection privée. Des œuvres d’art contemporain et moderne sont donc désormais exposées dans ce palais qui a été rénové par le célèbre architecte japonais Tadao Andō.

 

La Collection de Pinault possède, entre autres, des œuvres de Donald Judd, Damien Hirst, Maurizio Cattelan, Andy Warhol, Jeff Koons, Lucio Fontana et Takashi Murakami. De grands artistes exposés au palais Grassi, qui conserve encore son charme, même dans ce nouveau millénaire.

L'Île du Lido

Le Lido de Venise est une île qui se trouve entre la lagune de Venise et la mer Adriatique. Elle est accessible depuis la ville par des vaporettos et est mondialement célèbre pour accueillir la Mostra de Venise. Son histoire est particulièrement fascinante. Elle a d’abord été utilisée comme un lieu de regroupement et de campement durant les Croisades, avant le départ des expéditions. Sa position fut jugée parfaite pour la construction de la forteresse défensive de la lagune de Venise et pour les entraînements militaires.

 

Vers la fin du XIXème siècle, les aristocrates ont commencé à fréquenter les plages du Lido, où des hôtels de luxe et des villas ont ensuite été construits pour les accueillir. Le Lido de Venise a donc accueilli sur ses plages d’illustres noms, des têtes couronnées et fut même témoin d’une rencontre entre Hitler et Mussolini. Selon les ragots mondains, le Lido de Venise fut aussi l’endroit où Aristote Onassis invita Maria Callas à déjeuner, au début de leur histoire d’amour.

 

Sur le rivage, vous pourrez trouver les « murazzi », une œuvre de défense qui remonte au XVIIIème siècle, tandis que les bâtiments de l’île sont principalement du style Art Nouveau ou de la fin du XIXème siècle. Ne manquez pas de visiter l’église de Saint-Nicolas, qui abrite des œuvres de Palma le Vieux et Palma le Jeune, et qui fut fondée en 1044.

L'Île de Murano

L’Île de Murano doit sa renommée à l’art du verre soufflé et de ces célèbres objets précieux aux formes et couleurs fascinantes, qui sont exportés dans le monde entier. Vous souhaitez voir de vos propres yeux comment ces objets prennent forme ? Murano vous attend !

 

Depuis 1295 et par décret de la République de Venise, Murano est désigné comme le centre de production de verre soufflé. Une décision certainement destinée à protéger la ville de Venise. En effet, les édifices étaient autrefois en bois et leur proximité avec un four était particulièrement risquée. Mais ce n’est pas la seule raison. Les autorités souhaitent en effet isoler les verriers et les empêcher de diffuser des informations sur leur art. Malgré le contrôle auquel beaucoup ont été soumis, ils ont réussi à s’échapper. Mais la production du verre de Murano continue encore aujourd’hui, comme en témoigne le musée du verre.

 

Une visite à l’île de Murano est comme une visite de Venise en miniature. En effet, l’île se compose de neuf petites îles reliées par des ponts. Sur les 18 églises qu’elle abritait avant l’avènement de Napoléon Bonaparte, il n’en reste que trois : la Basilique des Saints Marie et Donato, Sainte Marie des Anges et Saint Pierre le Martyr.

L’île de Burano

Les maisons colorées de l’île de Burano sont l’une des caractéristiques de cette île où l’on vit dans une atmosphère hors du temps. Ancienne île de pêcheurs, la légende raconte qu’ici les maisons ont été colorées pour marquer les limites de chaque propriétés. D’autres disent que les couleurs servaient aux pêcheurs pour les reconnaître, même après les nombreuses heures qu’ils passaient en mer.

 

Mais Burano est aussi célèbre pour d’autres raisons. Les femmes qui habitent l’île se consacrent à l’art de la broderie et maintiennent vivante une tradition désormais séculaire. Elles sont, en effet , les productrices de la célèbre dentelle « buranello ». Burano possède aussi un musée de la dentelle.

 

Burano est riche en traditions, et sa fondation remonterait même aux invasions barbares qui auraient forcé les habitants d’Altino à chercher refuge sur l’île. Initialement, les habitants vivaient sur des maisons à pilotis qui ont ensuite cédé la place aux édifices colorés, généralement de trois étages, et que vous pouvez aujourd’hui admirer. L’église de San Martino Vescovo conserve une toile de Gian Battista Tiepolo, mais Burano vous séduira aussi avec ses gâteaux typiques, comme les « bussolà » ou les « esse ».

Le ghetto juif

Venise est depuis toujours un centre d’échanges et abrite des membres de la communauté juive depuis le XIème siècle. En 1516, la République de Venise, compte tenu de l’augmentation continue des habitants, a forcé les Juifs à résider dans un seul quartier, le sestriere de Cannaregio, où se trouvaient des fonderies, « geti » en vénitien.

 

Le ghetto juif était fermé de nuit avec des portes et les Juifs étaient obligés de porter des signes d’identification et de gérer leurs activités avec des taux établis par la Sérénissime. En retour, ils pouvaient compter sur la liberté de culte et une protection en cas de guerre.

 

Dans le ghetto juif de Venise, vous pourrez visiter des synagogues, dont trois se trouvent dans le musée juif de Venise. Deux autres sont situées à l’intérieur de l’ancien ghetto. Il n’est pas toujours facile de les localiser en se promenant dans le ghetto, car elles ont été construites à l’intérieur des bâtiments, au dernier étage. Il est plus facile d’identifier les édifices qui abritaient la communauté. En effet, à cause de l’augmentation continue des arrivées en ville, la population à construit des bâtiments de plus en plus grands, facilement reconnaissables au milieu des maisons et palais typiques de Venise.

Le musée Peggy Guggenheim

À Venise, sur le Grand Canal, l’art semble avoir trouvé son emplacement idéal. De nombreux palais abritent des collections de grands artistes et parmi eux, vous trouverez le palais Venier dei Leoni, qui abrite le musée Peggy Guggenheim.

 

Ce n’est pas un musée comme les autres, comme ceux qui se trouvent dans des palais historiques et qui portent le nom d’un artiste ou d’un aristocrate. Dans ce cas, l’histoire est bien différente. Le palais appartenait vraiment à l’héritière américaine Peggy Guggenheim (depuis 1949). Cette femme, qui aimait partager la beauté des œuvres qu’elle collectionnait, a demandé qu’une partie de sa demeure soit gratuitement ouverte au public une fois par semaine. Cette mécène américaine, qui a passé sa vie parmi les artistes et leurs œuvres, a demandé à ce que le palais et sa collection soient confiés à la Fondation Solomon Guggenheim qui dirige aujourd’hui le Musée.

 

Vous y trouverez des chefs-d’œuvre du modernisme américain, du cubisme, du surréalisme ainsi que du futurisme italien. Des artistes tels que Picasso, Dali, Pollock, Magritte, Fontana et beaucoup d’autres, attendent les visiteurs qui sont accueillis par l’Ange de la Ville, un bronze de Marino Marini, placé à l’entrée du musée.

 

Partez explorer Venise avec Costa Croisières

 

Venise est synonyme d’art, d’histoire et de beauté. Si votre Croisière Costa vous y emmène, ne manquez pas l’occasion de la visiter. Venise est belle à chaque saison de l’année, et sait accueillir ses visiteurs avec tous ses trésors. Une visite de la place Saint-Marc vous emmènera dans l’ancien Salon de la ville et vous permettra également de découvrir l’intérieur du palais des Doges, la Basilique Saint-Marc ou le Musée Correr. Ne manquez pas non plus l’occasion de traverser le pont du Rialto ou de visiter les îles de Murano, de Burano ou du Lido.

Choisissez votre prochaine croisière